Accéder au contenu principal

Jérôme Bonnetto :"Pour déclencher le rire, il fallait pousser la chose jusqu'au ridicule."

Le précédent livre de Jérome Bonnetto, La Certitude des pierres (Inculte), nous avait bluffés par sa maîtrise narrative et son écriture au cordeau. Western à la française qui naviguait entre les genres littéraires, ce roman nous avait indiqué la direction. On tenait avec Jérôme Bonnetto, écrivain lumineux, un client de la littérature contemporaine. Après la tragédie donc, l'humour cocasse et truculent en Tchéquie dans Le Silence des carpes. L'histoire d'un Parisien éconduit qui croise un plombier tchèque et récupère une photographie mystérieuse. De rencontres en questions, Paul Solveig part à la découverte d'un pays, de ses habitants et de leurs bizarreries. L'occasion pour L'Espadon, qui s'entend très bien avec les carpes, de demander au principal intéressé sa vision du territoire et de l'écriture. Et c'est passionnant, drôle, détendu, à l'image du roman. On est comme entre amis. Alors on s'installe confortablement dans le fauteuil, une Pilsner à la main, on regarde le paysage et on écoute sa musique.


Question création : L'écriture et la lecture sont-elles des respirations, des passe-temps ou plus que ça ?

Un peu tout ça à la fois, mais pas toujours en même temps. Je mentirais si je disais que je ne peux pas vivre sans écrire. J'ai traversé, pour diverses raisons, une longue période de sécheresse pendant laquelle j'ai vécu, vraiment vécu. Je crois que je ne suis pas de ces auteurs graphomanes parcourus constamment de soubresauts romantiques dont ils tirent tout le sens de leur vie. Mais je dois avouer aussi qu'à chaque fois que l'écriture s'est éloignée de moi, j'ai commencé à sentir ce petit caillou dans ma chaussure. J'ai noyé des dizaines de romans dans les rivières comme des petits chatons, par faiblesse ou manque de temps. Je consacre beaucoup de temps à mon travail d'enseignant et il me manque parfois la force de m'y mettre. Et même s'il n'y a rien de grave à cela, quelque chose comme une tristesse s'installe. Je pense parfois à tous ces petits chatons. Oui, c'est triste de ne pas écrire et plus généralement de ne pas créer, une tristesse tout à fait supportable qui garde la forme des livres que l'on n'a pas écrits. Alors quand on y est, que le projet est lancé, qu'on a trouvé la langue (ce que j'appelle "la phrase du roman") et qu'on commence à avoir la conviction qu'on va aller au bout, alors oui ça devient vraiment une respiration et même plus que ça. On vit une autre vie dans la vie, intime, colorée, intense. Cette épaisseur-là est très difficile à expliquer ou à raconter. C'est comme faire l'amour, faut le vivre, le récit des autres ne suffit pas.

Et un livre, tel que vous l'envisagez, ça sert à quoi : faire rire et/ou réfléchir ?

Je dirais que cela sert d'abord à faire joli dans une bibliothèque. Je me souviens de la bibliothèque d'un camarade que les parents avaient remplie de bibelots épouvantables en guise de cache-misère. Je me rappelle qu'il y avait un gros exemplaire du livre Guinness des records 77 (mon année de naissance) à côté d'un petit moine sacrilège dont on pouvait faire sortir le sexe turgescent en pressant ses hanches. À tout prendre, je préfère le livre des records périmés. Bon, je me défausse un peu parce que j'ai peur que mes élèves copient mes réponses pour les prochaines dissertations. Mais je dirais pour faire simple que son utilité est incommensurable, impossible à délimiter totalement, à restreindre, et que même si je m'amusais faire à la liste de toutes les fonctions de la littérature, j'aurais le sentiment qu'il manque quelque chose. Surtout, je n'oppose pas le divertissement à la réflexion. J'ai toujours pensé que le rire était une affaire sérieuse tout comme on n'est pas toujours condamné à faire rire.


Dans vos romans, préférez-vous le réalisme à la réalité ? La véracité plus que la vérité ?

