Accéder au contenu principal

La mesure de la joie en centimètres, Arno Calleja (éditions Vanloo)

Étonnant conte de la folie ordinaire, ce court roman d'Arno Calleja se lit comme une fuite d'eau jamais tarie mais avare, parfois, en sens. Dans un immeuble du centre de Marseille, le narrateur retrouve un ancien copain du collège devenu "mystique" : il entend des voix et les consigne dans des cahiers à la syntaxe douteuse, qu'il range sous l'évier. Mais patatras, une fuite d'eau dont on ignore la source inonde le bâtiment, du RDC au dernier étage, tout en évitant étrangement le premier. 

Commençons par ce qui se refuse à moi. Je n'ai pas honte de l'écrire mais je n'ai pas tout de suite compris ce titre, ni même la dernière phrase, qui ne collaient pas avec ce que je pouvais interpréter du texte, à chaud. Je ne voyais pas de "joie" dans ce livre sinon celle du retour à soi, d'une rencontre muée en retrouvaille, non pas avec l'ami mais avec ce que l'on refuse de voir, qui est en soi. Car dans ce récit où l'absurdité le dispute à la folie, le narrateur se situe entre deux eaux : celle du témoignage circonstancié d'un manutentionnaire de Leroy-Merlin ébranlé par cette retrouvaille et la description incongrue d'une fuite d'eau, et celle d'une révélation à soi où l'écriture joue le rôle de filtre pour mettre à distance cette sensation de terreur qui habite les deux personnages. Le narrateur et l'ami. L'ami, en marge, comme possédé par les voix, vit dans un autre monde. Celui des pensées, des morts et de leurs voix, comme une parole de la folie. Le narrateur observe sans toujours comprendre. N'attendez pas de moi une quelconque interprétation, chacun aura les siennes, et c'est à mon sens l'intérêt de ce livre, de multiplier les pistes en jouant sur les moyens.

Benoit m'avait dit que si la voix du mort lui donnait une adresse alors il écrivait à la personne. Sans aucune explication. Uniquement les paroles du mort sur une feuille de papier dans une enveloppe et c'était tout.

Car, sachez-le, grammaire et syntaxe sont volontairement bafouées ici pour, je l'imagine, entrer dans la parole des fous, sans grande ponctuation. Là où l'obsession et la névrose se traduisaient par la répétition et le bégaiement chez Grégory Le Floch, dans son livre La Forêt du hameau de Hardt, chez Arno Calleja la confession est plus fluide — il est question ici d'une fuite d'eau hein — et l'aliénation se lit dans cette langue qui refuse de respecter les règles, comme sortie d'un cerveau contaminé, pour fonder sa propre réalité. Sans être jamais confuse, tout juste un peu divagante, vaguement délirante. On y retrouve la possibilité du double et du fantasme au miroir de la réalité — tout ce qui se joue est à la fois vrai et faux —, le sentiment de schizophrénie aiguë. Un livre aussi, peut-être, sur la survie. Quand on est fou, comment fait-on pour ne pas sombrer ? Si la confession est partagée, la souffrance est alors diluée dans cette façon de tenir à distance. L'absurdité apparente est condition de la survie. L'originalité de cette fuite d'eau, outre de nous renseigner à travers la réaction des différents locataires sur le délire de nos quotidiens, est de nous proposer une explication verticale, ascendante, de la névrose de droit divin. Vous le verrez, comme les souvenirs "remontent", la fuite trompe l'apesanteur en se dirigeant vers le haut. Anabase psychologique et spirituelle, des retrouvailles avec l'ami à l'élucidation qui est une autre retrouvaille, avec soi-même cette fois-ci.  Chez Grégory Le Floch, on était plutôt dans la catabase, une plongée dans les mondes souterrains du langage, du haut vers le bas, du traumatisme originel à son énonciation. Mouvement opposé pour dire au fond la même chose, la fuite d'un cerveau de la réalité vers sa réalité. D'un côté on descend dans le monde des Enfers, de l'autre on y monte pour rejoindre le royaume des morts. Retrouver les siens, c'est toujours d'abord se retrouver soi-même semblent nous dire les deux livres. Chez Le Floch, le livre s'achevait dans une triste mais apaisante réunion de famille à Dunkerque. Chez Arno Calleja, il est aussi question d'une réunion de famille un peu particulière, dans un immeuble de Marseille. Sans tristesse, mais avec la peur et la joie dans le ventre. Et là, finalement, la dernière phrase pourrait en effet se comprendre. Joie de la langue et de l'écriture, dans une oralité (faussement) empotée, où deux gars pas très malins se retrouvent dans un quotidien banal et absurde. Et il se pourrait aussi que toute cette histoire finalement, marquée par la tendresse entre deux êtres, soit à prendre au pied de la lettre : le simple récit d'une fuite d'eau dans un quotidien absurde. Confusion des "genres littéraires" et ambiguïté nous indiquent que rien n'est jamais sûr, que la vérité, si elle existe, est d'abord celle qu'on fantasme (la mienne, en tant que lecteur et critique). Farce ou petite chronique habitée alors ? À cet égard, La mesure de la joie en centimètres, très joueur et malin, s'interroge avec une belle énergie sur ses moyens, sans jamais chercher les réponses à une "intrigue" qui n'est que secondaire.

