Accéder au contenu principal

Index auteurs A à Z

A
Ackerman, Elliott :  En attendant Eden
Albalach, Noga : Le vieil homme des adieux
Ammaniti, Nicolo :  La Fête du siècle
Amigorena, Santiago H. : Le Ghetto intérieur
André, Thomas : L'Avantage
Annocque, Philippe : Les Singes rouges
Arnoux, Frédéric : Merdeille
Ascott, Samouïl : (x) fois

B
Balla, Au nom du père
Bailly, Pierric : Michael Jackson et Les Enfants des autres, Le Roman de Jim
Bamberger, Vanessa : L'enfant parfaite
Barrault, Pierre : Catastrophes
Barry, Rodolphe : Honorer la fureur
Bayer, William : Punis-moi avec des baisers
Becanovic, Aleksandar : Arcueil
Becker, Emma : La Maison
Bernard, Christophe : La Bête creuse
Berg, Yonatan : Quitter Psagot
Bizon, Paul-Henry : Olympia
Blanvillain, Luc : Le Répondeur
Bodart, Olivier : Zones à risques
Bonneto, Jérôme : La Certitude des pierres et Le Silence des carpes
Bouchoueva, Katia : Doucement (!)
Bouysse, Franck : Né d'aucune femme
Broder, Melissa : Sous le signe des poissons et So Sad Today
Brückner, Pascal : Un an et un jour
Bruneau, Olivier : Dirty Sexy Valley et Esther

C
Calleja, Arno : La mesure de la joie en centimètres
Candré, Manuel : Des Voix
Capron, Julien : Match aller
Carlier, Stéphane : Le Chien de Madame Halberstadt
Caro, Fabrice : Le Discours et Broadway
Carpenter, Don : Clair-Obscur
Cathrine, Arnaud : J'entends des regards que vous croyez muets
Chantal, Sylvain : Fièvre de cheval
Chaussade, Emmanuel : Elle, la mère
Chauvier, Éric : Laura
Chillet, Fabrice : Un feu éteint
Chmielarz, Wojciech : La Cité des Rêves
Choplin, Antoine : Partiellement nuageux
Cibot, Valérie : Nos corps érodés
Clouette Fabien et Quentin Leclerc : Speedboat
Cohen, Joshua : David King s'occupe de tout
Coher, Sylvain : Vaincre à Rome
Colling Nielsen : Les Outrages
Cournut, Bérengère : De pierre et d'os
Crenn,  Antonin : L'épaisseur du trait et Les Présents
Cuvelier, Laetitia : Pipi, les dents et au lit

D
Da Silva, Didier : Dans la nuit du 4 au 15
Daubas, Charles : Cherbourg
Dazy, Sylvie : L'Embâcle
Delaume, Chloé : Le Coeur synthétique
Demeillers, Thimothée : Demain la brume
Deyns, Caroline : Trencadis
Dhée, Amandine : À mains nues
Domenach, Grégoire : Entre la source et l'estuaire
Dorchamps, Olivier : Ceux que je suis
Draeger, Manuela : Kree
Dubois, Arno : La Langue paternelle
Dubosc, Anna : Bruit dedans
Dudek, Arnaud :  Laisser des traces et On fait parfois des vagues

E
Easton Ellis, Bret : Suite(s) impériale(s)
Elkin, Stanley : Un sale type
Ellis, Warren : Artères Souterraines
Erre, J.M. : Le bonheur est au fond du couloir à gauche

F
Le Floch, Grégory : Dans la forêt du hameau de Hardt, De parcourir le monde et d'y rôder
Foster Wallace, David : L'Infinie Comédie
Fouqué, Marin : 77
Freudiger, Alain : Le Mauvais génie
Froment, Jean-Baptiste de : Etat de nature

G
Gassot, Jules : La Nuit ne dure pas
Gaudy, Hélène : Un monde sans rivage
Gay, Bruno : No Zone
Ghoussoub, Sabyl : Beyrouth entre parenthèses
Girault, Adrien : Monde ouvert
Gladman, Renee : Voyage à Ravicka
Goldstein, Amy : Janesville
Graham, Barry : Le Champion nu
Gray, Amelia : 50 façons de manger son amant
Grossi, Christophe : La ville soûle

