Accéder au contenu principal

Index auteurs A à Z

A
Ackerman, Elliott :  En attendant Eden
Albalach, Noga : Le vieil homme des adieux
Ammaniti, Nicolo :  La Fête du siècle
Amigorena, Santiago H. : Le Ghetto intérieur
André, Thomas : L'Avantage
Annocque, Philippe : Les Singes rouges
Arnoux, Frédéric : Merdeille
Ascott, Samouïl : (x) fois

B
Balla, Au nom du père
Bailly, Pierric : Michael Jackson et Les Enfants des autres, Le Roman de Jim
Bamberger, Vanessa : L'enfant parfaite
Barrault, Pierre : Catastrophes
Barry, Rodolphe : Honorer la fureur
Bayer, William : Punis-moi avec des baisers
Becanovic, Aleksandar : Arcueil
Becker, Emma : La Maison
Bernard, Christophe : La Bête creuse
Berg, Yonatan : Quitter Psagot
Bizon, Paul-Henry : Olympia
Blanvillain, Luc : Le Répondeur
Bodart, Olivier : Zones à risques
Bonneto, Jérôme : La Certitude des pierres et Le Silence des carpes
Bouchoueva, Katia : Doucement (!)
Bouysse, Franck : Né d'aucune femme
Broder, Melissa : Sous le signe des poissons et So Sad Today
Brückner, Pascal : Un an et un jour
Bruneau, Olivier : Dirty Sexy Valley et Esther

C
Calleja, Arno : La mesure de la joie en centimètres
Candré, Manuel : Des Voix
Capron, Julien : Match aller
Carlier, Stéphane : Le Chien de Madame Halberstadt
Caro, Fabrice : Le Discours et Broadway
Carpenter, Don : Clair-Obscur
Cathrine, Arnaud : J'entends des regards que vous croyez muets
Chantal, Sylvain : Fièvre de cheval
Chaussade, Emmanuel : Elle, la mère
Chauvier, Éric : Laura
Chillet, Fabrice : Un feu éteint
Chmielarz, Wojciech : La Cité des Rêves
Choplin, Antoine : Partiellement nuageux
Cibot, Valérie : Nos corps érodés
Clouette Fabien et Quentin Leclerc : Speedboat
Cohen, Joshua : David King s'occupe de tout
Coher, Sylvain : Vaincre à Rome
Colling Nielsen : Les Outrages
Cournut, Bérengère : De pierre et d'os
Crenn,  Antonin : L'épaisseur du trait et Les Présents
Cuvelier, Laetitia : Pipi, les dents et au lit

D
Da Silva, Didier : Dans la nuit du 4 au 15
Daubas, Charles : Cherbourg
Dazy, Sylvie : L'Embâcle
Delaume, Chloé : Le Coeur synthétique
Demeillers, Thimothée : Demain la brume
Désérable, François-Henri : Mon maître et mon vainqueur
Dessaint, Pascal : L'Horizon qui nous manque
Deyns, Caroline : Trencadis
Dhée, Amandine : À mains nues
Domenach, Grégoire : Entre la source et l'estuaire
Dorchamps, Olivier : Ceux que je suis
Draeger, Manuela : Kree
Dubois, Arno : La Langue paternelle
Dubosc, Anna : Bruit dedans
Dudek, Arnaud :  Laisser des traces et On fait parfois des vagues

E
Easton Ellis, Bret : Suite(s) impériale(s)
Elkin, Stanley : Un sale type
Ellis, Warren : Artères Souterraines
Erre, J.M. : Le bonheur est au fond du couloir à gauche

F
Le Floch, Grégory : Dans la forêt du hameau de Hardt, De parcourir le monde et d'y rôder
Foster Wallace, David : L'Infinie Comédie
Fouqué, Marin : 77
Freudiger, Alain : Le Mauvais génie
Froment, Jean-Baptiste de : Etat de nature

G
Gassot, Jules : La Nuit ne dure pas
Gaudy, Hélène : Un monde sans rivage
Gay, Bruno : No Zone
Ghoussoub, Sabyl : Beyrouth entre parenthèses
Girault, Adrien : Monde ouvert
Gladman, Renee : Voyage à Ravicka
Goldstein, Amy : Janesville
Graham, Barry : Le Champion nu
Gray, Amelia : 50 façons de manger son amant
Grossi, Christophe : La ville soûle