La question du réalisme doit être reposée à chaque texte. Je me garde de toute position dogmatique à ce sujet. Ça peut être parfaitement secondaire. En revanche, je considère qu'il n'y a pas d'art sans recherche du vrai. En tout cas, j'essaie dans chaque texte d'approcher quelque chose, même si je ne sais pas toujours quoi. Je ne considère pas la littérature comme un simple divertissement, mais comme un art. Cela engage une certaine responsabilité de l'auteur. On a le droit de foirer un texte, mais pas de le rater volontairement en misant sur la bêtise du lecteur. Je trouve qu'il y a une montée en puissance du "fabriqué" dont il faut d'autant plus se méfier qu'il n'est pas dénué d'une certaine efficacité. Je préfère la nullité au cynisme dans ce domaine. Au moins, la nullité peut amuser.

Question géographie : Puisque Le Silence des carpes est une ode à la Tchéquie, à sa culture, à son peuple, pouvez-vous nous présenter votre pays d'adoption en nous parlant du rapport que vous entretenez avec lui, de votre perception en tant que Français ?

La République tchèque se situe en plein coeur de l'Europe (les Tchèques aiment bien cette expression "srdce evropy", le coeur de l'Europe), même si dans l'histoire, elle en a le plus souvent été le rein ou la rate. C'est un pays complexe et attachant, comme tous les pays j'ai envie de dire. Il se trouve qu'il me convient mieux qu'à d'autres. Ce n'est pas toujours évident d'expliquer pourquoi. Disons qu'il se tient peut-être à la bonne distance culturelle : il fait vibrer en moi quelque chose de familier, d'intime et dans le même mouvement, il me surprend et me permet de faire ce pas de côté à l'intérieur de moi-même sans me heurter. Il y a aussi un calme, une douceur dans ce pays qui vient peut-être du paysage. Dans ma région natale, les montagnes plongent violemment dans la mer. En Tchéquie, c'est la douce colline qui règne. Montesquieu a décrit l'influence du climat et du paysage sur les lois. Il n'avait peut-être pas complètement tort.
Pendant l'âge d'or de l'entre-deux-guerres, la France qui a largement aidé à la création de la première République tchécoslovaque est devenue un modèle pour de nombreux artistes tchèques qui avaient besoin de se détourner du monde germanique. C'est par là que je suis entré dans le pays. J'ai découvert la poésie surréaliste tchèque pendant mes études. Il y avait ce que je décris plus haut, une sensation de "presque étrangeté" ou de "quasi-familiarité" que la littérature japonaise, par exemple, ne peut facilement suggérer. Et puis, une fois qu'on a ouvert la porte... J'ai commencé à lire tout ce qui me tombait sous la main, j'ai découvert une manière particulière de raconter les histoires, par le petit bout de la lorgnette et par le menu, faisant la part belle à la poésie et à l'humour au milieu même du drame. Ici, on attaque rarement les grandes questions de face même s'il faut raconter les horreurs de la guerre ou du communisme. Il y a quelque chose de très séduisant dans cette approche tragi-burlesque. J'ai gardé ça en tête pour mes Carpes. Et puis j'ai fondu sur les autres arts aussi, j'ai commencé à écouter Smetana et Janáček, à fouiner dans le cinéma, dans la nouvelle vague tchèque, à me rendre de plus en plus souvent à Prague en vacances, jusqu'à m'y installer. J'y vis depuis douze ans, cela commence à faire...mais je reste un Français en Tchéquie, même si je pense souvent à cette phrase de Hašek, l'auteur du Brave soldat Švejk : "Nous sommes tous des Tchèques, mais il vaut mieux le garder pour nous".
Je dois ajouter qu'évidemment, même si la Tchéquie est très présente dans mon roman, elle constitue, me semble-t-il, la chair d'une idée plus profonde qui tient aux pouvoirs de la culture en général, de son action sur nous. Mon roman se veut avant tout une ode à la curiosité.

La mélancolie est-elle "heureuse" dans votre livre ?

Pas heureuse mais plaisante, parfois même joyeuse. Il fallait qu'elle le soit. Par goût personnel bien sûr. Il y a presque une politesse à ne pas sombrer dans les eaux sombres et tièdes de la mélancolie. Mais surtout parce que c'est une des constantes de l'âme tchèque, de sa représentation dans les romans et les films en tout cas. Le vieil homme que rencontre Paul s'appelle Vesely, ce qui signifie "joyeux" en tchèque. Et même s'il a eu sa dose de drames, il pose un regard amusé sur le monde. Paul le prend un peu de haut au début, et puis il finit par comprendre la sagesse qui se cache derrière, la générosité pour soi et pour les autres. J'aime bien plonger dans le tragique, dans la noirceur. C'était le cas dans La Certitude des pierres ou dans Le dégénéré. Malgré cela, on peut trouver ici ou là dans ces textes un paragraphe plus lumineux ou un trait d'humour un peu oblique. Les références permettent cela. Par exemple, les chasseurs de la Certitude sont décrits comme des cow-boys, puis on se rend compte rapidement qu'ils ressemblent plutôt aux Dalton. On se débrouille pour le suggérer un peu. L'Indien est aussi un personnage tragi-comique.

