Accéder au contenu principal

Écritures

Rendez-vous en mars pour la remise du prix Première Paroles des étudiants, dans lequel Pédalées est sélectionné !
                                                                                                                                                                       

Merci à Radio Peloton pour ses louanges !

"Un incontournable à avoir dans sa bibliothèque sportive."



                                                                                                                                                                     
Un beau programme pour Pédalées en septembre et octobre 2022 ! J'ai eu la joie d'être invité par les festivals Cultursport de Toucy (23 au 25 septembre 2022) et la Fête du Livre de Merlieux (2 octobre 2022). Sans oublier le magnifique Terres de Paroles en Seine-Maritime la première semaine d'octobre. Je m'entretiendrai avec Olivier Haralambon autour du cyclisme comme éducation sentimentale (4 octobre) et le 8 octobre, une balade littéraire de 25 km ouverte au public (avec lecture d'extraits) nous emmènera dans la boutonnière du pays de Bray, pour trois heures de réjouissances et de pensées rêveuses. À vos biclous !
                                                                                                                                                                      

Mercredi 29 juin 2022

Un vieil ami m'a fait l'honneur d'un retour de lecture sur mes Pédalées, d'autant plus précieux qu'il est nuancé, sincère et superbement écrit. Merci mon cher Renaud, la littérature (re)crée des liens !



                                                                                                                                                                  


Lundi 27 juin 2022

"À la saison du vélo, lire et partir." Un grand merci à Valentin Deudon et au site Écrire le sport ! Mes Pédalées ont les joues rouges à côté de ces grands noms...
"Et l’on n’est pas déçu. Une œuvre protéiforme, une appétence pour l’histoire, quelques fictions captivantes, des souvenirs personnels auxquels on s’attache, et puis de la poésie bien sûr."



                                                                                                                                                                  

10-11-12 juin 2022

J'aurai la chance de lire des extraits de Pédalées lors du festival "Victor dans la Ville" (Rouen, 10-12 juin 2022) dédié cette année au sport et à la littérature (avec Valentin Deudon, Bernard Chambaz, Pierre-Louis Basse, Mélina Boetti, Julie Gaucher, Candice Prévost). Joie ! Et quelques photos pour ce très chouette moment :






Bernard Chambaz et son pull rose du Giro


                                                                                                                                                                     

Le  22 février 2022 :

Merci beaucoup à Radio Sensations pour l'interview accordée autour de mes Pédalées !

Interview (cliquez sur le lien)

                                                                                                                                                                       

Le 29 janvier 2022

Sur Fnac.fr : 

Une envolée lyrique au pays du deux roues

Ce livre est une splendeur, tant par sa forme originale que son propos. Comme dirait Henri Desgrange, « La souffrance à bicyclette est noble, car elle correspond au plein épanouissement de la volonté. »

                                                                                                                                                                   

Le 11/01/2022

Merci au magazine 200 !




                                                                                                                                                                       

Le 31/12/2021

Un grand merci au blog La Viduité pour son billet fin et brillant sur la revue "L'Autoroute de Sable", où figure ma nouvelle Chakchouka. On y apprend toujours des choses sur ce qu'on a voulu écrire. Mes grenouilles y sont joliment cuisinées :

"Drôle de recueil de nouvelles, parfois absurdes, souvent en décalage avec le thème imposé des trois grenouilles. On retrouve dans ce deuxième numéro de l’Autoroute de Sable des écrivains qu’on aime : Gonçalo M. Tavares, Olivier Hervé, Gregory Le Floch, Antoine Bréa, Guillaume Contré. On y goûte surtout une manière de déjouer la contrainte, de pousser le lecteur à s’interroger sur la cohérence de tout recueil de nouvelles.