H
Haddad, Hubert : Un monstre et un chaos
Haralambon, Olivier : Mes coureurs imaginaires
Hervé, Olivier : Pédalées
Hilsenrath, Edgar : Terminus Berlin et Nouvelles et Satires
Hochet, Stéphanie : Pacifique
Hodasava, Olivier : Une ville de papier
Hurault, Marie-Laure : Au canal
Huriya : Entre les jambes

J
Jaillet, Nicolas : Mauvaise graine
Joaquim, Carine : Nos corps étrangers
Josipovici, Gabriel : Hotel Andromeda
Jourde, Pierre : Le Voyage du canapé-lit
Jousse, Ariane : La Fabrique du rouge
Jung, Matthieu : Triangle à quatre et Principe de précaution

K
Kawczak, Paul : Ténèbre
Kent, Peine perdue
Kiner, Salomé : Grande Couronne
Kleine, Mike : La Ferme des Mastodontes et Le mont Arafat
Korine, Harmony : Sur fond d'émeutes
Krasznahorkai, László : Le Dernier loup
Kraus, Chris : Baiser ou faire des films

L
Labrune, Jean-Baptiste : L'Ombre de son nom
Jérome Lafargue, Le Temps est à l'orage
Lafille, Adrien : Milieu
Lafontaine, Marie-Pier : Chienne
Lalonde, Catherine : La Dévoration des fées
Lapeyre, Patrick : Paula ou personne
Larher, Erwan : Pourquoi les hommes fuient ?, Indésirable
Larnaudie, Mathieu : Blockhaus
Latour Cyrille : Mes deuzéleu
Lavenant, Guillaume : Protocole gouvernante
Le Corre, Hervé : Dans l'ombre du brasier
Léger Nathalie : Suivant l'azur
Lehane, Dennis : Après la chute
Leroy, Jérôme : Le Cimetière des plaisirs et La Petite Gauloise et Vivonne
Leroy, Myriam : Les Yeux Rouges
Lespoux, Yan : Presqu'îles
Levison, Iain : Un voisin trop discret
Liétard, Hénin : Marcher sur les bas-côtés
Lighieri, Rebecca : Il est des hommes qui se perdront toujours
Loughran, Peter : Jacqui
Lucas-Gary, Amélie : Hic et Grotte
Lugones, Leopoldo : Les Forces étranges

M
Machado, Carmen Maria : Dans la Maison rêvée
Mak-Bouchard, Olivier : Le Dit du Mistral
Maloùtas, Kostis : Une fois (et peut-être une autre)
Manteau, Valérie : Le Sillon
Marczewski, Philippe : Blues pour trois tombes et un fantôme
Martin, Guillaume : Socrate à vélo
Martin, Nastassja : Croire aux fauves
Maulin, Olivier : Les Lumières du Ciel
Mauvginier, Laurent : Histoires de la nuit
Menendez Salmon, Ricardo : La Nuit féroce
Meno, Joe : La Crête des damnés
Messina, Marion : Faux départ
Mongin, Martin : Francis Rissin
Moshfegh, Ottessa : Mon année de repos et de détente
Murakami, Haruki : Le Meurtre du Commandeur

N
Navarro, Mariette : Ultramarins
Nelson, Maggie : Bleuets
Nicolas, Grégory : Équipiers et Les Fils du pêcheur

O
Offutt, Chris : Nuits Appalaches
Orah Mark, Sabrina : Lait sauvage
Oyamada, Hiroko : L'Usine

P
Papadaki, Kallia : Sillages
Paulin, Frédéric : La Fabrique de la terreur
Peace, David : Red or dead
Pelot, Pierre : Braves gens du purgatoire
Penblanc, Raymond : Somerland
Perreault, Annie : Valencia Palace
Perrotta, Tom : Mrs Fletcher ou les tribulation d'une MILF
Petitmangin, Laurent : Ce qu'il faut de nuit
Plamondon, Eric : Oyana
Poiraudeau, Anthony : Le Projet El Pocero
Ponthus, Joseph : A la ligne
Pouchet, Victor : La Grande Aventure
Pourriol, Ollivier : Facile, l'art français de réussir sans forcer
Powers, Richard : Générosité
Prudhomme, Sylvain : Par les routes