Votre roman est très drôle et cocasse, loin des airs de tragédie grecque de La Certitude des pierres. Comment fait-on rire dans un roman ?

Je crois que c'est un peu comme dans la vie, on prend un risque. La différence, c'est que dans la vie, on constate immédiatement l'efficacité. Dans un roman, on passe des mois sans savoir. Je crois que c'était une des premières questions que j'ai posées à mon éditeur : est-ce que l'humour fonctionne ? Il me répondait "oui, oui", mais cela ne me suffisait pas, je lui détaillais les passages incertains : " et là, ça fonctionne ? Et ça, ça fonctionne aussi ? T'es sûr ? t'es sûr ?" Je n'étais pas inquiet, mais je n'étais pas sûr de moi. Tant qu'il n'y a pas un regard extérieur, on n'est sûr de rien. Même les pros de l'humour peuvent se vautrer. Bon, faut dire que je suis plutôt du genre pince-sans-rire.

Comment sait-on qu'on est drôle ? Suffit-il de parler d'us exotiques, du bottin, des pneus, de la façon de découper un gâteau ?

Le personnage de Paul a quelques lubies. Qui n'en a pas ? Pour déclencher le rire, il fallait pousser la chose jusqu'au ridicule. On grossit un peu le trait pour que tout le monde le voie bien. Il fallait trouver la bonne mesure pour le ridiculiser tout en l'humanisant. Avec l'humour noir et le burlesque, l'autodérision est un trait caractéristique de l'humour tchèque. C'est une constante qui a été bien nourrie par la position des Tchèques dans l'empire austro-hongrois puis par le communisme. Cela rend les gens très attachants et je voulais aussi ça pour mon personnage. je voulais éviter à tout prix le regard surplombant du colon que certains ont parfois quand ils voyagent. Et puis, il fallait préparer le lecteur à ses méthodes d'investigation peu orthodoxes. Elles tiennent un peu de celles de l'autodidacte de La Nausée qui s'instruit en lisant tous les livres de la bibliothèque par ordre alphabétique. Plus généralement, ces petites digressions comme celles des pneus ou des petits gâteaux sont sympathiques à écrire. Si j'osais, je donnerais cet exercice à mes élèves : "Chers élèves, le thème aujourd'hui, c'est le pneu. Vous avez deux heures".
L'humour repose par ailleurs sur des traits d'esprit ou de petites remarques ironiques. Le climat du texte, la "phrase du roman" m'a permis de trouver assez facilement ce que je voulais. Après c'est une question de timing. Encore une fois, comme dans la vie.

L'acte d'écrire est-il une épreuve pour vous, un immense bonheur, une façon de vivre ? À quelles difficultés êtes-vous confronté en tant qu'écrivain (au moment d'écrire, de la parution du roman) ?

L'acte est plutôt heureux, peut-être aussi parce que je ne le ressens pas comme une absolue nécessité. Bien sûr, écrire me rend parfois nerveux. Il faut aimer buter contre des difficultés à résoudre. Cela tient de temps en temps du casse-tête. Il arrive que le résultat me déçoive, souvent même. À la pétanque, on dit "belle en l'air" pour qualifier la boule d'un tireur que tout le monde voyait atteindre la cible et qui finalement tombe à côté. Des textes "beaux en l'air", j'en ai imaginé plein. Mais il y a un plaisir incontestable à trouver une forme, à régler ce mélange impressionniste d'injonctions diverses que l'on a en tête quand on se lance dans un texte. Là encore, c'est difficilement explicable et je m'en voudrais de mettre des mots trop précis. En tout cas, pour ma part, ça ne ressemble pas du tout à l'image mozartienne de l'auteur qui a tout en tête et qui n'a plus qu'à coucher les phrases sur le papier comme dans la scène du billard de l'Amadeus de Forman.  
Mais ma plus grande difficulté, c'est d'arracher à mes semaines le temps nécessaire pour écrire. Je rêve parfois de pouvoir me mettre à mi-temps pour écrire davantage, malheureusement, ce n'est pas encore possible. Je disais l'autre jour à un ami qu'il suffirait pour y arriver que Guillaume Musso me prête tous les deux ans 1% de ses lecteurs. Il ne s'en rendrait même pas compte et ça changerait ma vie. Mais je n'ai toujours pas trouvé comment on fait ça... Si j'étais Rimbaud ou Camus, ce serait triste à mourir, un véritable désastre, mais là soyons honnêtes, ce n'est pas si grave.