H
Haddad, Hubert : Un monstre et un chaos
Haralambon, Olivier : Mes coureurs imaginaires
Hilsenrath, Edgar : Terminus Berlin et Nouvelles
Hochet, Stéphanie : Pacifique
Hodasava, Olivier : Une ville de papier
Hurault, Marie-Laure : Au canal
Huriya : Entre les jambes

J
Jaillet, Nicolas : Mauvaise graine
Joaquim, Carine : Nos corps étrangers
Josipovici, Gabriel : Hotel Andromeda
Jourde, Pierre : Le Voyage du canapé-lit
Jousse, Ariane : La Fabrique du rouge
Jung, Matthieu : Triangle à quatre et Principe de précaution

K
Kawczak, Paul : Ténèbre
Kent, Peine perdue
Kleine, Mike : La Ferme des Mastodontes et Le mont Arafat
Korine, Harmony : Sur fond d'émeutes
Krasznahorkai, László : Le Dernier loup
Kraus, Chris : Baiser ou faire des films

L
Labrune, Jean-Baptiste : L'Ombre de son nom
Jérome Lafargue, Le Temps est à l'orage
Lafille, Adrien : Milieu
Lafontaine, Marie-Pier : Chienne
Lalonde, Catherine : La Dévoration des fées
Lapeyre, Patrick : Paula ou personne
Larher, Erwan : Pourquoi les hommes fuient ?, Indésirable
Larnaudie, Mathieu : Blockhaus
Latour Cyrille : Mes deuzéleu
Lavenant, Guillaume : Protocole gouvernante
Le Corre, Hervé : Dans l'ombre du brasier
Léger Nathalie : Suivant l'azur
Lehane, Dennis : Après la chute
Leroy, Jérôme : Le Cimetière des plaisirs et La Petite Gauloise et Vivonne
Leroy, Myriam : Les Yeux Rouges
Lespoux, Yan : Presqu'îles
Levison, Iain : Un voisin trop discret
Liétard, Hénin : Marcher sur les bas-côtés
Lighieri, Rebecca : Il est des hommes qui se perdront toujours
Loughran, Peter : Jacqui
Lucas-Gary, Amélie : Hic et Grotte
Lugones, Leopoldo : Les Forces étranges

M
Mak-Bouchard, Olivier : Le Dit du Mistral
Maloùtas, Kostis : Une fois (et peut-être une autre)
Manteau, Valérie : Le Sillon
Marczewski, Philippe : Blues pour trois tombes et un fantôme
Martin, Guillaume : Socrate à vélo
Martin, Nastassja : Croire aux fauves
Maulin, Olivier : Les Lumières du Ciel
Mauvginier, Laurent : Histoires de la nuit
Menendez Salmon, Ricardo : La Nuit féroce
Meno, Joe : La Crête des damnés
Messina, Marion : Faux départ
Mongin, Martin : Francis Rissin
Moshfegh, Ottessa : Mon année de repos et de détente
Murakami, Haruki : Le Meurtre du Commandeur

N
Nelson, Maggie : Bleuets
Nicolas, Grégory : Équipiers et Les Fils du pêcheur

O
Offutt, Chris : Nuits Appalaches
Orah Mark, Sabrina : Lait sauvage
Oyamada, Hiroko : L'Usine

P
Papadaki, Kallia : Sillages
Paulin, Frédéric : La Fabrique de la terreur
Peace, David : Red or dead
Pelot, Pierre : Braves gens du purgatoire
Perreault, Annie : Valencia Palace
Perrotta, Tom : Mrs Fletcher ou les tribulation d'une MILF
Petitmangin, Laurent : Ce qu'il faut de nuit
Plamondon, Eric : Oyana
Poiraudeau, Anthony : Le Projet El Pocero
Ponthus, Joseph : A la ligne
Pourriol, Ollivier : Facile, l'art français de réussir sans forcer
Powers, Richard : Générosité
Prudhomme, Sylvain : Par les routes

Q
Quiriny, Bernard : Vies conjugales

R
Raphmaj, Lucien : Blandine Volochot
Ravey, Yves : Trois jours chez ma tante et Pas dupe
Régniez, Emmanuel : Madame Jules, Une Fêlure
Romero, Ricardo : Je suis l'hiver
Roth, Madeline : Avant le jour
Roubato, Sarah : 30 ans dans une heure
Rouchon-Borie, Dimitri : Le Démon de la Colline aux Loups
Roux Mathilde et Virginie Gauthier, Paysage augmenté
Rozier, Gilles : Mikado d'enfance
Ruben, Emmanuel : Sur la route du Danube et Jérusalem terrestre

