Accéder au contenu principal

Jérôme Bonnetto :"Pour déclencher le rire, il fallait pousser la chose jusqu'au ridicule."

Le précédent livre de Jérome Bonnetto, La Certitude des pierres (Inculte), nous avait bluffés par sa maîtrise narrative et son écriture au cordeau. Western à la française qui naviguait entre les genres littéraires, ce roman nous avait indiqué la direction. On tenait avec Jérôme Bonnetto, écrivain lumineux, un client de la littérature contemporaine. Après la tragédie donc, l'humour cocasse et truculent en Tchéquie dans Le Silence des carpes. L'histoire d'un Parisien éconduit qui croise un plombier tchèque et récupère une photographie mystérieuse. De rencontres en questions, Paul Solveig part à la découverte d'un pays, de ses habitants et de leurs bizarreries. L'occasion pour L'Espadon, qui s'entend très bien avec les carpes, de demander au principal intéressé sa vision du territoire et de l'écriture. Et c'est passionnant, drôle, détendu, à l'image du roman. On est comme entre amis. Alors on s'installe confortablement dans le fauteuil, une Pilsner à la main, on regarde le paysage et on écoute sa musique.


Question création : L'écriture et la lecture sont-elles des respirations, des passe-temps ou plus que ça ?

Un peu tout ça à la fois, mais pas toujours en même temps. Je mentirais si je disais que je ne peux pas vivre sans écrire. J'ai traversé, pour diverses raisons, une longue période de sécheresse pendant laquelle j'ai vécu, vraiment vécu. Je crois que je ne suis pas de ces auteurs graphomanes parcourus constamment de soubresauts romantiques dont ils tirent tout le sens de leur vie. Mais je dois avouer aussi qu'à chaque fois que l'écriture s'est éloignée de moi, j'ai commencé à sentir ce petit caillou dans ma chaussure. J'ai noyé des dizaines de romans dans les rivières comme des petits chatons, par faiblesse ou manque de temps. Je consacre beaucoup de temps à mon travail d'enseignant et il me manque parfois la force de m'y mettre. Et même s'il n'y a rien de grave à cela, quelque chose comme une tristesse s'installe. Je pense parfois à tous ces petits chatons. Oui, c'est triste de ne pas écrire et plus généralement de ne pas créer, une tristesse tout à fait supportable qui garde la forme des livres que l'on n'a pas écrits. Alors quand on y est, que le projet est lancé, qu'on a trouvé la langue (ce que j'appelle "la phrase du roman") et qu'on commence à avoir la conviction qu'on va aller au bout, alors oui ça devient vraiment une respiration et même plus que ça. On vit une autre vie dans la vie, intime, colorée, intense. Cette épaisseur-là est très difficile à expliquer ou à raconter. C'est comme faire l'amour, faut le vivre, le récit des autres ne suffit pas.

Et un livre, tel que vous l'envisagez, ça sert à quoi : faire rire et/ou réfléchir ?

Je dirais que cela sert d'abord à faire joli dans une bibliothèque. Je me souviens de la bibliothèque d'un camarade que les parents avaient remplie de bibelots épouvantables en guise de cache-misère. Je me rappelle qu'il y avait un gros exemplaire du livre Guinness des records 77 (mon année de naissance) à côté d'un petit moine sacrilège dont on pouvait faire sortir le sexe turgescent en pressant ses hanches. À tout prendre, je préfère le livre des records périmés. Bon, je me défausse un peu parce que j'ai peur que mes élèves copient mes réponses pour les prochaines dissertations. Mais je dirais pour faire simple que son utilité est incommensurable, impossible à délimiter totalement, à restreindre, et que même si je m'amusais faire à la liste de toutes les fonctions de la littérature, j'aurais le sentiment qu'il manque quelque chose. Surtout, je n'oppose pas le divertissement à la réflexion. J'ai toujours pensé que le rire était une affaire sérieuse tout comme on n'est pas toujours condamné à faire rire.


Dans vos romans, préférez-vous le réalisme à la réalité ? La véracité plus que la vérité ?

La question du réalisme doit être reposée à chaque texte. Je me garde de toute position dogmatique à ce sujet. Ça peut être parfaitement secondaire. En revanche, je considère qu'il n'y a pas d'art sans recherche du vrai. En tout cas, j'essaie dans chaque texte d'approcher quelque chose, même si je ne sais pas toujours quoi. Je ne considère pas la littérature comme un simple divertissement, mais comme un art. Cela engage une certaine responsabilité de l'auteur. On a le droit de foirer un texte, mais pas de le rater volontairement en misant sur la bêtise du lecteur. Je trouve qu'il y a une montée en puissance du "fabriqué" dont il faut d'autant plus se méfier qu'il n'est pas dénué d'une certaine efficacité. Je préfère la nullité au cynisme dans ce domaine. Au moins, la nullité peut amuser.