On répète partout que la nouvelle ne se vend pas, que le genre n’intéresse ni auteurs ni lecteurs. On assiste à une discrète contestation de ce diktat. C’est une très belle idée d’avoir l’audace de publier une revue de nouvelles, de laisser la chance de découvrir des auteurs, d’en retrouver des plus confirmés. D’interroger surtout ainsi le genre de la nouvelle, sa capacité à jouer de ses contraintes, mais aussi à se plier à son exigence d’humour, à son invention d’une chute drôle, décalé ou absurde. La pluralité pourtant des auteurs contraint à s’interroger sur la cohérence de notre lecture. Sans doute un peu à tort, en moi se développe une manière de prévention contre l’usage systématique de l’humour en littérature, la légèreté comme passage obligé. Je la vois comme une forme d’uniformisation de la parole, partant des sentiments et leur dépassement. Heureusement, les nouvelles ici s’amusent surtout de la présence/absence dont ils traitent le thème imposé. La grenouille devient alors un objet de fiction, une complexe désignation langagière d’où dérive la narration.

Pour reprendre le titre de la nouvelle de Gonçalo M. Tavares, ce qui m’a intéressé dans ce recueil est la façon dont il interroge, s’amuse donc, l’importance du langage. L’auteur du Quartier (dans une très belle traduction, comme toujours, de Dominique Nédellec et avec l’excellente idée d’en proposer la version en langue originale), reprend une de ses obsessions : quelle réalité met en jeu le langage, comment peut-on lui imposer d’autres formes. La littérature comme essence du silence… Il en découle alors une sorte de flottement, une identification en suspension. Ces trois grenouilles seraient-elles ce dont on parle ou ce qui parle. Rien qu’une inscription, le nom d’un bistro dans la nouvelle d’Antoine Brea. L’auteur de l’excellent L’instruction invite à se demander si dans nos époques confinées, le langage n’est pas seulement de dénonciation, procès à charge, accusation, lettre anonyme dont jamais on ne déterminera l’auteur. L’ami Oliver Hervé (pourquoi n’avez-vous pas encore acheté son Pédalées ?) reprend aussi cette tambouille entre objet et sujet, thème et narrateur. De la cuisine interne, en somme où les grenouilles sont une contagion (une sorte de première malédiction qui, bien sûr, ne se reproduit pas comme dans « Dans le parc » de Luc Dagonet), une sorte de récit primitif, un conte de fées. Alors, la confusion entre rêve et réalité, prose et poésie (prosaïque partant et sublime), le conte de fée et la recette contemporaine. Les grenouilles incarnent, dans leur chant, la contradictoire beauté (comme dans le très beau, au bord de l’essai et de l’hommage « Le chant des grenouilles » d’Ezequiel Alemian) de notre monde. Le visqueux aussi de « L’essai sur l’amour » de Gregory Le Floch dont j’avais tant aimé Dans la forêt du hameau de HardtBien sûr, toutes ces nouvelles interrogent sur ce qu’elles donneraient une fois réunies en recueil. Terminons sur un auteur que, après avoir découvert ses traductions, nous découvrons avec un immense intérêt. Guillaume Contré signe avec « La réunion » une passionnante spéculation sur le scandale du langage son caractère reproductible, sa traduction et – comme l’auteur est aussi compositeur – sa musicalité. Les grenouilles sont comme nous, elles se réunissent, parlent pour mesurer notre capacité d’écoute, interroger l’impossible unique de toute parole. Une vraie ironie dans l’aspect renseigné, dans cette façon de refermer la nouvelle sur sa situation initiale. On espère avoir des nouvelles de tous ces auteurs et autrices.

                                                                                                                                                                    

Le 27/12/2021

J’invite aussi Olivier Hervé, auteur de Pédalées, un livre poétique, à la prose labyrinthe, impossible de ne pas penser à Julien Gracq et à ses conflagrations de mots improbables. Même si Hervé évoque lui aussi trop à mon goût l’asphalte, et trop souvent l’héroïsme des forçats de la route, il m’a perdu dans ses méandres comme doit le faire une trace aboutie. J’ai pensé à mon copain Jacques Malavieille quand Hervé écrit : « Je suis pleinement géographe depuis que je pédale. La pratique devrait être rendue obligatoire dans les études de géographie, de l’école primaire au master. Le socle hercynien de toute clairvoyance. » Jacques, ancien professeur de géologie, spécialiste de la tectonique des plaques, a souvent entraîné ses étudiants à VTT sur le terrain. Il n’y a pas pour lui de meilleure façon de comprendre l’histoire du monde. Et Michel comme Hervé seraient sans doute d’accord pour ajouter l’histoire des hommes et des femmes.

