Accéder au contenu principal

Index auteurs A à Z

A
Ackerman, Elliott :  En attendant Eden
Albalach, Noga : Le vieil homme des adieux
Ammaniti, Nicolo :  La Fête du siècle
Amigorena, Santiago H. : Le Ghetto intérieur
André, Thomas : L'Avantage
Arnoux, Frédéric : Merdeille
Ascott, Samouïl : (x) fois

B
Balla, Au nom du père
Bailly, Pierric : Michael Jackson et Les Enfants des autres, Le Roman de Jim
Bamberger, Vanessa : L'enfant parfaite
Barrault, Pierre : Catastrophes
Barry, Rodolphe : Honorer la fureur
Bayer, William : Punis-moi avec des baisers
Becanovic, Aleksandar : Arcueil
Becker, Emma : La Maison
Belezi, Mathieu : Attaquer la terre et le soleil
Bernard, Christophe : La Bête creuse
Berg, Yonatan : Quitter Psagot
Bizon, Paul-Henry : Olympia
Blanvillain, Luc : Le Répondeur
Bodart, Olivier : Zones à risques
Bonneto, Jérôme : La Certitude des pierres et Le Silence des carpes
Bouchoueva, Katia : Doucement (!)
Bouysse, Franck : Né d'aucune femme
Broder, Melissa : Sous le signe des poissons et So Sad Today
Brückner, Pascal : Un an et un jour
Bruneau, Olivier : Dirty Sexy Valley et Esther et Pharmakon

C
Calleja, Arno : La mesure de la joie en centimètres
Candré, Manuel : Des Voix
Capron, Julien : Match aller
Carlier, Stéphane : Le Chien de Madame Halberstadt ; Clara lit Proust
Caro, Fabrice : Le Discours et Broadway
Carpenter, Don : Clair-Obscur
Chamanadjian, Guillaume : Le Sang de la Cité et Trois Lucioles
Chantal, Sylvain : Fièvre de cheval
Chaussade, Emmanuel : Elle, la mère
Chauvier, Éric : Laura
Chillet, Fabrice : Un feu éteint
Chmielarz, Wojciech : La Cité des Rêves
Choplin, Antoine : Partiellement nuageux
Cibot, Valérie : Nos corps érodés
Clouette Fabien et Quentin Leclerc : Speedboat
Cohen, Joshua : David King s'occupe de tout
Coher, Sylvain : Vaincre à Rome
Colling Nielsen : Les Outrages
Cournut, Bérengère : De pierre et d'os ; Élise sur les chemins
Crane, Antonia : Consumée
Crenn,  Antonin : L'épaisseur du trait et Les Présents
Cuvelier, Laetitia : Pipi, les dents et au lit

D
Dactylo, La : Démo d'esprit
Da Silva, Didier : Dans la nuit du 4 au 15
Daubas, Charles : Cherbourg
Dazy, Sylvie : L'Embâcle
Delaume, Chloé : Le Coeur synthétique
Demeillers, Thimothée : Demain la brume
Désérable, François-Henri : Mon maître et mon vainqueur
Dessaint, Pascal : L'Horizon qui nous manque
Deudon, Valentin : L'Intendresse
Deyns, Caroline : Trencadis
Dhée, Amandine : À mains nues
Dietrich, Pascale : Faut pas rêver
Domenach, Grégoire : Entre la source et l'estuaire
Dorchamps, Olivier : Ceux que je suis
Draeger, Manuela : Kree
Dubois, Arno : La Langue paternelle
Duvivier, Claire : Citoyens de demain

E
Easton Ellis, Bret : Suite(s) impériale(s)
Elkin, Stanley : Un sale type
Ellis, Warren : Artères Souterraines
Esnault C, Fondeville L : Mollo sur la win