Question géographie : Puisque Le Silence des carpes est une ode à la Tchéquie, à sa culture, à son peuple, pouvez-vous nous présenter votre pays d'adoption en nous parlant du rapport que vous entretenez avec lui, de votre perception en tant que Français ?

La République tchèque se situe en plein coeur de l'Europe (les Tchèques aiment bien cette expression "srdce evropy", le coeur de l'Europe), même si dans l'histoire, elle en a le plus souvent été le rein ou la rate. C'est un pays complexe et attachant, comme tous les pays j'ai envie de dire. Il se trouve qu'il me convient mieux qu'à d'autres. Ce n'est pas toujours évident d'expliquer pourquoi. Disons qu'il se tient peut-être à la bonne distance culturelle : il fait vibrer en moi quelque chose de familier, d'intime et dans le même mouvement, il me surprend et me permet de faire ce pas de côté à l'intérieur de moi-même sans me heurter. Il y a aussi un calme, une douceur dans ce pays qui vient peut-être du paysage. Dans ma région natale, les montagnes plongent violemment dans la mer. En Tchéquie, c'est la douce colline qui règne. Montesquieu a décrit l'influence du climat et du paysage sur les lois. Il n'avait peut-être pas complètement tort.
Pendant l'âge d'or de l'entre-deux-guerres, la France qui a largement aidé à la création de la première République tchécoslovaque est devenue un modèle pour de nombreux artistes tchèques qui avaient besoin de se détourner du monde germanique. C'est par là que je suis entré dans le pays. J'ai découvert la poésie surréaliste tchèque pendant mes études. Il y avait ce que je décris plus haut, une sensation de "presque étrangeté" ou de "quasi-familiarité" que la littérature japonaise, par exemple, ne peut facilement suggérer. Et puis, une fois qu'on a ouvert la porte... J'ai commencé à lire tout ce qui me tombait sous la main, j'ai découvert une manière particulière de raconter les histoires, par le petit bout de la lorgnette et par le menu, faisant la part belle à la poésie et à l'humour au milieu même du drame. Ici, on attaque rarement les grandes questions de face même s'il faut raconter les horreurs de la guerre ou du communisme. Il y a quelque chose de très séduisant dans cette approche tragi-burlesque. J'ai gardé ça en tête pour mes Carpes. Et puis j'ai fondu sur les autres arts aussi, j'ai commencé à écouter Smetana et Janáček, à fouiner dans le cinéma, dans la nouvelle vague tchèque, à me rendre de plus en plus souvent à Prague en vacances, jusqu'à m'y installer. J'y vis depuis douze ans, cela commence à faire...mais je reste un Français en Tchéquie, même si je pense souvent à cette phrase de Hašek, l'auteur du Brave soldat Švejk : "Nous sommes tous des Tchèques, mais il vaut mieux le garder pour nous".
Je dois ajouter qu'évidemment, même si la Tchéquie est très présente dans mon roman, elle constitue, me semble-t-il, la chair d'une idée plus profonde qui tient aux pouvoirs de la culture en général, de son action sur nous. Mon roman se veut avant tout une ode à la curiosité.

La mélancolie est-elle "heureuse" dans votre livre ?

Pas heureuse mais plaisante, parfois même joyeuse. Il fallait qu'elle le soit. Par goût personnel bien sûr. Il y a presque une politesse à ne pas sombrer dans les eaux sombres et tièdes de la mélancolie. Mais surtout parce que c'est une des constantes de l'âme tchèque, de sa représentation dans les romans et les films en tout cas. Le vieil homme que rencontre Paul s'appelle Vesely, ce qui signifie "joyeux" en tchèque. Et même s'il a eu sa dose de drames, il pose un regard amusé sur le monde. Paul le prend un peu de haut au début, et puis il finit par comprendre la sagesse qui se cache derrière, la générosité pour soi et pour les autres. J'aime bien plonger dans le tragique, dans la noirceur. C'était le cas dans La Certitude des pierres ou dans Le dégénéré. Malgré cela, on peut trouver ici ou là dans ces textes un paragraphe plus lumineux ou un trait d'humour un peu oblique. Les références permettent cela. Par exemple, les chasseurs de la Certitude sont décrits comme des cow-boys, puis on se rend compte rapidement qu'ils ressemblent plutôt aux Dalton. On se débrouille pour le suggérer un peu. L'Indien est aussi un personnage tragi-comique.