                                                                                                                                                                   

Le 15/12/2021

Merci au magazine Le Cycle pour son article dans le numéro de janvier 2022 (malgré les erreurs dans le titre du livre + nom de l'éditeur).


                                                                                                                                                                      

Le 06/12/2021

Un grand merci à Frédéric Nicolas (France 3 Normandie) pour avoir présenté mes Pédalées dans son émission du 18.30.

Une interview fleuve de 5 minutes, à la télé ! (cliquez pour la voir)


                                                                                                                                                                     

Le 25/11/2021

Bonheur d'être lu par le blog La Viduité ! Des articles toujours fouillés, intelligents. Où l'on retrouve l'esprit du labeur et de la Chouffe ! Un très grand merci.

https://viduite.wordpress.com/2021/11/25/pedalees-michel-herve/?fbclid=IwAR00IlsXjDIRYm4enHZGP7tKs2KjJIKEjnWpjAoOPzPU1WOIF3_FRXbdq-E

"Éloge vagabond du vélo, errance géographique et fictives sur tous les mouvements – gestes et rythmes ; positions et rêveries – de cette pratique sportive. Entre récits, fiction et essai, Oliver Hervé signe un texte inventif, populaire comme la petite reine, où il dessine la liberté du mouvement, le perpétuel ailleurs du cycliste et son effort comme lien avec le paysage. Pédalées ou les belles et drôles rêveries d’un cycliste solitaire.

Ici on aime les textes hybrides, ceux dont la liberté de ton donne latitude à l’égo de l’auteur, ceux où la confession n’est jamais strictement personnelle. Sur un vélo, on n’est n’importe qui, anonyme équipier dans la masse du peloton. Comme quand on écrit, voire quand on lit. La métaphore paraît poussive ? Peut-être. On a pas toujours des idées lumineuses sur un vélo, elles sont ondoyantes, parfois un rien répétitives puisque paraît qu’on ressasse pas mal, en pédalant. J’aime beaucoup cette impression d’écrits revenus d’une échappée, de pensées penchées sur le papier comme au retour d’une virée, d’une pédalée donc.

Une façon d’habiter le corps pour l’accorder au cœur, de trouver la position juste dans ce chaos de matière dont je serai la mesure en temps et en empans. Charme organique de l’arpent. La géographie en sera le décor charnel.

Un auteur c’est peut-être avant tout une géographie intime, l’écho de ses espaces du dedans et comment il traverse les nôtres. Comme sur un vélo : question de rythme. Oserait-on : une scansion de pédalier dans le style d’Olivier Hervé. Le sens de la formule et la discrète mélancolie qui s’y cache. Avouons aussi que même si nous ne partageons pas ce goût pour le vélo de routes, son aspect technique et sportive (très matos, en somme), que je reconnais dans ce livre beaucoup de références communes à celles d’Olivier Hervé. De Krasznahorkai à Bella Tarr, du Ministère Amer à Godard. Allez donc voir son blog : L’espadon. Alors, j’espère que ça vous parle aussi le vélo comme dispersion et effacement, « s’accommoder du mensonge à la recherche de la vitesse perdue », s’approprier le territoire pour mieux n’y être pas. Rouler.

En m’éloignant, je décline le monde et je le reçois. J’évite de trop l’observer, au risque d’y être nulle part. Je préfère le ressentir et m’y baigner. Je veux m’oublier et me perdre dans ses matières qui me séduisent autant que son mystère.