À quoi ressemble la littérature que vous aimez ?

Je l'aime forte, diverse, colorée, espiègle, renversante, violente, austère, intransigeante, foudroyante. J'aime bien quand ça secoue un peu. Mais je fonctionne surtout par période. J'ai longtemps dévoré les grands textes exigeants. J'ai été formée par les grands noms comme Jarry, Kafka, Jelinek, Bernhard, Guyotat, Dostoïevski, Joyce. J'ai lu beaucoup de poésie aussi des surréalistes à Denis Roche, Tarkos, Dupin. Des choses forcément très différentes. Ça a été une période de formation essentielle. Et puis, finalement, quand on est passionné, on lit de tout. J'ai appris à extraire des choses de textes plus moyens. Si j'étais un peu taquin, je dirais qu'il y a presque une faiblesse de lecteur à ne pouvoir trouver de l'intérêt que dans les grands chefs-d'oeuvre. Aujourd'hui, j'ai l'impression de m'être assagi ce qui me permet d'apprécier plus souvent ce que je lis et notamment la littérature contemporaine. Avant, je faisais un peu la fine bouche. Il y a des auteurs formidables aujourd'hui. Tenez par exemple, j'extrais un volume au hasard de ma bibliothèque : Maylis de Kerangal, Corniche Kennedy. Ou un autre dans la rangée au-dessus : Antoine Volodine, Des anges mineurs. Y a déjà de quoi en prendre plein les mirettes.

Deux conseils livre (ou auteur), un film et une musique à conseiller pour terminer ?

Je vais sélectionner dans mes lectures récentes sans quoi je pourrais passer trois mois à hésiter. Je viens de lire Les Portes de Thèbes de Mathieu Riboulet, c'est de la bonne came. Pour les aventuriers, je conseillerais Nihonium de Serge Cassini, une prose hallucinogène qui décolle bien comme il faut la rétine. Le dernier film qui m'a un peu bougé, c'est Séjour dans les Monts Funchun du réalisateur chinois Gu Xiaogang. Pour la musique, je n'écoute plus que du classique alors rien de très neuf. En ce moment, je m'intéresse au pianiste polonais Krystian Zimerman notamment dans Schubert et dans les concertos de Beethoven. Mais pour terminer sur une note tchèque, je ferai la même proposition que dans mes Carpes : Muzikanti  à partir de la transcription de Leos Janáček, Iva Bittová au chant. De quoi voyager un peu.

Merci Monsieur Bonnetto (vidéo de présentation du roman)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Silence des carpes, Jérôme Bonnetto (Inculte)

Jérôme Bonnetto, je l'ai découvert l'an passé avec La Certitude des pierres  grâce, il faut bien le dire, aux éditions Inculte. Une magnifique rencontre littéraire et je sais désormais que je ne suis pas seul. Même les lecteurs les plus exigeants autour de moi ont aimé, c'est dire ! D'abord une écriture purement littéraire, joueuse et ironique, qui aime les images simples mais évocatrices. Aucun excès dans les mots, on sent le naturel de la prose qui est sans doute l'autre nom du talent. Jérôme Bonnetto pourrait écrire sur le bottin, les pneus, la façon de découper un gâteau ou la République Tchèque que je le lirais. Ah, bah tiens, il nous parle justement de tout cela dans Le Silence des carpes ! Fabuleux ! Alors allons-y car mes connaissances sur le sujet se sont fracassées sur le mur de Berlin, ou plutôt le rideau de fer des illusions communistes. Quand je fais le point, je connais Jaromir Jagr, le coup de Prague, Dominik Hasek, Panenka, le Printemps de Prague, 19

L'Avantage, Thomas André (Tristram)