S
Saar, Arno : Le train pour Tallinn et La neige sous la neige
SaFranko, Mark : Suicide
Saffy, Chloé : Subspace
Sallis, James : Willnot
Sarabadzic, Lou : Notre vie n'est que mouvement
Savelli, Anne : Des oloés
Schwartzbrod, Alexandra : Les Lumières de Tel-Aviv
Schwartzmann, Jacky : Kasso
De Séguin, Sophia : La Séparation
Serre, Anne : Grande tiqueté
Shalita, Rachel : L'Ours qui cache la forêt
Shua Dusapin, Elisa : Vladivostok Circus
Sillitoe, Alan : Samedi soir, dimanche matin
Springora, Vanessa : Le Consentement

T
Taïeb, Benjamin : Classe de mer
Taïeb, Lucie : Les Echappées et Freshkills
Teper, Laurence : Un cadenas sur le coeur
Ternaux, Romain et J. Zarca : Success Story
Terzian, Pierre : Ça fait longtemps qu'on s'est jamais connu
Testu, Marie : Marie-Lou-Le-Monde
Thuot, Marie-Ève : La Trajectoire des confettis
Toussaint J.P. : La Disparition du paysage
Turgeon, Alain : En mon faible intérieur
Tuszińska, Agata : Affaires personnelles

U
Uribe, Arelis : Les Bâtardes

V
Vanderhaeghe, Stéphane : Charøgnards et À tous les airs
Vann, David : Un poisson sur la Lune
Varesi, Valerio : Or, encens et poussière
Verlynde, Marc : Crevel, cénotaphe
Viel, Tanguy : Icebergs
Vinau, Thomas : C'est un beau jour pour ne pas mourir
Vinclair, Pierre : Sans adresse
Vogel, Marci : La Mort et autres jours de fête

W
Wallendorf, Fanny : L'Appel
Whitmer, Benjamin : Les Dynamiteurs
Wojciech, Chmielarz : La Cité des Rêves

Z
Zaytoun, Hyam : Vigile
Zink, Rui : Le Terroriste joyeux


















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voyage(s), Charlotte Monégier (Lunatique)

 Partir ailleurs en quelques vers, de Clichy à Saint-Leu, de Paris à Vientiane en passant par l'imprononçable Seydisfjördur, c'est peu dire que l'on voit du pays avec la poésie aérienne de Charlotte Monégier. Le dernier recueil de nouvelles de l'auteure ( Le Petit peuple des nuages ) avait laissé filtrer un goût pour le rêve et le voyage. En Normandie ou en Afrique du Sud, en Inde ou au lac du Bourget, les mots sont les mêmes mais chaque situation, un marché local, un transport en commun ou un lac est l'occasion de s'étonner, de recueillir des impressions et de partir là où on ne sait pas, là où une rencontre ou un simple paysage peut faire basculer un destin. Charlotte Monégier nous fait donc voyager en toute simplicité, en toute fluidité et cela suffit à notre bonheur de lecteur exilé, toujours en exil sur les traces de ce qui, dans la lecture, peut faire vibrer un écho, un souvenir dans la description d'un moment. Quelques tropismes : les rivages balayés

Le Sang de la Cité - Capitale du Sud 1/3, Guillaume Chamanadjian (Aux Forges de Vulcain)

 Oui, je l'ai fait, et je crois que c'est la première fois de ma vie. Acheter un roman uniquement sur la beauté de sa couverture, signée Elena Vieillard ici, la graphiste attitrée de l'éditeur. En outre, je ne lis jamais de fantasy et je ne saurais expliquer pourquoi. J'ignorais donc tout de ce livre, de son concept, de sa genèse, de son auteur, etc... même si les bons échos étaient légion (j'ai ma petite bibliothécaire au goût sûr). Et il y avait cet éditeur dont je connais mal le catalogue finalement mais connu lui aussi pour avoir du goût. Inutile de pérorer plus longtemps, j'ai adoré ce roman (médiéval ?) particulièrement attachant qui s'inscrit dans une saga de fantasy prometteuse. Je n'attendais strictement rien et je découvre un concept : deux trilogies qui forment un tout, La Tour de Garde, deux auteurs, deux cités millénaires et un univers diablement intrigant et immersif. Guillaume Chamanadjian s'occupe donc  de Gemina, cité tentaculaire du