Un livre réussi c’est peut-être un livre qui produit, et laisse perdurer, une impression de camaraderie. On a envie d’aller de se taper un col (et une Chouffe) avec son auteur. On se surprend à partager cette fraternité du peloton, précisément parce qu’il en décrit les défauts. Pédalées c’est aussi une description sans naïveté du monde du cyclisme : son machisme ordinaire, la lutte des classes de sa souffrance, le rien d’absurdité qu’est sa grand’messe, le Tour de France. De beaux passages aussi sur le cyclisme féminin (toujours moins dur que d’accoucher), sur l’ordinaire lâcheté de s’infliger une souffrance volontaire comme pour escamoter les réelles et idiotes qui ne tardent pas à nous tomber dessus. On retrouve alors l’aspect délicieusement composite de ce texte : on ne sait jamais exactement si c’est de lui dont il parle. Intéressant quand même de plonger dans la tête d’un anonyme du peloton, coureur professionnel qui se distingue peu, qui se sacrifie pour les grands noms. L’héroïsme discret du cyclisme, jamais très loin de celui d’un auteur. Enfourchez votre bécane, lisez Pédalées.

                                                                                                                      

Le 24/11/2021

Je peux mourir tranquille, l'écrivain-cycliste-philosophe Olivier Haralambon me fait l'honneur d'un article sur le site de L'Équipe/Vélo Magazine. Je suis ému, tout rouge dans la redoutée Redoute ! Un immense merci :

https://www.lequipe.fr/Velo-mag/Stories/Actualites/Olivier-herve-auteur-pedaler-c-est-produire-du-paysage/1300929

Le cyclisme et, plus largement, le vélo, suscite une abondante littérature. « Pédalées », le livre d'Olivier Hervé est une sorte de livre total, et tout à fait singulier. Une encyclopédie subjective du cyclisme.

Sans doute, il n'y a pas de sport plus intimement lié à la littérature que le cyclisme. Non seulement parce que la course cycliste, ignorant l'unité de lieu et mobilisant des dizaines ou des centaines de concurrents, a besoin d'un récit unificateur. Mais aussi parce qu'il semble bien que le seul fait de pédaler génère du langage. Même quand on roule pour s'isoler, et par conséquent avoir la possibilité de se taire, on rentre avec une odyssée à coucher sur le papier. Il y a une continuité entre l'acte de pédaler et l'art d'écrire. Pourquoi donc ?

Pédaler, se perdre, puis écrire

Pour Olivier Hervé, auteur du bel et inclassable « Pédalées » paru aux éditions Lunatiques, ce qui fait l'intérêt supérieur du vélo, c'est d'abord qu'il permet de... se perdre ! « On a beau être dans une région qu'on croit connaître, dit-il, il suffit d'une bifurcation inconnue pour basculer dans un éloignement soudain, et se sentir perdu. C'est encore plus vrai dans la forêt, bien sûr. Mais il y a un paradoxe, car d'un autre côté, à vélo on va là où l'on ne serait jamais allé à pied ou en voiture, et du coup personne ne connaît mieux le pays qu'un cycliste. Là où nous vivons, mon épouse est native du "cru" et pas moi : pourtant je connais le coin mieux qu'elle, physiquement parlant. »

Ce professeur d'histoire-géo voit donc dans le cyclisme une façon de pratiquer la géographie, de la mettre en acte. Le vélo est ce qu'il appelle un « véhicule de l'entre-deux », il ne produit pas le même paysage que la marche, la voiture ou le train.

Pays, régions, villages, terroirs... « Pédalées » regorge d'ailleurs de toponymes, presque tous hauts-lieux-communs du cyclisme : du Boischaut à la Thiérache, du Firstplan à la Planche des Belles Filles, du Quercy au Vic-Bihl ou du Poudouvre au Valgaudemar, les ondulations gourmandes de la langue compensent l'inquiétante étrangeté de la désorientation.