 Avantage service, 40A, break, égalité. Alors, tu chopes ou tu liftes ? Premier roman assez intrigant, indécidable jusqu'au bout, qui m'a rappelé les deux Nathalie, Tauziat et Dechy. Forget, Pioline et Thierry le champion. Bon, vous le savez, sport et littérature font bon ménage chez L'Espadon et quand un livre paraît chez Tristram, c'est plutôt gage de qualité (Nina Allan). Bon. Ce roman m'a confirmé une chose, je préfère largement le tennis en littérature qu'à la télé ou en vrai — donc sa représentation—, un des rares sports à m'ennuyer, à me mettre en rage quand je m'y adonne. Un certain nombre de grillages se souviennent de mes emportements après un coup raté, les raquettes ébréchées aussi. Car L'Avantage nous rappelle que le tennis est un sport de brèches et de failles. Il faut un mental en béton pour renvoyer les coups, droits, liftés ou chopés. Slicés (slayecés ?) ou lobés, un peu de talent aussi mais alors un talent qui s'ignore peut-être

Presqu'îles, Yan Lespoux (Agullo)

Esprit barbecue et cueillette des champignons, surf et cabane à chichis dans le sud-ouest. On y croise des gonzes, des couillons, des chasseurs, des petits malfrats, des Parisiens, des voyous vengeurs, des Bordelais, des noyés, des Toulousains, des pinèdes, des Charentais, des racistes et des dunes. Presqu'îles,  recueil de nouvelles signé Yan Lespoux, inaugure une collection petit format chez Agullo, avec un petit prix et deux cents pages de soleil couchant ancrées dans les terres du Médoc, souvent avinées, il faut bien le dire. C'est aussi l'esprit roman noir et c'est d'ailleurs Hervé Le Corre qui signe la préface. Joli programme qui, pour une double entrée matière, réussit son coup. Pour l'éditeur d'une part, qui parie sur un genre qu'on dit peu vendable. Pour l'auteur d'autre part, dont c'est le premier effort littéraire au long cours. On déguste ces presqu'îles par petits bouts, on approche leurs rivages ensablés et alcoolisés. On ri

Vivonne, Jérôme Leroy (La Table Ronde)

 Vous, lecteur, passerez-vous de l'autre côté ? De la page, pour entrer dans la poésie et les histoires d'Adrien Vivonne ? Écrit comme ça, ça paraît un peu grotesque. Et si l'on ne croit pas à cette histoire de France plongée dans l'apocalypse, en pleine "Libanisation" et livrée aux factions et milices paramilitaires, ça l'est. Mais il suffit d'y croire un peu, juste un peu. Une nouvelle façon de résister à l'air du temps. La poésie sauvera-t-elle le monde ? Les vers contre les armes, la poésie pour échapper à la guerre. Le Sig Sauer ou la Douceur ? C'est le programme ô combien étrange de cet étonnant Vivonne. Un éditeur croisé dans la rue à Rouen, mardi dernier, me demandait : alors roman, autofiction ? Franchement, j'en sais rien et finalement, peu importe, le livre de Leroy échappe un peu à toute étiquette. Juste une douce certitude : celle de la fin du monde tel que nous le connaissons qui porte une écriture en quête de l'ultime poè

Marie-Lou-Le-Monde, Marie Testu (Le Tripode)

 Incandescence de la présence, corps pyromanes et coeurs-puissances, ce Marie-Lou-Le-Monde rappelle avec la ferveur d'un vers le pouvoir des sens et la vitalité d'un sentiment ou d'une sensation à l'état de jeunesse. Les troubles de la première fois, ce qui vous ensorcèle et vous malmène, dépasse et fracasse. Le désir a besoin de déploiement et d'été, d'un lieu et d'une carte pour s'épanouir. Cette carte du désir, c'est Marie-Lou, le corps totalisant. Les envies volcaniques des premières fois, ce sont des failles sismiques intérieures, mélange d'ondes, de fourmis, de chairs et de feu. Ce roman en vers ou ce long poème est beau comme une caresse estivale, puissant comme un envoûtement charnel. Dialectique d'une présence amoureuse et d'une passion qui brûle le corps et le coeur, comme un miracle de sensualités à fleur de peau. Des ascenseurs, des ventres qui crient, une Terre s'effondre, des regards aimantés, un souffle coupé, des chute