Votre roman est très drôle et cocasse, loin des airs de tragédie grecque de La Certitude des pierres. Comment fait-on rire dans un roman ?

Je crois que c'est un peu comme dans la vie, on prend un risque. La différence, c'est que dans la vie, on constate immédiatement l'efficacité. Dans un roman, on passe des mois sans savoir. Je crois que c'était une des premières questions que j'ai posées à mon éditeur : est-ce que l'humour fonctionne ? Il me répondait "oui, oui", mais cela ne me suffisait pas, je lui détaillais les passages incertains : " et là, ça fonctionne ? Et ça, ça fonctionne aussi ? T'es sûr ? t'es sûr ?" Je n'étais pas inquiet, mais je n'étais pas sûr de moi. Tant qu'il n'y a pas un regard extérieur, on n'est sûr de rien. Même les pros de l'humour peuvent se vautrer. Bon, faut dire que je suis plutôt du genre pince-sans-rire.

Comment sait-on qu'on est drôle ? Suffit-il de parler d'us exotiques, du bottin, des pneus, de la façon de découper un gâteau ?

Le personnage de Paul a quelques lubies. Qui n'en a pas ? Pour déclencher le rire, il fallait pousser la chose jusqu'au ridicule. On grossit un peu le trait pour que tout le monde le voie bien. Il fallait trouver la bonne mesure pour le ridiculiser tout en l'humanisant. Avec l'humour noir et le burlesque, l'autodérision est un trait caractéristique de l'humour tchèque. C'est une constante qui a été bien nourrie par la position des Tchèques dans l'empire austro-hongrois puis par le communisme. Cela rend les gens très attachants et je voulais aussi ça pour mon personnage. je voulais éviter à tout prix le regard surplombant du colon que certains ont parfois quand ils voyagent. Et puis, il fallait préparer le lecteur à ses méthodes d'investigation peu orthodoxes. Elles tiennent un peu de celles de l'autodidacte de La Nausée qui s'instruit en lisant tous les livres de la bibliothèque par ordre alphabétique. Plus généralement, ces petites digressions comme celles des pneus ou des petits gâteaux sont sympathiques à écrire. Si j'osais, je donnerais cet exercice à mes élèves : "Chers élèves, le thème aujourd'hui, c'est le pneu. Vous avez deux heures".
L'humour repose par ailleurs sur des traits d'esprit ou de petites remarques ironiques. Le climat du texte, la "phrase du roman" m'a permis de trouver assez facilement ce que je voulais. Après c'est une question de timing. Encore une fois, comme dans la vie.

L'acte d'écrire est-il une épreuve pour vous, un immense bonheur, une façon de vivre ? À quelles difficultés êtes-vous confronté en tant qu'écrivain (au moment d'écrire, de la parution du roman) ?

L'acte est plutôt heureux, peut-être aussi parce que je ne le ressens pas comme une absolue nécessité. Bien sûr, écrire me rend parfois nerveux. Il faut aimer buter contre des difficultés à résoudre. Cela tient de temps en temps du casse-tête. Il arrive que le résultat me déçoive, souvent même. À la pétanque, on dit "belle en l'air" pour qualifier la boule d'un tireur que tout le monde voyait atteindre la cible et qui finalement tombe à côté. Des textes "beaux en l'air", j'en ai imaginé plein. Mais il y a un plaisir incontestable à trouver une forme, à régler ce mélange impressionniste d'injonctions diverses que l'on a en tête quand on se lance dans un texte. Là encore, c'est difficilement explicable et je m'en voudrais de mettre des mots trop précis. En tout cas, pour ma part, ça ne ressemble pas du tout à l'image mozartienne de l'auteur qui a tout en tête et qui n'a plus qu'à coucher les phrases sur le papier comme dans la scène du billard de l'Amadeus de Forman.  
Mais ma plus grande difficulté, c'est d'arracher à mes semaines le temps nécessaire pour écrire. Je rêve parfois de pouvoir me mettre à mi-temps pour écrire davantage, malheureusement, ce n'est pas encore possible. Je disais l'autre jour à un ami qu'il suffirait pour y arriver que Guillaume Musso me prête tous les deux ans 1% de ses lecteurs. Il ne s'en rendrait même pas compte et ça changerait ma vie. Mais je n'ai toujours pas trouvé comment on fait ça... Si j'étais Rimbaud ou Camus, ce serait triste à mourir, un véritable désastre, mais là soyons honnêtes, ce n'est pas si grave.