Q
Quiriny, Bernard : Vies conjugales

R
Raphmaj, Lucien : Blandine Volochot
Ravey, Yves : Trois jours chez ma tante et Pas dupe
Régniez, Emmanuel : Madame Jules, Une Fêlure
Romero, Ricardo : Je suis l'hiver
Roth, Madeline : Avant le jour
Roubato, Sarah : 30 ans dans une heure
Rouchon-Borie, Dimitri : Le Démon de la Colline aux Loups
Roux Mathilde et Virginie Gauthier, Paysage augmenté
Rozier, Gilles : Mikado d'enfance
Ruben, Emmanuel : Sur la route du Danube et Jérusalem terrestre

S
Saar, Arno : Le train pour Tallinn et La neige sous la neige
SaFranko, Mark : Suicide
Saffy, Chloé : Subspace
Sallis, James : Willnot
Salvayre, Lydie : Famille
Sarabadzic, Lou : Notre vie n'est que mouvement
Savelli, Anne : Des oloés
Schwartzbrod, Alexandra : Les Lumières de Tel-Aviv
Schwartzmann, Jacky : Kasso
De Séguin, Sophia : La Séparation
Serre, Anne : Grande tiqueté
Shalita, Rachel : L'Ours qui cache la forêt
Shua Dusapin, Elisa : Vladivostok Circus
Sillitoe, Alan : Samedi soir, dimanche matin
Springora, Vanessa : Le Consentement

T
Taïeb, Benjamin : Classe de mer
Taïeb, Lucie : Les Echappées et Freshkills
Teper, Laurence : Un cadenas sur le coeur
Ternaux, Romain et J. Zarca : Success Story
Terzian, Pierre : Ça fait longtemps qu'on s'est jamais connu
Testu, Marie : Marie-Lou-Le-Monde
Thuot, Marie-Ève : La Trajectoire des confettis
Tournier, Milène : Je t'aime comme
Toussaint J.P. : La Disparition du paysage
Turgeon, Alain : En mon faible intérieur
Tuszińska, Agata : Affaires personnelles

U
Uribe, Arelis : Les Bâtardes

V
Vanderhaeghe, Stéphane : Charøgnards et À tous les airs
Vann, David : Un poisson sur la Lune
Varesi, Valerio : Or, encens et poussière
Verlynde, Marc : Crevel, cénotaphe
Viel, Tanguy : Icebergs
Vinau, Thomas : C'est un beau jour pour ne pas mourir
Vinclair, Pierre : Sans adresse
Vogel, Marci : La Mort et autres jours de fête

W
Wallendorf, Fanny : L'Appel
Whitmer, Benjamin : Les Dynamiteurs
Wojciech, Chmielarz : La Cité des Rêves

Z
Zaytoun, Hyam : Vigile
Zink, Rui : Le Terroriste joyeux


















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Feu, Maria Pourchet (Fayard)

 En voilà un bouquin qui m'a bien gonflé et pour une fois, je sais exactement pourquoi. Oui, c'est vrai, vous ne trouverez aucun, mais alors aucun bon sentiment dans ce texte prétentieux sur le désir, ses affres, la passion amoureuse, les sentiments impossibles, les petits mensonges et les coups tordus... Histoire ô combien ordinaire, deux solitudes qui s'ennuient dans leur couple-famille-mariage (Laure, 40 balais) et leur vie minable de cadre sup' de la Défense (Clément, 50 balais), qui vit avec un chien. J'aime toutes les histoires, pourvu qu'elles soient bien racontées, pourvu qu'elles soient racontées avec style. Mais, rapidement, je me suis ennuyé à la lecture de ce roman sans grand intérêt et d'un nihilisme rare. J'y suis allé car je suis curieux. J'avais entendu moult louanges sur les textes de l'autrice. C'était l'occasion... manquée. Ce roman m'a vite dérangé, pour une raison simple. Il est d'un cynisme confondant, qu

Mahmoud ou la montée des eaux, Antoine Wauters (Verdier)

 L'histoire d'un barrage en Syrie, la trajectoire d'un homme au miroir de la guerre. 50 km de long, de béton. 11 000 familles déplacées. Un village englouti et des souvenirs avec. Le lac el-Assad, en 1973. Une famille éclatée. Un vieil homme, semble-t-il, rame à bord d'une barque, remontant le fil de sa mémoire en Syrie. Un professeur-poète menaçant pour le régime, une guerre en fond sonore. La censure, la traque, la paranoïa. Un grondement, une rumeur de plus en plus claire. Il lui faut plonger, à Mahmoud, avec masque et tuba, dans les profondeurs lacustres. Une façon de remonter à la surface pour respirer, voir sa vie passer du noir et blanc à la couleur. Mahmoud Elmachi, qu'as-tu fait de tes amours ? De tes enfants ? De ta famille ? De Sarah ? Les as-tu abandonnés ? As-tu eu simplement le choix ? Mahmoud ou la montée des eaux est un très beau roman en vers libres, ceux d'un poète isolé, coupé du monde, qu'on prendrait volontiers pour un fou. C'est d&#