"Pédalées" est un texte absolument singulier, publié aux éditions Lunatiques. (DR)
"Pédalées" est un texte absolument singulier, publié aux éditions Lunatiques. (DR)

De fait, ces « Carnets du grand chemin » (soit dit par référence à un autre furieux écrivain géographe, Julien Gracq) évoquent tous les cyclismes et tous les cyclistes. Le cyclisme « je l'aime, écrit l'auteur, quand il parle des splendides ratés de la vie. »

Il y a la compétition et sa fureur, mais aussi la promenade, la contemplation. La célébration de l'exploit sportif y trouve son pendant dans le portrait imaginaire et mélancolique de ce coureur professionnel, retraité de trente ans. Ou dans une forme de critique sociale douce-amère suscitée par le phénomène cycliste urbain, partagé entre bobos et livreurs ubérisés, déclassés, exploités : « Je me sens pauvre et prolo sur un vélo, lumpencycliste et Nordestino. »

On y croise encore le dernier vainqueur du Tour français, « et c'est une femme, bon sang ! », en la personne de Jeannie Longo. Et l'on s'étonne, ironique et navré, des lapsus ou des actes manqués de l'institution sportive quand elle parle des femmes, de l'image dans laquelle elle les enferme en prétendant les libérer.

« Prendre sa vie en main avec les pieds »

Le texte est dense. On y plonge, et il faut du souffle. On navigue dans la page comme on remonte un peloton qui frotte. C'est dense, coloré et foisonnant : on apprend à y circuler aussi bien qu'on se laisse porter. La langue est rythmée : réfléchie et haletante, comme la course.

Si le vélo aide à écrire, c'est parce que « quand on a fini de rouler, on est plus lucide sur le monde ». (DR)
Si le vélo aide à écrire, c'est parce que « quand on a fini de rouler, on est plus lucide sur le monde ». (DR)

« Pédalées » est donc une sorte de livre total, et tout à fait singulier, sur le vélo. C'est le livre d'un géographe qui incorpore ses cartes IGN à vélo, et qui « écrit pour ralentir ». C'est aussi celui d'un enfant qui bien avant « de passer de spectateur frustré à acteur contemplatif » et de « prendre sa vie en main avec les pieds », rêvait déjà de Tour de France alors qu'il randonnait en Maurienne dans le sillage d'un père épris de montagne.

C'est enfin celui d'un homme qui, passé par le rugby et les joies de la troisième mi-temps, n'a découvert le manque qu'avec le cyclisme. Il a aussi réalisé ce vieux désir d'écrire, sans doute parce que, dit-il encore, « quand on a fini de rouler, on est plus lucide sur le monde. »

                                                                                                                                                           

Un premier retour de lecture pour mes Pédalées, signé Raymond Penblanc sur Facebook :

"Pédalées
Livre riche, et même foisonnant, mené tambour battant (sur les chapeaux de roues), on est bombardé de formules, d’aphorismes (« je tiens en équilibre car je sais lire », « les exploits sont possibles quand le corps et l’âme fusionnent »), de références, comme si vous craigniez le vide (et ce sera mon petit bémol, cette peur du vide, ce refus des temps morts, d’un peu de farniente, nez au vent, dans la grande paix d’une belle ligne droite, la griserie d’une descente à tombeau fermé).
Mais bon, c’est aussi mon tempérament qui veut ça, ou mon âge, ou le fait que n’appartenant pas à la même génération, nous n’avons ni le même rythme ni les mêmes références, ni les mêmes idoles (Bartali cependant bien venu, même si pour moi, enfant, il était déjà « mort »).
Ceci dit, votre livre séduit et convainc, emporte et grise, vous avez du style, du rythme, vous faites du biclou une philosophie et un art de vie (on le savait, vous le redémontrez : « le vélo est le pays où j’aime bien vivre », « pédaler ramène à hauteur d’homme »), alliant orgueil (d’être un aigle ?) et modestie (gaffe à la chute, plus dure elle sera), courage et folie (faut-il être fou pour se taper des cols plein ciel, dans le vent ou le grand cagnard ?), courage et faiblesse (courage et faiblesse d’être seul). On sprinte souvent avec vous, on ne s’attarde pas à contempler le paysage, qu’on attrape au vol telle un musette de ravitaillement, on est d’ailleurs plus dans la pensée, dans le mental (diraient certains) que dans le regard. Ce qui montre que vous avez du recul. Et de la hauteur. « Un vrai cycliste est toujours un bon géographe ».
En filigrane vous parlez également de vous. Ombrageux. Timide. Mais plutôt heureux à l’intérieur. C’est ce qu’on ressent à vous lire. Ce bonheur, cette lumière, cette énergie. Cette drôlerie parfois. C’est contagieux.
« J’enfourche mon vélo comme d’autres vont à l’église. Je n’ai jamais eu la foi, mais j’ai trouvé ma façon de prier ».