À quoi ressemble la littérature que vous aimez ?

Je l'aime forte, diverse, colorée, espiègle, renversante, violente, austère, intransigeante, foudroyante. J'aime bien quand ça secoue un peu. Mais je fonctionne surtout par période. J'ai longtemps dévoré les grands textes exigeants. J'ai été formée par les grands noms comme Jarry, Kafka, Jelinek, Bernhard, Guyotat, Dostoïevski, Joyce. J'ai lu beaucoup de poésie aussi des surréalistes à Denis Roche, Tarkos, Dupin. Des choses forcément très différentes. Ça a été une période de formation essentielle. Et puis, finalement, quand on est passionné, on lit de tout. J'ai appris à extraire des choses de textes plus moyens. Si j'étais un peu taquin, je dirais qu'il y a presque une faiblesse de lecteur à ne pouvoir trouver de l'intérêt que dans les grands chefs-d'oeuvre. Aujourd'hui, j'ai l'impression de m'être assagi ce qui me permet d'apprécier plus souvent ce que je lis et notamment la littérature contemporaine. Avant, je faisais un peu la fine bouche. Il y a des auteurs formidables aujourd'hui. Tenez par exemple, j'extrais un volume au hasard de ma bibliothèque : Maylis de Kerangal, Corniche Kennedy. Ou un autre dans la rangée au-dessus : Antoine Volodine, Des anges mineurs. Y a déjà de quoi en prendre plein les mirettes.

Deux conseils livre (ou auteur), un film et une musique à conseiller pour terminer ?

Je vais sélectionner dans mes lectures récentes sans quoi je pourrais passer trois mois à hésiter. Je viens de lire Les Portes de Thèbes de Mathieu Riboulet, c'est de la bonne came. Pour les aventuriers, je conseillerais Nihonium de Serge Cassini, une prose hallucinogène qui décolle bien comme il faut la rétine. Le dernier film qui m'a un peu bougé, c'est Séjour dans les Monts Funchun du réalisateur chinois Gu Xiaogang. Pour la musique, je n'écoute plus que du classique alors rien de très neuf. En ce moment, je m'intéresse au pianiste polonais Krystian Zimerman notamment dans Schubert et dans les concertos de Beethoven. Mais pour terminer sur une note tchèque, je ferai la même proposition que dans mes Carpes : Muzikanti  à partir de la transcription de Leos Janáček, Iva Bittová au chant. De quoi voyager un peu.

Merci Monsieur Bonnetto (vidéo de présentation du roman)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Feu, Maria Pourchet (Fayard)

 En voilà un bouquin qui m'a bien gonflé et pour une fois, je sais exactement pourquoi. Oui, c'est vrai, vous ne trouverez aucun, mais alors aucun bon sentiment dans ce texte prétentieux sur le désir, ses affres, la passion amoureuse, les sentiments impossibles, les petits mensonges et les coups tordus... Histoire ô combien ordinaire, deux solitudes qui s'ennuient dans leur couple-famille-mariage (Laure, 40 balais) et leur vie minable de cadre sup' de la Défense (Clément, 50 balais), qui vit avec un chien. J'aime toutes les histoires, pourvu qu'elles soient bien racontées, pourvu qu'elles soient racontées avec style. Mais, rapidement, je me suis ennuyé à la lecture de ce roman sans grand intérêt et d'un nihilisme rare. J'y suis allé car je suis curieux. J'avais entendu moult louanges sur les textes de l'autrice. C'était l'occasion... manquée. Ce roman m'a vite dérangé, pour une raison simple. Il est d'un cynisme confondant, qu

Mahmoud ou la montée des eaux, Antoine Wauters (Verdier)

 L'histoire d'un barrage en Syrie, la trajectoire d'un homme au miroir de la guerre. 50 km de long, de béton. 11 000 familles déplacées. Un village englouti et des souvenirs avec. Le lac el-Assad, en 1973. Une famille éclatée. Un vieil homme, semble-t-il, rame à bord d'une barque, remontant le fil de sa mémoire en Syrie. Un professeur-poète menaçant pour le régime, une guerre en fond sonore. La censure, la traque, la paranoïa. Un grondement, une rumeur de plus en plus claire. Il lui faut plonger, à Mahmoud, avec masque et tuba, dans les profondeurs lacustres. Une façon de remonter à la surface pour respirer, voir sa vie passer du noir et blanc à la couleur. Mahmoud Elmachi, qu'as-tu fait de tes amours ? De tes enfants ? De ta famille ? De Sarah ? Les as-tu abandonnés ? As-tu eu simplement le choix ? Mahmoud ou la montée des eaux est un très beau roman en vers libres, ceux d'un poète isolé, coupé du monde, qu'on prendrait volontiers pour un fou. C'est d&#