La Grande Aventure, Victor Pouchet (Grasset)

 La grande aventure, c'est une balade en vue d'un col, l'écriture de poèmes qui forment un livre, c'est écrire un poème pour empêcher l'être aimé de partir, c'est une histoire de shampoing et de romans qui nous dépassent, c'est une histoire d'amour et de dauphins, un jeton de manège bleu à Montmartre pour raviver l'enfance, conjurer la perte, l'écoulement des journées qui passent. Il faut boire un gin tonic, en souvenir, pour oublier les montagnes qui nous assaillent. Ecrire des poèmes, alors, malgré les déserts d'inspiration, les aboiements des chiens. Partir, revenir, s'interroger aussi sur les événements de la vie, petites boules de réel qui débarquent sans crier gare. La mort d'un grand-père : Son coeur s'est arrêté / et il est mort très simplement, que l'on consigne dans un banal poème comme on s'interroge sur les contrebandiers... La Grande Aventure, c'est un dauphin, un découpage de solitudes. Suivez les pointil

Je t'aime comme, Milène Tournier (Lurlure)

 Les textures de l'amour, ses couleurs, ses reliefs sans aplats, ses plats d'humeur, ses objets au filtre d'une lumière qui se déploie dans l'espace urbain comme une pieuvre énamourée. Milène Tournier s'empare du sentiment, de sa flamboyance, de son romantisme, pour "épouser le tout ordinaire" des lieux des villes. Du kebab à la patinoire, du Ouibus au conteneur à verre, du potager au marché, de la librairie à la grue, du fleuve au fleuriste, des escaliers aux égouts, d'un distributeur Selecta à un cabinet de voyance, d'une boulangerie à une boîte à livres, de l'ascenseur au zoo, du stade au skatepark ! La poétesse s'amuse, ironise, déclare et déclame dans des pages performatives. Explorer le versant plein d'excès, et donc absurde, niais, mais aussi la beauté simple, nue, du sentiment amoureux. Ses images bizarres, ses arômes de cendre, de braise et de pizza, ses innocences souriantes. Quand on aime, on aime tout, le trivial et le subli

Ultramarins, Mariette Navarro (Quidam)

J'ai d'abord lu une dizaine de pages d' Ultramarins, à la fin du mois d'août. Puis j'ai posé le livre dans un coin, avant de le reprendre un mois plus tard, devant l'afflux des critiques positives. J'avais dû manquer un truc. Et bien m'en a pris. J'aurais dû m'installer confortablement et prendre mon temps. Car il faut entrer dans l'univers de Mariette Navarro à brasses lentes, observer et attendre. Et peut-être trouver la lumière, sur une île ou dans les abysses. Je crois savoir pourquoi j'ai vite abandonné ma lecture la première fois, c'est un défaut de lecteur et de commentateur. J'ai voulu comprendre dans l'instant les intentions narratives de l'auteure. Erreur ! Grosse erreur ! C'est exactement ce qu'il ne faut pas faire. Plutôt se laisser bercer, laisser venir et noter (ou pas) ce qui se produit. Accueillir et accepter le changement. Voir ce que le texte remue en vous. Je vous parle de sensibilité, mais impo

Dans la Maison rêvée, Carmen Maria Machado (Christian Bourgois)

 Très beau livre sur la violence dans le couple, pensé comme une succession de courts chapitres à la manière de. Une question simple, qui en appelle beaucoup d'autres : comment écrire une autobiographie ? Où commence-t-elle et où finit-elle ? Le jour de la naissance ? Le jour de notre mort ? Au début d'une prise de conscience ? À la fin d'une relation destructrice alors que celle-ci continue à vous hanter, peut-être jusqu'à la fin ? Dans la maison rêvée aborde la question de la violence dans le couple homosexuel en général, et en particulier, celle moins évidente a priori, de la violence dans le couple lesbien, qui rejoint le questionnement sur les identités sexuelles. Angle original pour évoquer une histoire tristement banale, celle d'un couple qui s'aime avec passion puis se déchire, rejouant une relation dominante/dominée, où brutalité et emprise psychologique guident les échanges. La narratrice, peu sûre d'elle-même et boulotte, entre dans une relation t