F
Le Floch, Grégory : Dans la forêt du hameau de Hardt, De parcourir le monde et d'y rôder
Foster Wallace, David : L'Infinie Comédie
Fouqué, Marin : 77
Freudiger, Alain : Le Mauvais génie
Froment, Jean-Baptiste de : Etat de nature

G
Garnier, Typhaine : Massacres
Gassot, Jules : La Nuit ne dure pas
Gaucher, Julie : Et elles se mirent à courir
Gaudy, Hélène : Un monde sans rivage
Gay, Bruno : No Zone
Ghoussoub, Sabyl : Beyrouth entre parenthèses
Girault, Adrien : Monde ouvert
Gladman, Renee : Voyage à Ravicka
Goldstein, Amy : Janesville
Graham, Barry : Le Champion nu
Gray, Amelia : 50 façons de manger son amant
Grossi, Christophe : La ville soûle
Guiraudie, Alain : Ici commence la nuit

H
Haddad, Hubert : Un monstre et un chaos
Haralambon, Olivier : Mes coureurs imaginaires
Hervé, Olivier : Pédalées
Hervy, Olivier : Agacement mécanique
Hilsenrath, Edgar : Terminus Berlin et Nouvelles et Satires
Hochet, Stéphanie : Pacifique
Hodasava, Olivier : Une ville de papier
Hurault, Marie-Laure : Au canal

I
Incardona, Joseph : Les Corps solides

J
Jaillet, Nicolas : Mauvaise graine
Joaquim, Carine : Nos corps étrangers
Josipovici, Gabriel : Hotel Andromeda
Jourde, Pierre : Le Voyage du canapé-lit
Jousse, Ariane : La Fabrique du rouge
Jung, Matthieu : Triangle à quatre et Principe de précaution

K
Kawczak, Paul : Ténèbre
Kent, Peine perdue
Kiner, Salomé : Grande Couronne
Kleine, Mike : La Ferme des Mastodontes et Le mont Arafat
Korine, Harmony : Sur fond d'émeutes
Krasznahorkai, László : Le Dernier loup
Kraus, Chris : Baiser ou faire des films

L
Labrune, Jean-Baptiste : L'Ombre de son nom
Jérome Lafargue, Le Temps est à l'orage
Lafille, Adrien : Milieu
Lafontaine, Marie-Pier : Chienne
Lalonde, Catherine : La Dévoration des fées
Lapeyre, Patrick : Paula ou personne
Larher, Erwan : Pourquoi les hommes fuient ?, Indésirable
Larnaudie, Mathieu : Blockhaus
Latour Cyrille : Mes deuzéleu
Lavenant, Guillaume : Protocole gouvernante
Lebrun, Guillaume : Fantaisies Guérillères
Le Corre, Hervé : Dans l'ombre du brasier
Léger Nathalie : Suivant l'azur
Lehane, Dennis : Après la chute
Leroy, Jérôme : Le Cimetière des plaisirs et La Petite Gauloise et Vivonne
Leroy, Myriam : Les Yeux Rouges
Lespoux, Yan : Presqu'îles
Llop, José Carlos : Le Roman du siècle
Loughran, Peter : Jacqui
Lucas-Gary, Amélie : Hic et Grotte
Lugones, Leopoldo : Les Forces étranges

M
Machado, Carmen Maria : Dans la Maison rêvée
Mak-Bouchard, Olivier : Le Dit du Mistral
Maloùtas, Kostis : Une fois (et peut-être une autre)
Manteau, Valérie : Le Sillon
Marczewski, Philippe : Blues pour trois tombes et un fantôme
Martin, Guillaume : Socrate à vélo
Martin, Nastassja : Croire aux fauves
Maulin, Olivier : Les Lumières du Ciel
Mauvginier, Laurent : Histoires de la nuit
Menendez Salmon, Ricardo : La Nuit féroce
Meno, Joe : La Crête des damnés
Messina, Marion : Faux départ
Mongin, Martin : Francis Rissin
Moshfegh, Ottessa : Mon année de repos et de détente
Montana, Cyril : Carla on my mind
Murakami, Haruki : Le Meurtre du Commandeur

