Accéder au contenu principal

Au nom du père, Balla (éditions Do) ★★★★☆


    Voilà un livre qui nous a fait beaucoup rire. Avant les dernières pages tout du moins, glaçantes ou d'une "inquiétante étrangeté". Au choix. Et pour cause, on aurait beaucoup de mal à trouver un héros aussi peu vendeur. Tenez : le narrateur est un père à l'air renfrogné, vieil homme aigri qui fait le constat d'une vie amère : du haut de son phare, il ressasse les échecs sans en comprendre les causes. Que reste-t-il d'une vie triste et solitaire ? Une maison familiale, construite par lui-même et son mystérieux frère. Ses deux fils, désormais adultes, ne l'ont jamais aimé. Trop volage, égoïste et méprisable. Son ex-femme, soupçonnée d'être folle, il la méprisait aussi. Ses parents, il n'a jamais pu s'entendre avec eux. Un mariage en ruines, une femme humiliée par des infidélités, des fils ignorés et cette maison, miroir de toutes les folies...


Ce que l'on retient d'abord, c'est le comique, d'une cruauté cynique qui confine à une lucidité sans bornes : "Je n'ai jamais menacé mes fils avec une hache. C'est peut-être cela qui leur a donné l'impression que je ne m'intéressais pas à eux". Ce père a loupé sa vie dans les grandes largeurs et ne cherche aucunement la rédemption. Tout juste blâme-t-il les autres pour leur médiocrité, sans être exempt de tout reproche. Oui, il préfère les petites fesses de ses secrétaires à sa femme mais, quelque part, elle l'a bien cherché, elle qui creuse on-ne-sait-quoi dans la cave de la maison...


Je sais qu'il y a de la cruauté à parler ainsi, mais la différence entre moi et la majorité des hommes, c'est que je suis cruel et le dis, alors qu'eux ne le sont pas moins mais tiennent un autre langage, tout en pensant, tout en voyant les choses exactement comme moi.

  Livre court qui enfile les tranches de vie en creusant une forme de dégoût, Au nom du père n'aurait pu être qu'une fable d'un nihilisme complaisant. Que retenir de cet être égoïste, lancé dans une tirade névrosée ? Balla, au fil des pages, parvient toutefois à installer l'ambiguïté et peu à peu le comique se pare de tragique. Au nom du père ne serait-il que le monologue d'un cynique absolu ou le récit obsessionnel d'un fou ? Farce ou provocation ? Farce ou tragicomédie ? La dernière phrase, incisive comme un couperet, nous invite à l'interprétation pour finalement remettre en cause tout ce que l'on croyait figé. Faut-il toujours croire ce qui est dit ou écrit ? Jouet d'un destin qu'il croyait maîtriser, le narrateur finit par se perdre dans son propre discours — le lecteur avec — piégé par ce qu'il croyait voir avec des yeux d'une lucidité sans limite. L'architecture est parfois mère de tous les aveuglements et ce récit pourrait se lire comme un labyrinthe mental, un espace de miroirs dans lequel on ne sait plus si le moi existe vraiment ou s'il est rêvé. Où le réalisme ici ne serait que vue de l'esprit. Avancer masqué, s'aveugler pour mieux éviter de regarder en face. On en revient toujours aux illusions tenaces, garde-fou contre la folie, celle d'un narrateur aussi menteur que manipulé. La maison, littéralement hantée, devient le reflet de nos égarements, croyances aveugles et autres aliénations. Comme les murs lézardés, la logique a ses failles et ce sera au lecteur de percer cette santé mentale solipsiste. Et si le désespoir était la politesse de la folie ?


La grande période des ténèbres a commencé lorsque nous avons tiré les rideaux de la cuisine. Ma femme, dans la pénombre, a déclaré que les fenêtres resteraient voilées, afin que les gens, dehors, ne puissent pas voir ce que nous faisions.

    Si comique il y a, c'est donc pour mieux se nourrir d'étrangeté et d'un certain goût pour l'absurde, entre Beckett, Kafka et Borges. Au nom du père, prière à la fois troublante et hilarante, avec en fond une critique politique, finit par ressembler à un vertigineux puzzle de sophismes, écrit dans une prose vive et obsédante. Cette quête existentielle bizarre muant alors en enquête des traces qui la composent.
                                                                                                                             
Au nom du père, Balla, éditions Do, 12 mars 2019, 136 pages, 16 €

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Des voix, Manuel Candré (Quidam) ★★★★☆

Voilà un livre qui devrait nous poursuivre quelques années. Car le spectral Des Voix, signé Manuel Candré, vient défaire notre manière de lire, notre façon d'appréhender l'objet. Point d'interprétation ici, on en serait incapable car Des Voix se situe à un autre niveau pour nous. Notre curiosité nous pousse en général à aller traquer toutes les références et éléments de contexte mais, allez savoir pourquoi, on se l'est interdit ici pour mieux se laisser bercer par cette écriture de fantôme. Peut-être pour, en fin de compte, être davantage possédé par ses silences transparents. On livrera donc plutôt des impressions de lecture, prolongements d'une véritable expérience physique et mentale.