J'avais tout de suite reconnu dans son visage son grand front c'est le front que j'avais reconnu en premier et en second les yeux. Puis chez lui dans son studio j'avais reconnu ses cahiers qui étaient les mêmes qu'au collège avec la même écriture droite au début de traviole à la fin.

Avec un bel art du basculement sans effet, juste en effleurant la dimension fantastique de nos existences, en travaillant la matière même de la parole des fous, des disparus ou des empotés (de Dieu himself ?), Arno Calleja tisse un horizon d'interprétations où la peur et la joie d'écrire alimentent les voix d'un continuum paranoïaque troublant, qui tente de saisir le mystère du fonctionnement de nos psychés. Ou pas. Un livre mystique, sans aucun doute. Et sans issue ? À vous de voir.

                                                                                                                                                     

La mesure de la joie en centimètres, Arno Calleja, Vanloo, septembre 2020, 95 p., 14€.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Présents, Antonin Crenn (Publie.net)

 Il pourrait s'agir dans Les Présents d'une promenade dans le temps et les couloirs de l'existence, à travers des présences plurielles jamais claires, fixes ou définitives. Les présents, ce sont des horizons narratifs et des potentialités d'histoires. Comme des virtualités infinies, inattendues. Ce sont aussi ceux que la mémoire rend présents, fait revivre, malgré les omissions et les erreurs, les trous volontaires ou inconscients. Se rappeler des personnes, c'est aussi et d'abord se remémorer leurs lieux, là où ils ont vécu et marché. C'est peut-être la dimension qui m'intéresse le plus dans le travail d'Antonin Crenn, son rapport clinique aux architectures, aux détails urbains, aux décors incarnés de nos vies. C'est que la fiction a besoin d'un cadre pour exister. Pour son second roman, après L'épaisseur du trait , Antonin Crenn revient avec son écriture légère en apparence, toujours douce et tendre, sorte de jolie musique de l'éto

Catastrophes, Pierre Barrault (Quidam)

 Vous lirez ici ou là que ce livre est maudit, vraiment maudit j'entends. Et bien croyez-moi, je crois que c'est une chance, c'était son destin de paraître en avril 2020 et en novembre 2020. It is what it was supposed to be , la célèbre antienne de la série Lost . Avec Catastrophes , on est sûr de ne pas être dans la posture promotionnelle. Plutôt dans le trou noir sémantique et narratif, l'anomalie verbale, la circularité temporelle, le Grand Absurde qui  fait sens. Ce livre est à lui seul sa réalité parallèle, démultipliable à l'infini, défiant toutes les lois du paysage littéraire. Dans la série Lost , on voyait des ours polaires s'exciter sur une île tropicale. Chez Pierre Barrault, le sosie de François Berléand se masturbe avec des orties, tout nu, et finit assassiné. S'ensuit une classique scène de ménage. Bah oui, Pierre et Claire ne progressent pas toujours au même rythme, peinent à s'entendre sur une allure commune. De décalages en déviations, d

De parcourir le monde et d'y rôder, Grégory Le Floch (Christian Bourgois)