Merci beaucoup !

                                                                                                                                                                    

Une page dédiée à mes activités d'écriture. Deux de mes textes vont paraître avant la fin de l'année 2021, un long, un court, dans des styles très différents. Un livre sur le vélo à la sauce maroilles aux éditions Lunatique, mes Pédalées. Puis une nouvelle sur trois grenouilles, dans la très belle revue L'Autoroute de Sable, qui a vu le jour cette année (2021). À bientôt !






                                                                                                                                                                      

 "J'ai vu des visages sans les comprendre, sans vraiment les voir." Ou comment détourner Maurice Genevoix sans le savoir. J'ai participé en mars 2021 à l'exercice à trous proposé par l'excellente revue de poésie Catastrophes. J'ai eu l'honneur et la joie de voir ma modeste (mais enthousiaste) proposition choisie par Christophe Manon, avec celles de Maud Thiria et Anne Karen. Merci à lui et aux acteurs de la revue Catastrophes.

https://revuecatastrophes.wordpress.com/2021/05/25/signes-des-temps-2/

                                                                                                                                                                  


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vendredi poésie #5

 Cinquième volet de nos "vendredi poésie" avec une partie de pêche sur les bords de l'enfance (Christophe Esnault), la poésie amoureuse et architecturée de Typhaine Garnier, et le recueil "Promenade et guerre" du regretté Cédric Demangeot. Je ne connais rien à la pêche mais ça ne m'a pas empêché d'aimer la poésie de Christophe Esnault. D'abord pour son flow de mots et ses flots de jeux de mots en son, ou tout simplement ces morceaux d'enfance bercés par la joie du souvenir qui est avant tout une façon de ressentir une émotion au bord de l'eau, auprès des carpes et des gros "lolos". J'ai été hameçonné par cette poésie frontale, simple et accessible, qui embrasse le courant d'un cours d'eau, rapide ou tranquille, pour se rappeler qui on a été. Rien d'ennuyeux au milieu des silures et des poissons, juste l'itinéraire d'un gars passionné qui, au jeu des miroirs déformés et déformants, tente de refaire surface av

Taormine, Yves Ravey (éditions de Minuit)

 Le Ravey annuel est arrivé. La carrosserie est un peu cabossée, l'aile droite avant surtout, mais le moteur est toujours rugissant. On ne se lasse pas de la mécanique littéraire mise au point par l'auteur même si, à chaque roman, Yves Ravey nous vend à peu près la même voiture. Mais quelle voiture, hein ! Le standard dans la nouveauté. Toujours connue mais jamais vraiment la même. Un peu de liquide de refroidissement, du filtre à huile, du car wash plus et un délicieux polish au goût de malabar, voilà la recette du maître. Soit un petit couple, Melvil et Luisa Hammett, sur le point de se séparer et qui tente de se rabibocher par un voyage en amoureux dans un luxueux hôtel de Taormine, en Sicile. Là-bas, en avril, il pleut et la visibilité près de la mer est mauvaise. Et Melvil tourne en boucle : passons sur les incartades, fréquentes, et les passages à l'acte, systématiques, de Luisa, notamment avec son ex-meilleur ami croisé dans une agence Pôle Emploi. Oui, passons. Les

Démo d'esprit, La Dactylo (Verticales)

Une Démo d'esprit, des mots et tu ris, comme une tuerie à l'écrit. Merci aux éditions Verticales de penser à ceux qui ne fréquentent pas les réseaux sociaux. L'aphorisme a de beaux jours devant lui sur les réseaux, mais il est tant consommé, à la chaîne, qu'il finit par accumulation à en perdre sa saveur. Comme noyé, invisibilisé. Il a besoin de temps, et nous avec, pour produire son effet. Aussi bref qu'il soit, l'aphorisme mérite que nous, lecteurs, nous nous pausions un instant, avec un livre, pour l'écouter et l'apprécier à sa juste valeur. En retrouver la fraîcheur. J'avais croisé ici ou là ces aphorismes posés, au pochoir, sur les murs de nos villes chéries. Du street art, de la poésie, des punchline, des mots d'esprit et de l'intelligence dans ces jeux de lettres savoureux, regroupés dans un petit recueil tout mignon où se côtoient photos, aphorismes autres prismes, et poèmes-miroirs. Vous les avez sûrement croisés, vous aussi, au te