N
Naga, Ito : Je sais
Navarro, Mariette : Ultramarins
Navellou, Arthur : J'envisage l'impossible
Nelson, Maggie : Bleuets
Nicolas, Grégory : Équipiers et Les Fils du pêcheur
Nunez, Laurent : Le mode avion

O
Obiégly, Gaëlle : Totalement inconnu
Offutt, Chris : Nuits Appalaches
Oho Bambe, Marc-Alexandre : La Vie poème
Orah Mark, Sabrina : Lait sauvage
Oyamada, Hiroko : L'Usine

P
Papadaki, Kallia : Sillages
Paulin, Frédéric : La Fabrique de la terreur ; La Nuit tombée sur nos âmes
Peace, David : Red or dead
Pelot, Pierre : Braves gens du purgatoire
Penblanc, Raymond : Somerland
Perreault, Annie : Valencia Palace
Perrotta, Tom : Mrs Fletcher ou les tribulation d'une MILF
Petitmangin, Laurent : Ce qu'il faut de nuit
Phaneuf Marc-Antoine K. : Carrousel encyclopédique
Plamondon, Eric : Oyana
Poiraudeau, Anthony : Le Projet El Pocero
Ponthus, Joseph : A la ligne
Porté, Dominique : Mécanique d'une dérive
Pouchet, Victor : La Grande Aventure
Pourriol, Ollivier : Facile, l'art français de réussir sans forcer
Powers, Richard : Générosité
Prudhomme, Sylvain : Par les routes

Q
Quiriny, Bernard : Vies conjugales

R
Raphmaj, Lucien : Blandine Volochot
Ravey, Yves : Trois jours chez ma tante et Pas dupe et Taormine
Réal, Grisélidis : Chair vive
Régniez, Emmanuel : Madame Jules, Une Fêlure
Romero, Ricardo : Je suis l'hiver
Roth, Madeline : Avant le jour
Roubato, Sarah : 30 ans dans une heure
Rouchon-Borie, Dimitri : Le Démon de la Colline aux Loups
Roux Mathilde et Virginie Gauthier, Paysage augmenté
Rozier, Gilles : Mikado d'enfance
Ruben, Emmanuel : Sur la route du Danube et Jérusalem terrestre

S
Saar, Arno : Le train pour Tallinn et La neige sous la neige
SaFranko, Mark : Suicide
Saffy, Chloé : Subspace, À fleur de chair
Sallis, James : Willnot
Salvayre, Lydie : Famille
Sarabadzic, Lou : Notre vie n'est que mouvement
Savelli, Anne : Des oloés
Schwartzbrod, Alexandra : Les Lumières de Tel-Aviv
Schwartzmann, Jacky : Kasso
De Séguin, Sophia : La Séparation
Serre, Anne : Grande tiqueté
Shalita, Rachel : L'Ours qui cache la forêt
Shua Dusapin, Elisa : Vladivostok Circus
Sillitoe, Alan : Samedi soir, dimanche matin
Springora, Vanessa : Le Consentement
Syrac, Julien : Poèmes à Faye

T
Taïeb, Benjamin : Classe de mer
Taïeb, Lucie : Les Echappées et Freshkills
Teper, Laurence : Un cadenas sur le coeur
Ternaux, Romain et J. Zarca : Success Story
Terzian, Pierre : Ça fait longtemps qu'on s'est jamais connu
Testu, Marie : Marie-Lou-Le-Monde
Thuot, Marie-Ève : La Trajectoire des confettis
Tournier, Milène : Je t'aime comme
Toussaint J.P. : La Disparition du paysage
Turgeon, Alain : En mon faible intérieur
Tuszińska, Agata : Affaires personnelles