Après un fabuleux premier roman dont on avait abondamment parlé sur L'Espadon, c'est peu dire qu'on attendait avec joie et fébrilité le nouveau livre du talentueux  Grégoy Le Floch . Allait-il confirmer ? Que peut-on écrire après un livre aussi fascinant et maîtrisé ? Curieux de voir comment son écriture allait s'adapter à une nouvelle ambiance. Dans De parcourir le monde et d'y rôder , voyage en roue libre ou errance en plein chaos, on retrouve un héros en crise — que la société qualifierait de fou — et cette prose sinueuse qui a fait du rythme son mantra. Ce livre méandreux, à sa façon détournée et toujours ambiguë, traque la possibilité d'un sens toujours en fuite. Comme ce personnage, qui tente d'une façon ou d'une autre d'échapper à un truc qu'on ne comprend pas au début. Il faudra attendre les quatre derniers mots. Cette chose de forme ovale, dure, molle et visqueuse, que le narrateur trouve dans la rue et qu'il est incapable d'

Grotte, Amélie Lucas-Gary (éditions Vanloo)

Le pouvoir de la grotte, la force de la caverne. Ça me rappelle Platon, une allégorie marquante de ma jeunesse. Amélie Lucas-Gary lui emboîte le pas en exploitant tous les ressorts symboliques dans une fantaisie très plaisante, échevelée, maline. Le lieu de l'éternel retour, un habitacle de l'éternité, un endroit à l'abri du monde, en retrait croit-on, où il se produit des phénomènes bizarres. Un gardien qui couche avec la femme du Président, enterre le petit-fils d'Hitler, découvre la source d'éternité et croise un célèbre terroriste du 21e siècle... A l'occasion des 80 ans de la découverte de la grotte de Lascaux, les éditions Vanloo ont réédité le premier roman de l'auteure Amélie Lucas-Gary, à peine un roman d'initiation, mais plutôt une satire politique cocasse et loufoque qui creuse le potentiel énigmatique, métaphysique, électromagnétique, psychologique de la grotte, entre foi et science, réel et fictions. Le narrateur, gardien pluriséculaire du t

Ce qu'il faut de nuit, Laurent Petitmangin (La Manufacture de livres)

 Bon, dès qu'on me parle de la Horda Frenetik, mon coeur fond, c'est comme ça, ça me rappelle ma jeunesse. Oui, on l'oublie trop souvent, même dans les fratries, on se tape sur la gueule de temps en temps, entre Boys et Tigris, entre fachos et gauchos. Mais Fus et Gillou, eux, sont deux frères fusionnels, plus soudés que jamais depuis la mort de leur mère. Et puis la Horda de Saint-Symphorien a fini par être dissoute. Comme Fus, fils un peu désintégré, qui s'est perdu en chemin sur les sentiers de l'idéologie. Ou alors il a juste rencontré les mauvaises personnes. Pourtant, Fus, c'est un bon gars, le fils que tous les parents rêveraient d'avoir. Prévenant, gentil, sympa, jamais un mot de trop, prêt à filer un coup de main pour les potes en galère. "Est-ce qu'on est toujours responsable de ce qui nous arrive ?" Vaste question qui hante le bouquin. Allez, j'me mouille dans les eaux normandes, c'est du 50-50. La faute à pas de chance, ou à

Cinquante façons de manger son amant, Amelia Gray (trad. de l'anglais par Nathalie Bru, L'Ogre)

Trente-sept nouvelles pour sculpter nos solitudes. Trente-sept nouvelles pour encapsuler et libérer l'horreur. Trente-sept nouvelles où se tapir avec ses angoissantes angoisses. Trente-sept nouvelles pour cajoler la menace. Trente-sept nouvelles comme un dédale de peurs Trente-sept nouvelles de canalisations et de viscères. Trente-sept nouvelles pour hacher menu les certitudes. Trente-sept nouvelles pour avoir le coeur gros comme une baleine. Trente-sept nouvelles pour se la couler douce au milieu des couteaux. Trente-sept nouvelles pour rire du malheur et le tourner en dérision, au hachoir Trente-sept nouvelles pour se ruer dans des impasses. "No exit" Trente-sept nouvelles pour flipper. Trente-sept nouvelles pour ne pas comprendre comment le disque a sauté. Trente-sept nouvelles pour aimer nos fictions comme des réalités. Trente-sept nouvelles pour communier dans une solitude partagée. Trente-sept nouvelles pour s'autoriser à trancher, castrer et taillader. Trente-s

Le Dormeur, Didier da Silva (Marest éditeur)