Clara lit Proust, Stéphane Carlier (Gallimard)

Histoire d'un basculement vers l'art, d'un véritable coup de foudre, d'un émerveillement. C'est l'histoire de celle qui vous rend beau avec son petit coup de peigne. Clara, 23 ans, coiffeuse chez Cindy Coiffure, vit sa petite vie de province avec le beau gosse JM. Elle coupe des cheveux, bavarde avec les clientes dans ce minuscule salon de Saône-et-Loire, au rythme de Nostalgie et des tranches de vie narrées. Les journées, il faut bien le dire, sont un peu pénibles et redondantes. Mais, un beau jour, la révélation, l'illumination dans la lecture. Le bonheur du côté de Guermantes. Clara a trouvé sa voix dans les mots. Sa voie sera pavée de lettres, de phrases lentes et évidentes. Car Clara, elle le sent, vit la  vie d'une fille qui ne lui ressemble pas. On avait quitté Stéphane Carlier avec l'excellent Le Chien de Madame Halberstadt (Le Tripode). Entre-temps, l'écrivain a pondu un autre bouquin chez un autre éditeur, L'enterrement de Serge (ac

Et elles se mirent à courir (éditions du Volcan)

 Voici des vers qui m'ont donné envie de courir aux côtés de Julie Gaucher. Et pourtant dieu sait que je déteste ça, courir. Mes jambes, mes genoux, mes mollets n'aiment pas. À l'Espadon, vous le savez, on est plutôt vélo. Mais, rien de grave, puisque la poésie est là pour nous unir, nous réunir le temps d'un run, d'une nage, les fesses bien posées sur les gradins. Oui, trois parties pour ce recueil (Courir, Nager, Dans les gradins) dont les poèmes font la part belle aux femmes, aux femmes dans le sport. L'autrice, Julie Gaucher, universitaire et spécialiste de la place des femmes dans le sport, s'était déjà fendue d'une belle somme sur le sujet aux éditions du Volcan ( De la femme de sport à la sportive , une anthologie, 2019). Disons-le d'emblée, il est rare d'écrire sur le sport, encore plus des poèmes, et des poèmes qui parlent des femmes dans le sport. Elle-même sportive, Julie Gaucher fait d'un matériau intime une expérience universelle

Fantaisies Guérillères, Guillaume Lebrun (Christian Bourgois)

 Let me tell you, this novel is not a bullshiterie, mais alors pas du tout. C'est même un fucking bon roman ! Avec des English, des grenouilles, des Bourguignons et la meilleure d'entre nous, Jehanne notre sauveuse, notre guérillère aux visions spectrales qui n'entrave pas grand-chose aux bibleries. Jeanne qui sculpte elle-même son mythe. Comprenez bien, cher Guillaume Lebrun, j'ai la comprenette difficile. Alors au début, t'entraves pas tout, le temps d'installer ta teste dans la lecture. C'est Yo qui parle, et qui nous parle, d'un élevage de Jehanne pour bouter vous savez qui, et sauver et le royaume et le roy de France. Plus tard, c'est Jehanne. Jehanne qui, parmi une dizaine de Jehanne de la Knight Academy, a été reconnue entre toutes pour bielle et grande mission. Et Jehanne, "bien au-dessus du lot genré", en a dans le heaume, "Hardie à la lutte", "Dévorante à mains nues", "Druidesse parmi les Druidesses".