U
Uribe, Arelis : Les Bâtardes

V
Vanderhaeghe, Stéphane : Charøgnards et À tous les airs
Vann, David : Un poisson sur la Lune
Varesi, Valerio : Or, encens et poussière
Venet, Emmanuel : Virgile s'en fout
Verlynde, Marc : Crevel, cénotaphe, Un vide, en Soi
Viel, Tanguy : Icebergs
Vinau, Thomas : C'est un beau jour pour ne pas mourir
Vinclair, Pierre : Sans adresse
Vogel, Marci : La Mort et autres jours de fête

W
Wallendorf, Fanny : L'Appel
Whitmer, Benjamin : Les Dynamiteurs
Wojciech, Chmielarz : La Cité des Rêves

Z
Zaytoun, Hyam : Vigile
Zink, Rui : Le Terroriste joyeux


















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vendredi poésie #5

 Cinquième volet de nos "vendredi poésie" avec une partie de pêche sur les bords de l'enfance (Christophe Esnault), la poésie amoureuse et architecturée de Typhaine Garnier, et le recueil "Promenade et guerre" du regretté Cédric Demangeot. Je ne connais rien à la pêche mais ça ne m'a pas empêché d'aimer la poésie de Christophe Esnault. D'abord pour son flow de mots et ses flots de jeux de mots en son, ou tout simplement ces morceaux d'enfance bercés par la joie du souvenir qui est avant tout une façon de ressentir une émotion au bord de l'eau, auprès des carpes et des gros "lolos". J'ai été hameçonné par cette poésie frontale, simple et accessible, qui embrasse le courant d'un cours d'eau, rapide ou tranquille, pour se rappeler qui on a été. Rien d'ennuyeux au milieu des silures et des poissons, juste l'itinéraire d'un gars passionné qui, au jeu des miroirs déformés et déformants, tente de refaire surface av

Taormine, Yves Ravey (éditions de Minuit)

 Le Ravey annuel est arrivé. La carrosserie est un peu cabossée, l'aile droite avant surtout, mais le moteur est toujours rugissant. On ne se lasse pas de la mécanique littéraire mise au point par l'auteur même si, à chaque roman, Yves Ravey nous vend à peu près la même voiture. Mais quelle voiture, hein ! Le standard dans la nouveauté. Toujours connue mais jamais vraiment la même. Un peu de liquide de refroidissement, du filtre à huile, du car wash plus et un délicieux polish au goût de malabar, voilà la recette du maître. Soit un petit couple, Melvil et Luisa Hammett, sur le point de se séparer et qui tente de se rabibocher par un voyage en amoureux dans un luxueux hôtel de Taormine, en Sicile. Là-bas, en avril, il pleut et la visibilité près de la mer est mauvaise. Et Melvil tourne en boucle : passons sur les incartades, fréquentes, et les passages à l'acte, systématiques, de Luisa, notamment avec son ex-meilleur ami croisé dans une agence Pôle Emploi. Oui, passons. Les

Démo d'esprit, La Dactylo (Verticales)

Une Démo d'esprit, des mots et tu ris, comme une tuerie à l'écrit. Merci aux éditions Verticales de penser à ceux qui ne fréquentent pas les réseaux sociaux. L'aphorisme a de beaux jours devant lui sur les réseaux, mais il est tant consommé, à la chaîne, qu'il finit par accumulation à en perdre sa saveur. Comme noyé, invisibilisé. Il a besoin de temps, et nous avec, pour produire son effet. Aussi bref qu'il soit, l'aphorisme mérite que nous, lecteurs, nous nous pausions un instant, avec un livre, pour l'écouter et l'apprécier à sa juste valeur. En retrouver la fraîcheur. J'avais croisé ici ou là ces aphorismes posés, au pochoir, sur les murs de nos villes chéries. Du street art, de la poésie, des punchline, des mots d'esprit et de l'intelligence dans ces jeux de lettres savoureux, regroupés dans un petit recueil tout mignon où se côtoient photos, aphorismes autres prismes, et poèmes-miroirs. Vous les avez sûrement croisés, vous aussi, au te