La Grande Aventure, Victor Pouchet (Grasset)

 La grande aventure, c'est une balade en vue d'un col, l'écriture de poèmes qui forment un livre, c'est écrire un poème pour empêcher l'être aimé de partir, c'est une histoire de shampoing et de romans qui nous dépassent, c'est une histoire d'amour et de dauphins, un jeton de manège bleu à Montmartre pour raviver l'enfance, conjurer la perte, l'écoulement des journées qui passent. Il faut boire un gin tonic, en souvenir, pour oublier les montagnes qui nous assaillent. Ecrire des poèmes, alors, malgré les déserts d'inspiration, les aboiements des chiens. Partir, revenir, s'interroger aussi sur les événements de la vie, petites boules de réel qui débarquent sans crier gare. La mort d'un grand-père : Son coeur s'est arrêté / et il est mort très simplement, que l'on consigne dans un banal poème comme on s'interroge sur les contrebandiers... La Grande Aventure, c'est un dauphin, un découpage de solitudes. Suivez les pointil

Massacres, Typhaine Garnier (Lurlure)

Quand Myrtho de Gérard de Nerval devient Rime Hot ... Avec un temps de retard, toujours, je découvre la poésie de Typhaine Garnier. Configures   m'avait laissé entrevoir cet univers joueur, drôle à souhaits, expérimental. Je cherche encore quel lecteur de poésie je suis. Et, il faut bien le dire, à la lecture de ces deux recueils perchés, l'impression d'aller à peu près partout dans le champ des possibles avec une bonne dose d'impertinence et de respect envers les aînés. Une émancipation même, si on lit les deux recueils de Typhaine Garnier en suivant la chronologie des parutions. Massacres , donc, au pluriel, est un formidable jeu de massacres de notre patrimoine poétique. Dans l'idée de patrimoine, il y a l'idée d'un héritage un peu mort, de biens collectifs sans vie, sans âme. Typhaine Garnier a donc eu la brillante idée de choisir quelques poèmes de ses illustres aînés (une seule femme, Louise Labé) pour les massacrer. Ou plutôt les réinventer, les refor

Je t'aime comme, Milène Tournier (Lurlure)

 Les textures de l'amour, ses couleurs, ses reliefs sans aplats, ses plats d'humeur, ses objets au filtre d'une lumière qui se déploie dans l'espace urbain comme une pieuvre énamourée. Milène Tournier s'empare du sentiment, de sa flamboyance, de son romantisme, pour "épouser le tout ordinaire" des lieux des villes. Du kebab à la patinoire, du Ouibus au conteneur à verre, du potager au marché, de la librairie à la grue, du fleuve au fleuriste, des escaliers aux égouts, d'un distributeur Selecta à un cabinet de voyance, d'une boulangerie à une boîte à livres, de l'ascenseur au zoo, du stade au skatepark ! La poétesse s'amuse, ironise, déclare et déclame dans des pages performatives. Explorer le versant plein d'excès, et donc absurde, niais, mais aussi la beauté simple, nue, du sentiment amoureux. Ses images bizarres, ses arômes de cendre, de braise et de pizza, ses innocences souriantes. Quand on aime, on aime tout, le trivial et le subli

Ultramarins, Mariette Navarro (Quidam)

J'ai d'abord lu une dizaine de pages d' Ultramarins, à la fin du mois d'août. Puis j'ai posé le livre dans un coin, avant de le reprendre un mois plus tard, devant l'afflux des critiques positives. J'avais dû manquer un truc. Et bien m'en a pris. J'aurais dû m'installer confortablement et prendre mon temps. Car il faut entrer dans l'univers de Mariette Navarro à brasses lentes, observer et attendre. Et peut-être trouver la lumière, sur une île ou dans les abysses. Je crois savoir pourquoi j'ai vite abandonné ma lecture la première fois, c'est un défaut de lecteur et de commentateur. J'ai voulu comprendre dans l'instant les intentions narratives de l'auteure. Erreur ! Grosse erreur ! C'est exactement ce qu'il ne faut pas faire. Plutôt se laisser bercer, laisser venir et noter (ou pas) ce qui se produit. Accueillir et accepter le changement. Voir ce que le texte remue en vous. Je vous parle de sensibilité, mais impo