Lait sauvage, Sabrina Orah Mark (trad. par Stéphane Vanderhaeghe, Do éditions)

 Voilà, il existe des bouquins qu'on n'a absolument pas envie de décortiquer et ce Lait sauvage en fait partie. Phrase bien pratique, me direz-vous, pour vous faire comprendre qu'en réalité j'en suis bien incapable. Mais si la littérature du présent s'égare parfois dans des territoires trop battus, faute d'imagination, ce Lait sauvage est à mon sens la seule direction à prendre pour sortir de la zone de confort (quelle horrible expression !) et de la torpeur de vies qui se répètent. Peu de bouquins produisent cet effet : étirer votre monde au point que votre imagination est incapable de se le représenter avec des images communes et découvrir une nouvelle planète avec du gaz et je ne sais quel minerai. Exemple, page 101 : "La deuxième blague libère ses mains de la poigne molle des deux hommes pour s'allumer une cigarette, et au même moment son téléphone portable se met à sonner. Il sonne, et il sonne, et il sonne. Mais la blague n'a pas l'inte

Elle, la mère, Emmanuel Chaussade (Les éditions de Minuit)

 Premier roman, nous dit-on, qui au bout de quelques phrases aimante déjà le coeur de son lecteur, tourné vers du son et du sens, en vers et contre tout. Car si le texte m'a interpelé d'une façon ou d'une autre, c'est d'abord par son écriture étudiée, d'une envoûtante musicalité. Les mots y sont brefs, les phrases sur la brèche. Texte incisif, au cordeau, rythme syncopé, urgence de nommer la tendresse, la détresse, la douceur et les pleurs. Car tout commence par la mise en bière de la mère, touchée à la fin de sa vie par Alzheimer, la mère devenue une Alzhei-mère. Et c'est toute une mémoire familiale qui resurgit par la voix du fils, pour dénouer les fils des ascendances et descendances. Des histoires emmêlées avec des imposteurs, des beaux parleurs et des violeurs, des petites filles sacrifiées et des fils rejetés, des femmes qui veulent effacer et oublier. Qui veulent sourire même si les rires disent parfois les souvenirs privés d'amour. Aimer, vraimen

Baiser ou faire des films, Chris Kraus (Belfond)

 Jolie couverture kitsch-pop qui rappelle à sa façon le souvenir doux-amer d'une Beat Generation disparue. Après La Fabrique des salauds, l'auteur revient avec la chronique new-yorkaise d'un jeune étudiant allemand en cinéma, qui doit réaliser un film sur le sexe mais surtout pas un film à la con sur les nazis. Jonas, envoyé en éclaireur par son professeur pour préparer l'arrivée des autres étudiants, se retrouve balancé dans la jungle urbaine de la grande pomme. Il croise des beatniks, des artistes, des homos, des junkies, des criminels, des réalisateurs, sa Tante Paula rescapée de la Shoah et son grand-père Apapa qui hante sa mémoire avec des Sturmbannführer et des chambres à gaz en Lettonie... Mah, la compagne de Jonas restée en Allemagne, psychote sur la fidélité de son petit copain. Jonas, malgré sa jeunesse, va bientôt mourir. Une grosse cicatrice au front rappelle au monde son accident de moto et sa vie en sursis... Un livre qui séduit d'abord par son humour

L'enfant parfaite, Vanessa Bamberger (Liana Levi)

 Une jolie surprise ce roman de Vanessa Bamberger dont j'ai admiré le "flow" pendant 250 pages. Je ne vais pas reprocher à l'autrice d'en avoir trop fait, parfois, avec son envie de faire rimer, sonner et couler la phrase dans une musique adolescente bercée de rap et de phases, de punchlines et de  narrative battle. Non, Vanessa Bamberger veut en découdre au risque d'en faire trop et ça justifie il me semble un ou deux égarements. Et c'est tout à son honneur car, soyons francs, à part quelques phrases où l'on sent le mot ou la rime forcés, c'est réussi dans 99% des situations. Exemple, page 128, Ferdi habite à Nation. Mais habite-t-il réellement à Nation ou juste pour les besoins du son et de la narration ? Car la phrase d'avant "il vient souvent à la maison". Il aurait pu habiter place d'Italie, la Butte-aux-Cailles... Non, on a là une écriture qui a le seum. Contre l'Éducation Nationale et les parents qui ne comprennent ri