Accéder au contenu principal

Vendredi poésie #9 : Kae Tempest, François de Cornière, Xavière Mackay, Goliarda Sapienza

 Presque un mois sans poésie sur L'Espadon, c'est impensable. Alors le poisson revient la rage au bec, non pas avec trois mais quatre beaux recueils pour ce vendredi poésie #9, placé sous le signe du quotidien. Les identités plurielles avec Kae Tempest, la douceur d'instantanés avec François de Cornière, le quotidien en quête de pont et de lien de Xavière Mackay et l'unique Goliarda Sapienza, poétesse à ses débuts, qui nous entraîne avec elle dans ses mélancolies solitaires.

Étreins-toi, Kae Tempest, L'Arche, Des écrits pour la parole bilingue (trad. par Louise Barlett), mai 2021, 224 p., 16€

Belle découverte que ce recueil proposé en version bilingue, parcours d'un garçon transformé en femme inspiré de la vie de Tirésias, devin aveugle de Thèbes puni par Héra. Étreins-toi comme une invitation à parler et déclamer, moins du genre que d'un désir pluriel, des "multidentités" et la façon de l'accepter sans juger. Le jeune garçon, baskets aux pieds commet le péché de séparer un couple de serpents enlacés. Punition d'Héra qui le transforme en femme. Renaissance au présent, au véritable moi intérieur, ce recueil de poèmes versifiés entend, par son slam habité, donner voix aux êtres de côté, entre deux, faire éclater les figurations ou représentations simplistes des déterminations genrées. Pas de morale ici sinon celle d'aimer librement. Laisser un espace d'expression, sas de métamorphose. Pas de recours au mythe pour faire la leçon ou l'explication mais un filtre-miroir de nos aveuglements à valeur de prophétie. Là où tous ces livres échouent, c'est dans la représentation vulgaire d'un parcours autobiographique. Qui existe ici mais Kae Tempest dépasse sa propre histoire en la rattachant à des valeurs ou des thèmes qui la dépassent : le désir, l'amour, le sexe, la découverte de soi pour montrer une identité et un corps en tension vers une libération. Un recueil ancré dans notre époque qui saisit des passages, des figurations et des altérations entre différents pôles : les genres, les époques, le ciel et la terre, le mythe et le réel, jusqu'à une délicieuse confusion. Mais le mieux est encore de se laisser bercer par la musique et cette oralité qui claque. Car s'il y a de l'amour, on sent aussi une rage tapie qui tient autant d'une ignorance (ce qui nous dépasse) que d'un refus d'accepter le monde tel qu'il va (pour faire vivre la marge qu'on ne veut pas voir et qu'il faut faire entendre). Urgence de dire, de crier, en chanson et en rap, qu'on veut être dans un lit avec l'être aimé. On est dans le pur mouvement ici, conte réel de métamorphoses par la langue, en phrases courtes, qui captent les colères de l'adolescence, les solitudes et leurs mélancolies, images fugaces d'un monde à renverser, quitte à brûler ce qu'on aime. Fuck the poem écrit-iel. Un mélange sensuel de fête, d'empathie radicale et de parole libre. Très beau.

Quelque chose de ce qui se passe, François de Cornière, Le Castor Astral, 160 p., 14€

Donner à voir et entendre ce que l'on ne voit pas dans les plis invisibles du quotidien. Au fond, c'est le rôle de l'art en général et de la poésie en particulier. Saisir, capter, s'extraire de l'urgence, capturer le détail qui fait son. Sens, peut-être. On baigne dans la douceur et l'intimité avec François de Cornière dont je ne connaissais rien de l'oeuvre. Une petite musique qui respire l'humilité dans sa façon de s'emparer de tous ces riens avec tendresse et prudence. Il n'est pas sûr de pouvoir en tirer quelque chose (de ce qui se passe) mais il essaye, tente et tâtonne. Qu'il évoque ses amis, leurs écrits, les instants de la journée, les lieux, ce qu'il voit et entend sans vraiment le voir et l'entendre, le poète tente par ses mots d'imaginer le réel à partir d'instantanés, d'injecter un peu de je-ne-sais-quoi, de joie peut-être, dans ce maelstrom privé de sens, oscillant entre images très concrètes et sentiments plus diffus qu'on pourrait appeler émotion. Saisir et tracer des flèches pour capturer l'invisible, l'imperceptible, l'infinitésimal. Les mots ont-il le même pouvoir que le microscope ? Jusqu'où peuvent-ils aller ? Si le recueil ne se dérobe pas à une belle forme d'impuissance, comme tous les livres qui s'interrogent sur leurs moyens, il ne renonce pas, jamais, et c'est là sa beauté. Et ma foi, il finit par faire ressentir l'imperceptible, par créer un léger trouble dans la brèche. On prend la vague et on se laisse bercer sans savoir où aller car on sent que la direction est la bonne. Une façon de saisir la fragilité des choses qui ne durent pas. Leur impermanence. Des poèmes très fluides, subtils et délicats à fleur de quotidien, des histoires de vélo et de dialogue avec ce qui nous échappe. Comme fixer par les mots, un temps bref, la fuite. On aime beaucoup !