Grande Couronne, Salomé Kiner (Christian Bourgois)

 Encouragé par les enthousiasmes de libraire et un éditeur de confiance, je me suis lancé dans ce Grande Couronne , plein d'attentes. J'aime les premiers romans, toujours curieux de découvrir un univers, une écriture, un rapport au monde qui serait original. Fin des années 90, dans la banlieue parisienne. On suit les pas d'une collégienne, Tennessy. Ses parents divorcent, sa soeur est bordeline, ses deux frères pas aidés par une mère dépressive qui se laisse doucement mourir. Dans ce marasme ordinaire, l'ado tente bien de se raccrocher aux branches mais, peine perdue, là voilà embarquée, malgré elle, dans un petit réseau de prostitution. Ses premières expériences sexuelles seront tarifées. Un peu naïve, la jeune fille rêve de marques, voudrait ressembler à ces filles qui ont l'air si sûres d'elle. Mais elle n'est pas née du bon côté. Aux côtés de Chanelle, de Kat Linh, Tennessy se rêve en avocate ou en hôtesse de l'air, avec en fond sonore les clips de L

Satires, Edgar Hilsenrath (Le Tripode)

Satires...  ça tire toujours des larmes un livre d'Edgar Hilsenrath. Et quand on sait que c'est le dernier, ça en tire encore plus. Puis des larmes de rire, aussi, car l'Edgar était un clown triste, hanté par la Shoah et la figure du nazi. Hanté par le retour au pays, homme aux racines floues et arrachées, une identité pétrie dans la langue et l'écriture, des pays où être chez soi quand on vous a tout pris. Sauf l'humour, sauf une folle tendresse pour ses personnages, sauf l'ironie, sauf le rire désespéré. Puisque ce monde n'a aucun sens, il convient d'en souligner l'absurde logique, le grotesque, dans des dialogues cinglants où Hilsenrath s'amuse autant qu'il dégomme, invente des mondes autant qu'il les détruits. Ce livre, c'est l'Allemagne vue par l'exilé, celui qui écrit en allemand mais ne comprend plus ce pays peuplé de nazis croupissants, de veuves déboussolées et de travailleurs immigrés qui ne comprennent pas un mot de

Mon maître et mon vainqueur, François-Henri Désérable (Gallimard)

 Le François-Henri revient très en forme (mon collègue Shangols, s'il lit ces lignes, doit s'arracher les cheveux et les yeux) avec ce roman plein d'ironie sur le plus vieux sujet du monde, la passion amoureuse et ses affres, les sentiments lâchés, qu'on ne choisit pas, et les petites tragédies qu'elle charrie sur le chemin des injonctions nuptiales, familiales. Mon maître et mon vainqueur, suivant les pas d'un classique triangle amoureux (un narrateur, ami de Tina, Vasco, l'amant de Tina et un cocu mais qui ?) nourri de théâtre, de duel au pistolet, qui se frotte de poésie et s'engouffre corps et âmes dans la baise torride, peut se lire comme une tragi-comédie sur fond de procès. Quelqu'un a vraisemblablement tiré et touché dans le mille puisqu'il est en prison. Mais qui, pourquoi, comment ? A priori, tout a déjà été dit ou écrit sur le sujet. Ou le croit-on ! Mais non, tant qu'on a du style et une façon d'approcher les choses. Ici, FH

Pédalées, Olivier Hervé (Lunatique éditions)

 Bonjour les amis. Joie et émotion, il est enfin là, le rêve d'une vie. Il s'appelle Pédalées et il est épais de 1,73 cm. Ni un essai, ni un roman, ni un témoignage, ni de la poésie, il croise un peu toutes ces approches pour parler d'une chose, le vélo. Et même d'une passion pour le vélo ! Il sortira le 15 novembre, dans toutes les bonnes librairies. Présentation sur le site de l'éditeur : " Pédalées propose 21 itinéraires littéraires comme autant d’étapes du Tour du France et de virages de l’Alpe d’Huez. Une Grande Boucle intime de 240km où les succès font écho aux douleurs, les défaites aux exploits. C’est aussi un hommage amoureux et critique à la petite reine, à ses beautés, à ses ratés, à la folie et aux illusions qu’elle fait naître. ​ Rouler, c’est… Un opéra en rafales. Être porté par les lieux, habité par les territoires. Un arpentage sensible. Mettre de l’ordre dans son chaos intime, laisser libre cours à son propre désordre. Une obsession, un truc q