Vendredi poésie #9 : Kae Tempest, François de Cornière, Xavière Mackay, Goliarda Sapienza

 Presque un mois sans poésie sur L'Espadon, c'est impensable. Alors le poisson revient la rage au bec, non pas avec trois mais quatre beaux recueils pour ce vendredi poésie #9, placé sous le signe du quotidien. Les identités plurielles avec Kae Tempest, la douceur d'instantanés avec François de Cornière, le quotidien en quête de pont et de lien de Xavière Mackay et l'unique Goliarda Sapienza, poétesse à ses débuts, qui nous entraîne avec elle dans ses mélancolies solitaires. Étreins-toi, Kae Tempest, L'Arche, Des écrits pour la parole bilingue (trad. par Louise Barlett), mai 2021, 224 p., 16€ Belle découverte que ce recueil proposé en version bilingue, parcours d'un garçon transformé en femme inspiré de la vie de Tirésias, devin aveugle de Thèbes puni par Héra. Étreins-toi comme une invitation à parler et déclamer, moins du genre que d'un désir pluriel, des "multidentités" et la façon de l'accepter sans juger. Le jeune garçon, baskets aux pieds

L'Autoroute de Sable, nouvelle revue dédiée aux... nouvelles absurde, comique et/ou mystérieuse

 Créée par Luc Dagognet et Pierre Nicolas (Pierre Orizet, directeur artistique), L'Autoroute de Sable est "une revue littéraire dédiée à la nouvelle de fiction, avec un penchant pour le mystérieux et l'absurde". Pour chaque numéro, un thème imposé. Ici, "la photocopieuse", point de départ de onze nouvelles par onze auteurs confirmés (j'entends, déjà publiés et ayant rencontré au moins un succès critique) ou en construction. Initiative intéressante et risquée, dit-on, puisqu'il paraît que la nouvelle se vend mal. Mais à en croire nos petites oreilles de blogueur, il semblerait pourtant que certains y croient, et à raison. Chez Rivages, Bernard Quiriny a écrit d'excellents recueils ( Vies conjugales ) et récemment Agullo a lancé une nouvelle collection dédiée aux textes courts avec succès ( Presqu'îles , Yan Lespoux). On pourrait citer des dizaines d'exemples. On retrouve donc avec joie des auteurs aimés/suivis par L'Espadon, ainsi que

So Sad Today, Melissa Broder (trad. Clément Ribes, L'Olivier)

Sachez-le, Melissa Broder est ma nouvelle idole. On vous parlait récemment du magnifique Sous le signe des poissons , roman dépressif et hilarant d'une femme en proie à la rupture amoureuse. Publié deux ans plus tôt chez un autre éditeur, So Sad Today révélait déjà l'univers déchirant de la poétesse américaine. Déchirant oui, à vous faire hurler de rire et vous plonger dans des océans d'anxiété. Il suffit de lire les titres des parties de ce livre pensé comme un essai drolatique mais sérieux, issu des nombreux tweets publiés par l'auteure ( L'art de ne jamais être à la hauteur, Un texto, c'est trop, et mille, ce ne sera jamais assez, Mon incapacité à ne plus t'idéaliser se porte bien ). Cette fille est dingue et nous montre à quel point nous le sommes tous dans son tambour de machine à laver qui n'épargne jamais son auteure. Seule, dépressive, anxieuse, droguée, alcoolique, anorexique, elle nous raconte tout dans une sincérité nue et bouleversante, avec

Entre les jambes, Huriya (Le Nouvel Attila)

 Presque arrivé en juillet, je me suis fait une petite réflexion : c'est une année de dingue ! Je dois en être à une petite dizaine de livres marquants pour 2021. C'est plutôt rare malgré une exigence toujours plus forte avec les années. Il faut le dire, ce  Entre les jambes  d'Huriya est assez bouleversant. Une justesse des mots conjuguée à la beauté simple ou crue des images, sans s'interdire la radicalité du ton ou du regard dans des passages assez trash. Pour faire simple, imaginez un garçon bâtard élevé par ses grands-parents, qui se sent femme et devient femme au Maroc. Une femme aime les femmes en terre d'Islam. Élevée dans sa jeunesse par une grand-mère oralement très pieuse mais réellement et symboliquement odieuse. Imaginez ce françaoui , grand-père colon et alcoolo dont la seule religion est l'amour des livres, la belle littérature devant laquelle on n'a qu'une chose à faire, s'incliner. Mais Huriya a une conscience, alors elle écoute les