Clara lit Proust, Stéphane Carlier (Gallimard)

Histoire d'un basculement vers l'art, d'un véritable coup de foudre, d'un émerveillement. C'est l'histoire de celle qui vous rend beau avec son petit coup de peigne. Clara, 23 ans, coiffeuse chez Cindy Coiffure, vit sa petite vie de province avec le beau gosse JM. Elle coupe des cheveux, bavarde avec les clientes dans ce minuscule salon de Saône-et-Loire, au rythme de Nostalgie et des tranches de vie narrées. Les journées, il faut bien le dire, sont un peu pénibles et redondantes. Mais, un beau jour, la révélation, l'illumination dans la lecture. Le bonheur du côté de Guermantes. Clara a trouvé sa voix dans les mots. Sa voie sera pavée de lettres, de phrases lentes et évidentes. Car Clara, elle le sent, vit la  vie d'une fille qui ne lui ressemble pas. On avait quitté Stéphane Carlier avec l'excellent Le Chien de Madame Halberstadt (Le Tripode). Entre-temps, l'écrivain a pondu un autre bouquin chez un autre éditeur, L'enterrement de Serge (ac

Et elles se mirent à courir (éditions du Volcan)

 Voici des vers qui m'ont donné envie de courir aux côtés de Julie Gaucher. Et pourtant dieu sait que je déteste ça, courir. Mes jambes, mes genoux, mes mollets n'aiment pas. À l'Espadon, vous le savez, on est plutôt vélo. Mais, rien de grave, puisque la poésie est là pour nous unir, nous réunir le temps d'un run, d'une nage, les fesses bien posées sur les gradins. Oui, trois parties pour ce recueil (Courir, Nager, Dans les gradins) dont les poèmes font la part belle aux femmes, aux femmes dans le sport. L'autrice, Julie Gaucher, universitaire et spécialiste de la place des femmes dans le sport, s'était déjà fendue d'une belle somme sur le sujet aux éditions du Volcan ( De la femme de sport à la sportive , une anthologie, 2019). Disons-le d'emblée, il est rare d'écrire sur le sport, encore plus des poèmes, et des poèmes qui parlent des femmes dans le sport. Elle-même sportive, Julie Gaucher fait d'un matériau intime une expérience universelle

Fantaisies Guérillères, Guillaume Lebrun (Christian Bourgois)

 Let me tell you, this novel is not a bullshiterie, mais alors pas du tout. C'est même un fucking bon roman ! Avec des English, des grenouilles, des Bourguignons et la meilleure d'entre nous, Jehanne notre sauveuse, notre guérillère aux visions spectrales qui n'entrave pas grand-chose aux bibleries. Jeanne qui sculpte elle-même son mythe. Comprenez bien, cher Guillaume Lebrun, j'ai la comprenette difficile. Alors au début, t'entraves pas tout, le temps d'installer ta teste dans la lecture. C'est Yo qui parle, et qui nous parle, d'un élevage de Jehanne pour bouter vous savez qui, et sauver et le royaume et le roy de France. Plus tard, c'est Jehanne. Jehanne qui, parmi une dizaine de Jehanne de la Knight Academy, a été reconnue entre toutes pour bielle et grande mission. Et Jehanne, "bien au-dessus du lot genré", en a dans le heaume, "Hardie à la lutte", "Dévorante à mains nues", "Druidesse parmi les Druidesses".