Pont Rhodia, Xavière Mackay, Le Quartanier, 2019, 65 p., 13€

Encore le quotidien avec Xavière Mackay, mais un quotidien écartelé entre la vie de famille, foyer rassurant et tonifiant, et l'aliénation au travail que symbolise la présence du pont Rhodia, qu'il faut traverser en bus pour aller au job. Ecrire de la poésie dans un transport en commun et saisir des états, des instantanés, faire le tri entre ce qui compte, ce qui est beau et ce qu'on déteste. Une façon de s'oublier en "quête du non-être", dans son rapport aux autres malgré les hivers et le froid canadien. Franchir le pont Rhodia, c'est aller de l'autre côté. De soi, des autres, voir le monde sous un autre angle. S'abstraire ou se complaire ? Partir pour aimer mieux dans cette jolie chronique familiale au miroir des déplacements, des éloignements, des séparations nécessaires. Beaucoup d'amour ici, des solitudes qu'il faut penser, combler, chanter, des poèmes qui secouent comme le givre fait claquer les dents, sans s'interdire de mélanger les langues (anglais-français). Trouver de la beauté au-delà des pare-chocs et du béton médiocre, partir mais, pour aller où ? Petites pensées sur l'écriture, les paysages traversés, des trajets pour dire les humeurs et les petites altérations du langage, des états —la fatigue des voyages, du travail, la joie de penser aux proches... Une lutte contre la tristesse, contre l'esprit qui se consume, ne pas être déjà aigrie à trente ans, capter la légèreté du fleuve, oublier l'absence coupable, l'attente sans fin des heures des heures des heures quand elle pense à Jean et Auguste, retenir l'essentiel. "Who cares de ses petits poèmes, de sa job de merde ?" "Le goût d'écrire persiste-t-il sans pont ?" Un fils, le salut et de l'amour comme un lien invisible mais bien réel. Se réapproprier sa vie, son temps dérobé, ses pensées pour traverser le fleuve, conjurer les peurs. Un très beau recueil, qui nous parle intimement.

Ancestrale, Goliarda Sapienza (trad. par Nathalie Castagné), Le Tripode, mars 2021, 360 p., 20€

Et si la poésie était la porte rêvée pour entrer dans l'oeuvre immense de Goliarda Sapienza ? Je pose la question sans avoir la réponse. Le Tripode, qui édite les oeuvres complètes de l'italienne, met à l'honneur ses premiers écrits datant des années 50 où l'on devine déjà les motifs de ses livres suivants. Le rapport aux parents, les mélancolies de la solitude et la puissance du désir, où l'on découvre un autre visage, une autre tonalité. Éros et Thanatos au miroir des corps et des chairs, la nature en contrepoint. Soulignons le travail éditorial : un poème (court) par page. Alors oui, ça augmente le coût pour l'éditeur (et le lecteur) mais quel plaisir de lecture, doublé par la traduction italienne de Nathalie Castagné qui a décidé de rester dans une approche sensible des textes, en privilégiant le rythme. Si j'ai aimé un certain nombre de ces poèmes (pour leur musique, leur brièveté, leurs images), je ne suis pas marqué par un univers ou une identité forte de poétesse. Et c'est là que lire toute l'oeuvre de l'Italienne prend son sens, dans les allers-retours et les échos des textes, des romans, des carnets, des lettres. C'est d'ailleurs le principe d'une oeuvre, chaque livre contribuant à façonner le grand tout pour lui donner un sens, ou au moins un fil. J'ai lu Ancestrale dans cette perspective d'éclairage. Bien m'en a pris. Encore une très belle initiative du Tripode.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Voyage(s), Charlotte Monégier (Lunatique)

 Partir ailleurs en quelques vers, de Clichy à Saint-Leu, de Paris à Vientiane en passant par l'imprononçable Seydisfjördur, c'est peu dire que l'on voit du pays avec la poésie aérienne de Charlotte Monégier. Le dernier recueil de nouvelles de l'auteure ( Le Petit peuple des nuages ) avait laissé filtrer un goût pour le rêve et le voyage. En Normandie ou en Afrique du Sud, en Inde ou au lac du Bourget, les mots sont les mêmes mais chaque situation, un marché local, un transport en commun ou un lac est l'occasion de s'étonner, de recueillir des impressions et de partir là où on ne sait pas, là où une rencontre ou un simple paysage peut faire basculer un destin. Charlotte Monégier nous fait donc voyager en toute simplicité, en toute fluidité et cela suffit à notre bonheur de lecteur exilé, toujours en exil sur les traces de ce qui, dans la lecture, peut faire vibrer un écho, un souvenir dans la description d'un moment. Quelques tropismes : les rivages balayés