Mon petit DIRELICON, Philippe Annocque (Lunatique)

 "Petit Dictionnaire des Idées reçues sur la LIttérature CONtemporaine mais quand même un peu à la manière de Flaubert". Philippe Annocque nous revient avec son humour pince-sans-rire dans un abécédaire savoureux d'une centaine de pages, comme une ode critique et joueuse aux livres, aux éditeurs, à l'indépendance. Oui, la liberté de créer, de produire, de ne pas vendre de livres a un prix. En géologue des lettres, Philippe Annocque déterre le prêt-à-penser, fouille des couches d'idées toutes faites en un mélange de sérieux désinvolte et totale rigolade, exhume un peu de son univers absurde déjà lu et vu dans ses "romans" chez Quidam. L'auteur aime mais il n'est pas dupe, ah ça non. Pas dupe des discours rabâchés, des petits mots du milieu, des habitudes qui anesthésient l'écriture et la pensée. Maintes fois j'ai eu peur de me retrouver dans ces bons mots jamais périssables qui taillent un peu à la manière de Flaubert ("Blog : N'e

Le mont Arafat, Mike Kleine (trad. de Quentin Leclerc, L'Ogre)

 Si le précédent livre de l'Américain Mike Kleine m'avait séduit ( La Ferme des Mastodontes ), c'est qu'il me renvoyait de près ou de loin à l'univers de Bret Easton Ellis. Une façon de me raccrocher à ce qui pouvait m'échapper par ailleurs dans ce texte qui oscillait entre le pastiche et la satire, la provocation et la révolution. On pouvait l'interpréter de mille façons, comme un flux de conscience mêlant réalités et cauchemars, jouant de la liste et du rythme pour signifier sans enfermer, dans une écriture blanche qui épuisait toute matérialité et autorisait l'interchangeabilité des âmes. Avec Le mont Arafat , Mike Kleine pousse le bouchon encore plus loin, dans le génie ou la provocation (vaine ?) à partir de fragments et de d'échos, d'éclatements et de résonances. Là encore, j'y ai projeté ce que mon âme de lecteur aimait y voir : des références allant de Twin Peaks à la série Lost en passant par Eyes Wide Shut et Kafka .  Pourquoi ? P

Demain s'annonce plus calme (Eduardo Berti)

Ma foi, un livre qui parle de sport et de météo est rarement un mauvais livre. Alors un livre qui en outre parle des livres et de traduction, de lecteurs passionnés, de lecteurs rendus malades par leur lecture des livres de Kafka ne semble pas plus dangereux que d'aller dans une bibliothèque municipale. Attendez, pas de blague, tout ça est très sérieux, c'est écrit dans la gazette locale, dix chapitres et dix coupures de presse bien pressées (entre un et quelques paragraphes). Si demain s'annonce plus calme, attention tout de même aux lucioles du quotidien remplies de coquilles. La hantise des éditeurs ! Une erreur et la possibilité du pilon s'ouvre à vous car les auteurs sont tatillons, c'est un fait. Il font attention à leurs faibles marges. Petite friandise de micro-récits en pays imaginaire, disons la Littérature Dans Tous Ses Costumes, Demain s'annonce plus calme a de quoi réjouir le lecteur pris au piège des ressemblances, des quiproquos, des couilles, des

Vendredi poésie #10 : Pipi, les dents et au lit, Laetitia Cuvelier (Hors Collection, Cheyne éditeur)

 Un seul titre pour ce vendredi poésie #10, mais un recueil tout en douceur pour neutraliser toute l'effervescence d'un foyer composé d'un couple et deux enfants. À en croire le nombre d'éditions, cinq, ce recueil publié pour la première fois en 2015 a déjà séduit un nombre conséquent de lecteurs de poésie, à l'image de Je, d'un accident ou d'amour de Loïc Demey. Il y a donc de la place pour les poètes en librairie. Dans Pipi, les dents et au lit, il est bien question de "charge mentale" à travers le regard d'une femme qui habite entre deux sommets. Un quotidien rythmé par le travail, les floconnades, l'activité enfantine ou les absences des uns et des autres. La routine, rien que la routine et ses fulgurances de sens piégées dans des questions sans réponse. Très bel objet carré aux pages vertes, confectionné par l'éditeur-typographe lui-même. Plus d'une centaine de pages où une femme se souvient, raconte et décrit, s'inquiète,