Attaquer la terre et le soleil, Mathieu Belezi (Le Tripode)

 Pour justifier la colonisation, les puissances européennes ont invoqué la "mission civilisatrice". Il fallait élever, éduquer les ignorants, arpenter et s'approprier les terres riches et convertir les dominés. 1830, la France se lance dans la conquête de l'Algérie. C'est ce moment que choisit d'explorer Mathieu Belezi dans Attaquer La Terre et le soleil , à partir du point de vue des victimes, des bourreaux et nous, lecteurs, spectateurs du désastre à l'oeuvre, barbarie sans nom. On y suit le quotidien des colons, la mort, les maladies, la chaleur étouffante, les razzias, les massacres. In fine , l'infinie violence de la conquête couplée à sa vanité, son absurdité, sa brutalité. C'est une histoire de la folie des hommes, d'un défaut d'humanité. Par la force, militaires et prêtres vont croire apporter par-delà la Méditerranée civilisation et progrès. Peu de points, une ponctuation réduite à la portion congrue, des bribes de dialogues et une

Mécanique d'une dérive, Dominique Porté (L'Antilope)

 L'auteur, Dominique Porté, est âgé de dix ans lorsqu'il voit le film Kapò. Des films, des lectures, des visites et des rencontres vont ensuite faire naître en lui un besoin obsessionnel, "le désir intense de comprendre". Il écrit, page 162 : "(...) j'étais constamment envahi par une curiosité que plus tard quelqu'un qualifia en fait de rien moins que cynique : la curiosité du naturaliste qui se retrouve transplanté dans un environnement qui est effroyable mais nouveau, effroyablement nouveau." Au fil de ses recherches aiguisées par une curiosité toujours plus grande, une fascination émerge pour la figure de Chaïm Rumkowski, désigné en octobre 1939 chef du ghetto de Lodz par les nazis. Il doit y organiser la vie, mettre en place une administration pour répondre aux besoins élémentaires. Une figure du mal se dessine, avec ses banales contradictions. Faire le jeu de l'ennemi tout en protégeant les siens. Hanté par les faits, les personnages, les po

Les Corps solides, Joseph Incardona (Finitude)

 Ça commence souvent bien un bouquin de Joseph Incardona. On se laisse prendre au jeu d'une écriture simple, fluide et agréable, le temps de poser le contexte et les personnages. On va droit au but, ça file et ça surfe. Puis, assez rapidement, le plaisant tourne à la caricature simpliste. Une femme, veuve mais battante, et son enfant, Léo, fan de surf, vivent sur la côte atlantique, dans un mobil-home, sans le sou. Juste le surf pour oublier une vie de merde. D'ailleurs, la mère est une ex-championne qui fait son deuil en fumant des joints. La dame tient une rôtisserie mobile qui perd de l'argent. Il y a des traites à payer, des prêts à rembourser et, cerise sur le gâteau, le fils est harcelé puis agressé au collège par un certain Kévin, qui se trouve être le fils de Charlotte avec laquelle travaille Anna, la mère de Léo. Puis il y a cet accident de la route, la rôtisserie out, l'assurance qui ne remboursera pas à cause du joint fumé juste avant. Rien ne va et ce n'

Trois Lucioles (deuxième volume de la trilogie Capitale du Sud), Guillaume Chamanadjian (Aux Forges de Vulcain)

 On va le répéter sans se lasser, cette double série Capitale du Sud/Capitale du Nord est une magnifique réussite. Parvenu à la moitié du projet, je ne cesse de m'enthousiasmer pour les aventures du jeune Nox de la Caouane, capable de passer les mondes tout en apprivoisant leur vitesse d'apparition pour placer ainsi ses gestes au mieux. Et surtout se défendre ! Oui, c'est officiel, nous avons été littéralement "encaouanés" par le couple Chamanadjian/Duvivier depuis les débuts l'an passé. D'ailleurs, si vous lisez attentivement, vous verrez apparaître le mot "chamane" dans le nom de l'auteur, pour qui c'est là le deuxième roman si j'ai bien compris. Oui, chamane des lettres cet écrivain, sans nul doute. Inutile de pérorer au passé simple pour dire que tout nous plaît dans La Tour de Garde : ses décors en mirage, entre places étriquées en feu et grandes étendues presque désertiques aux limites extérieures de Gemina, ses personnages atta