Attaquer la terre et le soleil, Mathieu Belezi (Le Tripode)

 Pour justifier la colonisation, les puissances européennes ont invoqué la "mission civilisatrice". Il fallait élever, éduquer les ignorants, arpenter et s'approprier les terres riches et convertir les dominés. 1830, la France se lance dans la conquête de l'Algérie. C'est ce moment que choisit d'explorer Mathieu Belezi dans Attaquer La Terre et le soleil , à partir du point de vue des victimes, des bourreaux et nous, lecteurs, spectateurs du désastre à l'oeuvre, barbarie sans nom. On y suit le quotidien des colons, la mort, les maladies, la chaleur étouffante, les razzias, les massacres. In fine , l'infinie violence de la conquête couplée à sa vanité, son absurdité, sa brutalité. C'est une histoire de la folie des hommes, d'un défaut d'humanité. Par la force, militaires et prêtres vont croire apporter par-delà la Méditerranée civilisation et progrès. Peu de points, une ponctuation réduite à la portion congrue, des bribes de dialogues et une

Mécanique d'une dérive, Dominique Porté (L'Antilope)

 L'auteur, Dominique Porté, est âgé de dix ans lorsqu'il voit le film Kapò. Des films, des lectures, des visites et des rencontres vont ensuite faire naître en lui un besoin obsessionnel, "le désir intense de comprendre". Il écrit, page 162 : "(...) j'étais constamment envahi par une curiosité que plus tard quelqu'un qualifia en fait de rien moins que cynique : la curiosité du naturaliste qui se retrouve transplanté dans un environnement qui est effroyable mais nouveau, effroyablement nouveau." Au fil de ses recherches aiguisées par une curiosité toujours plus grande, une fascination émerge pour la figure de Chaïm Rumkowski, désigné en octobre 1939 chef du ghetto de Lodz par les nazis. Il doit y organiser la vie, mettre en place une administration pour répondre aux besoins élémentaires. Une figure du mal se dessine, avec ses banales contradictions. Faire le jeu de l'ennemi tout en protégeant les siens. Hanté par les faits, les personnages, les po

Les Corps solides, Joseph Incardona (Finitude)

 Ça commence souvent bien un bouquin de Joseph Incardona. On se laisse prendre au jeu d'une écriture simple, fluide et agréable, le temps de poser le contexte et les personnages. On va droit au but, ça file et ça surfe. Puis, assez rapidement, le plaisant tourne à la caricature simpliste. Une femme, veuve mais battante, et son enfant, Léo, fan de surf, vivent sur la côte atlantique, dans un mobil-home, sans le sou. Juste le surf pour oublier une vie de merde. D'ailleurs, la mère est une ex-championne qui fait son deuil en fumant des joints. La dame tient une rôtisserie mobile qui perd de l'argent. Il y a des traites à payer, des prêts à rembourser et, cerise sur le gâteau, le fils est harcelé puis agressé au collège par un certain Kévin, qui se trouve être le fils de Charlotte avec laquelle travaille Anna, la mère de Léo. Puis il y a cet accident de la route, la rôtisserie out, l'assurance qui ne remboursera pas à cause du joint fumé juste avant. Rien ne va et ce n'

Trois Lucioles (deuxième volume de la trilogie Capitale du Sud), Guillaume Chamanadjian (Aux Forges de Vulcain)

 On va le répéter sans se lasser, cette double série Capitale du Sud/Capitale du Nord est une magnifique réussite. Parvenu à la moitié du projet, je ne cesse de m'enthousiasmer pour les aventures du jeune Nox de la Caouane, capable de passer les mondes tout en apprivoisant leur vitesse d'apparition pour placer ainsi ses gestes au mieux. Et surtout se défendre ! Oui, c'est officiel, nous avons été littéralement "encaouanés" par le couple Chamanadjian/Duvivier depuis les débuts l'an passé. D'ailleurs, si vous lisez attentivement, vous verrez apparaître le mot "chamane" dans le nom de l'auteur, pour qui c'est là le deuxième roman si j'ai bien compris. Oui, chamane des lettres cet écrivain, sans nul doute. Inutile de pérorer au passé simple pour dire que tout nous plaît dans La Tour de Garde : ses décors en mirage, entre places étriquées en feu et grandes étendues presque désertiques aux limites extérieures de Gemina, ses personnages atta