 "Ptn 4 Minutes d'arbres". En sérieux critique, je suis allé faire un tour sur YouTube pour visionner ce dont Didier da Silva parle dans son livre, le court métrage de Pascal Aubier — l'adaptation cinématographique du Dormeur du val de Rimbaud (1870) —, en réalité une merveille de plan-séquence de 9 minutes et 22 secondes, intitulé le Dormeur (1974). On y voit des arbres, donc, et un paysage du Sud — ou une caméra qui vole, s'envole et atterrit. Le Dormeur est à la fois l'exploration d'une époque, l'autopsie des conditions de réalisation d'une oeuvre et le récit d'une fascination. On retrouve dans ce récit la plume aérienne de l'auteur ( Dans la nuit du 4 au 15 ), joueuse et vagabonde, passionnée par son sujet, qui aime naviguer au gré des idées, qui enquête pour mieux comprendre d'où lui vient cet enchantement pour ce film qui n'existe dans la tête de presque personne, tombé dans l'oubli :"Un volumineux dictionnaire du c

Le Coeur synthétique, Chloé Delaume (Seuil Fiction & Cie)

 J'ignore qui est l'attachée de presse de Chloé Delaume pour ce Coeur synthétique mais elle a dû bien se marrer en le lisant. Adélaïde l'héroïne, 46 ans, attachée de presse d'une maison d'édition qui vise pas moins que le Goncourt et fraîchement divorcée d'Elias, s'ennuie à Paris. Déprime. Désespère. Se morfond. Sa vie est déjà finie dans une ville où les loyers sont prohibitifs. Comme morte à l'intérieur, un coeur en mille morceaux. "La régression la guette" car elle "devient un produit obsolète". Mais elle l'a choisie. En couple, elle s'ennuie, c'est comme ça. Elle n'a rien à reprocher à ses ex. La faute à la vie, à ce désespérant et aliénant besoin d'amour, de sexe, de nouveauté. La séduction est un marché qui obéit à la loi de l'offre et de la demande. Plus de femmes que d'hommes à Paris dans sa tranche d'âge. Et ils meurent plus jeunes. Et Adélaïde refuse la famille, ne veut pas d'enfants. Alo

Histoires de la nuit, Laurent Mauvignier (éditions de Minuit)

 Un salutaire anniversaire en enfer, c'est la proposition toute sympathique du gars Mauvignier. J'étais resté à quai avec son roman Dans la foule. Un bail plus tard, quatorze ans en réalité, je tentais à nouveau ma chance, sans rancune. Un film n'a cessé de se rappeler à mon bon souvenir pendant la lecture. Le Funny Games de Michael Haneke en 1997, où surgissent deux étranges voisins dans une belle maison de campagne. Ils ont des gants blancs et ils vont humilier la famille dans une tension croissante. Une nuit d'horreur qui vous retourne l'estomac. Histoires de la nuit ne me semble pas trop éloigné avec son ambiance irrespirable. Ça commence par un chien égorgé, appâté par un bout de viande comme le gamin est attiré par les carambars. Une campagne bien paumée ensuite, La Bassée, un lieu auquel on ne prête guère attention quelque part entre Seclin et Carpentras. Un corps de ferme, une artiste originale, Christine, qui reçoit des lettres de menaces, Patrice le bedon

De pierre et d'os, Bérengère Cournut (Le Tripode)

    Une banquise fracturée, une famille séparée et la quête d'une jeune Inuit, Uqsuralik, qui erre dans une immensité toute blanche en équilibre instable. Apreté des conditions où la vie s'apparente à de la survie, âpreté de paysages faussement identiques tout en nuances de blanc, tragédie des vies qui disparaissent pour mieux renaître ailleurs, De pierre et d'os explore une faille d'un autre temps où la tragédie et l'enchantement sont les deux faces d'un monde jamais tout à fait réel, comme suspendu à la menace et au manque.      On en sait gré au Tripode de refuser l'émotion facile, immédiate, et de publier des livres qui restent en tête. Refuser le jugement rapide, défaire nos paresseuses grilles de lecture et vaines attentes de lecteur. A l'image du Prix Renaudot l'an passé ( Le Sillon de Valérie Manteau), le livre de Bérengère Cournut permet de projeter un autre regard sur le monde, décentré, en prenant le temps de l'observer dans