Dans la Maison rêvée, Carmen Maria Machado (Christian Bourgois)

 Très beau livre sur la violence dans le couple, pensé comme une succession de courts chapitres à la manière de. Une question simple, qui en appelle beaucoup d'autres : comment écrire une autobiographie ? Où commence-t-elle et où finit-elle ? Le jour de la naissance ? Le jour de notre mort ? Au début d'une prise de conscience ? À la fin d'une relation destructrice alors que celle-ci continue à vous hanter, peut-être jusqu'à la fin ? Dans la maison rêvée aborde la question de la violence dans le couple homosexuel en général, et en particulier, celle moins évidente a priori, de la violence dans le couple lesbien, qui rejoint le questionnement sur les identités sexuelles. Angle original pour évoquer une histoire tristement banale, celle d'un couple qui s'aime avec passion puis se déchire, rejouant une relation dominante/dominée, où brutalité et emprise psychologique guident les échanges. La narratrice, peu sûre d'elle-même et boulotte, entre dans une relation t

Pédalées, Olivier Hervé (Lunatique éditions)

 Bonjour les amis. Joie et émotion, il est enfin là, le rêve d'une vie. Il s'appelle Pédalées et il est épais de 1,73 cm. Ni un essai, ni un roman, ni un témoignage, ni de la poésie, il croise un peu toutes ces approches pour parler d'une chose, le vélo. Et même d'une passion pour le vélo ! Il sortira le 15 novembre, dans toutes les bonnes librairies. Présentation sur le site de l'éditeur : " Pédalées propose 21 itinéraires littéraires comme autant d’étapes du Tour du France et de virages de l’Alpe d’Huez. Une Grande Boucle intime de 240km où les succès font écho aux douleurs, les défaites aux exploits. C’est aussi un hommage amoureux et critique à la petite reine, à ses beautés, à ses ratés, à la folie et aux illusions qu’elle fait naître. ​ Rouler, c’est… Un opéra en rafales. Être porté par les lieux, habité par les territoires. Un arpentage sensible. Mettre de l’ordre dans son chaos intime, laisser libre cours à son propre désordre. Une obsession, un truc q

Satires, Edgar Hilsenrath (Le Tripode)

Satires...  ça tire toujours des larmes un livre d'Edgar Hilsenrath. Et quand on sait que c'est le dernier, ça en tire encore plus. Puis des larmes de rire, aussi, car l'Edgar était un clown triste, hanté par la Shoah et la figure du nazi. Hanté par le retour au pays, homme aux racines floues et arrachées, une identité pétrie dans la langue et l'écriture, des pays où être chez soi quand on vous a tout pris. Sauf l'humour, sauf une folle tendresse pour ses personnages, sauf l'ironie, sauf le rire désespéré. Puisque ce monde n'a aucun sens, il convient d'en souligner l'absurde logique, le grotesque, dans des dialogues cinglants où Hilsenrath s'amuse autant qu'il dégomme, invente des mondes autant qu'il les détruits. Ce livre, c'est l'Allemagne vue par l'exilé, celui qui écrit en allemand mais ne comprend plus ce pays peuplé de nazis croupissants, de veuves déboussolées et de travailleurs immigrés qui ne comprennent pas un mot de

Grande Couronne, Salomé Kiner (Christian Bourgois)

 Encouragé par les enthousiasmes de libraire et un éditeur de confiance, je me suis lancé dans ce Grande Couronne , plein d'attentes. J'aime les premiers romans, toujours curieux de découvrir un univers, une écriture, un rapport au monde qui serait original. Fin des années 90, dans la banlieue parisienne. On suit les pas d'une collégienne, Tennessy. Ses parents divorcent, sa soeur est bordeline, ses deux frères pas aidés par une mère dépressive qui se laisse doucement mourir. Dans ce marasme ordinaire, l'ado tente bien de se raccrocher aux branches mais, peine perdue, là voilà embarquée, malgré elle, dans un petit réseau de prostitution. Ses premières expériences sexuelles seront tarifées. Un peu naïve, la jeune fille rêve de marques, voudrait ressembler à ces filles qui ont l'air si sûres d'elle. Mais elle n'est pas née du bon côté. Aux côtés de Chanelle, de Kat Linh, Tennessy se rêve en avocate ou en hôtesse de l'air, avec en fond sonore les clips de L