Le Sang de la Cité - Capitale du Sud 1/3, Guillaume Chamanadjian (Aux Forges de Vulcain)

 Oui, je l'ai fait, et je crois que c'est la première fois de ma vie. Acheter un roman uniquement sur la beauté de sa couverture, signée Elena Vieillard ici, la graphiste attitrée de l'éditeur. En outre, je ne lis jamais de fantasy et je ne saurais expliquer pourquoi. J'ignorais donc tout de ce livre, de son concept, de sa genèse, de son auteur, etc... même si les bons échos étaient légion (j'ai ma petite bibliothécaire au goût sûr). Et il y avait cet éditeur dont je connais mal le catalogue finalement mais connu lui aussi pour avoir du goût. Inutile de pérorer plus longtemps, j'ai adoré ce roman (médiéval ?) particulièrement attachant qui s'inscrit dans une saga de fantasy prometteuse. Je n'attendais strictement rien et je découvre un concept : deux trilogies qui forment un tout, La Tour de Garde, deux auteurs, deux cités millénaires et un univers diablement intrigant et immersif. Guillaume Chamanadjian s'occupe donc  de Gemina, cité tentaculaire du

L'Autoroute de Sable, nouvelle revue dédiée aux... nouvelles absurde, comique et/ou mystérieuse

 Créée par Luc Dagognet et Pierre Nicolas (Pierre Orizet, directeur artistique), L'Autoroute de Sable est "une revue littéraire dédiée à la nouvelle de fiction, avec un penchant pour le mystérieux et l'absurde". Pour chaque numéro, un thème imposé. Ici, "la photocopieuse", point de départ de onze nouvelles par onze auteurs confirmés (j'entends, déjà publiés et ayant rencontré au moins un succès critique) ou en construction. Initiative intéressante et risquée, dit-on, puisqu'il paraît que la nouvelle se vend mal. Mais à en croire nos petites oreilles de blogueur, il semblerait pourtant que certains y croient, et à raison. Chez Rivages, Bernard Quiriny a écrit d'excellents recueils ( Vies conjugales ) et récemment Agullo a lancé une nouvelle collection dédiée aux textes courts avec succès ( Presqu'îles , Yan Lespoux). On pourrait citer des dizaines d'exemples. On retrouve donc avec joie des auteurs aimés/suivis par L'Espadon, ainsi que

So Sad Today, Melissa Broder (trad. Clément Ribes, L'Olivier)

Sachez-le, Melissa Broder est ma nouvelle idole. On vous parlait récemment du magnifique Sous le signe des poissons , roman dépressif et hilarant d'une femme en proie à la rupture amoureuse. Publié deux ans plus tôt chez un autre éditeur, So Sad Today révélait déjà l'univers déchirant de la poétesse américaine. Déchirant oui, à vous faire hurler de rire et vous plonger dans des océans d'anxiété. Il suffit de lire les titres des parties de ce livre pensé comme un essai drolatique mais sérieux, issu des nombreux tweets publiés par l'auteure ( L'art de ne jamais être à la hauteur, Un texto, c'est trop, et mille, ce ne sera jamais assez, Mon incapacité à ne plus t'idéaliser se porte bien ). Cette fille est dingue et nous montre à quel point nous le sommes tous dans son tambour de machine à laver qui n'épargne jamais son auteure. Seule, dépressive, anxieuse, droguée, alcoolique, anorexique, elle nous raconte tout dans une sincérité nue et bouleversante, avec

Entre les jambes, Huriya (Le Nouvel Attila)

 Presque arrivé en juillet, je me suis fait une petite réflexion : c'est une année de dingue ! Je dois en être à une petite dizaine de livres marquants pour 2021. C'est plutôt rare malgré une exigence toujours plus forte avec les années. Il faut le dire, ce  Entre les jambes  d'Huriya est assez bouleversant. Une justesse des mots conjuguée à la beauté simple ou crue des images, sans s'interdire la radicalité du ton ou du regard dans des passages assez trash. Pour faire simple, imaginez un garçon bâtard élevé par ses grands-parents, qui se sent femme et devient femme au Maroc. Une femme aime les femmes en terre d'Islam. Élevée dans sa jeunesse par une grand-mère oralement très pieuse mais réellement et symboliquement odieuse. Imaginez ce françaoui , grand-père colon et alcoolo dont la seule religion est l'amour des livres, la belle littérature devant laquelle on n'a qu'une chose à faire, s'incliner. Mais Huriya a une conscience, alors elle écoute les

Mon petit DIRELICON, Philippe Annocque (Lunatique)

 "Petit Dictionnaire des Idées reçues sur la LIttérature CONtemporaine mais quand même un peu à la manière de Flaubert". Philippe Annocque nous revient avec son humour pince-sans-rire dans un abécédaire savoureux d'une centaine de pages, comme une ode critique et joueuse aux livres, aux éditeurs, à l'indépendance. Oui, la liberté de créer, de produire, de ne pas vendre de livres a un prix. En géologue des lettres, Philippe Annocque déterre le prêt-à-penser, fouille des couches d'idées toutes faites en un mélange de sérieux désinvolte et totale rigolade, exhume un peu de son univers absurde déjà lu et vu dans ses "romans" chez Quidam. L'auteur aime mais il n'est pas dupe, ah ça non. Pas dupe des discours rabâchés, des petits mots du milieu, des habitudes qui anesthésient l'écriture et la pensée. Maintes fois j'ai eu peur de me retrouver dans ces bons mots jamais périssables qui taillent un peu à la manière de Flaubert ("Blog : N'e

Le mont Arafat, Mike Kleine (trad. de Quentin Leclerc, L'Ogre)

 Si le précédent livre de l'Américain Mike Kleine m'avait séduit ( La Ferme des Mastodontes ), c'est qu'il me renvoyait de près ou de loin à l'univers de Bret Easton Ellis. Une façon de me raccrocher à ce qui pouvait m'échapper par ailleurs dans ce texte qui oscillait entre le pastiche et la satire, la provocation et la révolution. On pouvait l'interpréter de mille façons, comme un flux de conscience mêlant réalités et cauchemars, jouant de la liste et du rythme pour signifier sans enfermer, dans une écriture blanche qui épuisait toute matérialité et autorisait l'interchangeabilité des âmes. Avec Le mont Arafat , Mike Kleine pousse le bouchon encore plus loin, dans le génie ou la provocation (vaine ?) à partir de fragments et de d'échos, d'éclatements et de résonances. Là encore, j'y ai projeté ce que mon âme de lecteur aimait y voir : des références allant de Twin Peaks à la série Lost en passant par Eyes Wide Shut et Kafka .  Pourquoi ? P

Demain s'annonce plus calme (Eduardo Berti)

Ma foi, un livre qui parle de sport et de météo est rarement un mauvais livre. Alors un livre qui en outre parle des livres et de traduction, de lecteurs passionnés, de lecteurs rendus malades par leur lecture des livres de Kafka ne semble pas plus dangereux que d'aller dans une bibliothèque municipale. Attendez, pas de blague, tout ça est très sérieux, c'est écrit dans la gazette locale, dix chapitres et dix coupures de presse bien pressées (entre un et quelques paragraphes). Si demain s'annonce plus calme, attention tout de même aux lucioles du quotidien remplies de coquilles. La hantise des éditeurs ! Une erreur et la possibilité du pilon s'ouvre à vous car les auteurs sont tatillons, c'est un fait. Il font attention à leurs faibles marges. Petite friandise de micro-récits en pays imaginaire, disons la Littérature Dans Tous Ses Costumes, Demain s'annonce plus calme a de quoi réjouir le lecteur pris au piège des ressemblances, des quiproquos, des couilles, des

Vendredi poésie #10 : Pipi, les dents et au lit, Laetitia Cuvelier (Hors Collection, Cheyne éditeur)

 Un seul titre pour ce vendredi poésie #10, mais un recueil tout en douceur pour neutraliser toute l'effervescence d'un foyer composé d'un couple et deux enfants. À en croire le nombre d'éditions, cinq, ce recueil publié pour la première fois en 2015 a déjà séduit un nombre conséquent de lecteurs de poésie, à l'image de Je, d'un accident ou d'amour de Loïc Demey. Il y a donc de la place pour les poètes en librairie. Dans Pipi, les dents et au lit, il est bien question de "charge mentale" à travers le regard d'une femme qui habite entre deux sommets. Un quotidien rythmé par le travail, les floconnades, l'activité enfantine ou les absences des uns et des autres. La routine, rien que la routine et ses fulgurances de sens piégées dans des questions sans réponse. Très bel objet carré aux pages vertes, confectionné par l'éditeur-typographe lui-même. Plus d'une centaine de pages où une femme se souvient, raconte et décrit, s'inquiète,