Rarement un livre nous a touché — au sens premier — physiquement. Rares sont ces livres dont on ne sait pas quoi penser de façon définitive (plutôt un bon signe). On ignore si c'est un chef d’œuvre mais c'est un livre marquant. Pardonnez l'expression terre-à-terre mais…

J'entends des regards que vous croyez muets, Arnaud Cathrine (Verticales) ★★☆☆☆

Superbe titre pour le dernier livre d'Arnaud Cathrine. Un programme plein de promesses, de celles que l'on a tous faites. Empruntant les transports en commun, qui ne s'est pas un jour ou l'autre posé cette question sur son voisin de siège : qui est-il/elle ? Quel est son âge ? Comment s'appellent-ils ? Que font-ils dans la vie ? Quelle est leur vie ? Une myriade d'histoires extraordinaires guettent à la terrasse d'un café, dans un train en partance vers Deauville, dans le regard d'un ami ou dans une rame de métro...

 65 microfictions (de une à trois pages) balisent ce livre en forme de carnet, où l'auteur "vole" la vie ou une partie de la vie des autres, comme chacun le fait — on l'imagine — dès qu'il a une minute à penser. L'auteur observe des détails, mime des paroles, invente des vies, fixe, scrute et sourit à ceux qu'il croise. Des hommes, des femmes, des enfants, imagine leur relations, suppose une manière d'être…

Le Chien de Madame Halberstadt, Stéphane Carlier (Le Tripode) ★★★★☆

D'habitude les chiens, très peu pour nous. Vous savez les odeurs de chien mouillé, les sorties à heure fixe, les aboiements insupportables. Ajoutez à cela une couverture affreuse comme un carlin, un titre vieillot et un pitch digne d'un film TV peu inspiré, rien ne prédisposait à aller vers ce bouquin. Mais voilà, Le Tripode est un éditeur de confiance. L'association chien-Le Tripode, il faut l'avouer, nous a tout de suite intrigués. Ça sonnait un peu faux. Et puis les chiens, dans un livre, ça passe mieux, ils n'existent pas vraiment. Alors on s'est lancé. Lecture finie, quand Stéphane Carlin (euh Carlier, pardon !) s'y colle, le résultat est une belle surprise. Et une couverture soignée, qu'on a fini par adorer. Qu'il est bon de se tromper parfois. Explications.

   Les meilleurs livres sont sans doute ceux dont on n'attend rien ou pas grand-chose. C'était le cas avec "Le Chien de Madame Haberstadt", d'autant qu'on ne …

Willnot, James Sallis (Rivages/Noir) ★★★☆☆

Découverte d'une fosse commune, des cadavres non identifiables, des ados en quête de re-création, des coups de feu, un afflux d'étrangers... Quel est le sujet de Willnot ? Passées les 30 premières pages, on s'interroge sur ce pitch qui n'avance pas : des corps décomposés sont retrouvés dans une carrière en marge de la ville de Willnot. Une communauté choquée, des questions en suspens, l'agitation qui s'empare de la ville. Il y a bien un shérif, Hobbes, mais l'enquête n'avance pas. Ou si, peut-être. Mais nous, lecteurs, n'en saurons pas grand-chose. Car l'intérêt semble ailleurs au fil des états d'âme des nombreux personnages. En premier lieu, Lamar, médecin de son état, qui croise tout ce que la ville compte de paumés, de malades ou vieux en sursis. Le polar supposé disparaît très vite derrière la chronique douce-amère d'une petite ville, avec son lot de désœuvrement. Le polar n'est plus que le prétexte d'un roman existentiel no…

Speedboat, Fabien Clouette et Quentin Leclerc (éditions de l'Ogre)

- "On veut que François Busnel lise sur son prompteur les 22 premières pages du Necronomicon."

- On veut voir Bret Easton Ellis faire une lecture d'American Psycho à voix haute et sans pause, sur le toit de l'Empire State Building un 23 août 1992 en pleine canicule. Jusqu'au 23 août 1993.
- On veut l'éternité et la récompense de l'Ordre du Mérite pour Fiodor Dostoïevski, l'Idiot.
- On veut des blogs, des journalistes et des blogueurs qui cessent de (mal) commenter les livres qu'ils reçoivent gracieusement.

- "On veut une oralité imprononçable."
- On veut que tous les lycéens et collégiens de France sachent prononcer le nom et prénom de l'auteur de "Guerre et guerre" et "Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l'ouest par des chemins, à l'est par un cours d'eau".

- "On veut des jantes alu".

- On veut pouvoir acheter "Dans la forêt du hameau de Hardt", "La Ferme des Mast…

Nuits Appalaches, Chris Offutt (Gallmeister) ★★★★☆

En avoir ou pas. La vie se résume parfois à ça. Avoir de la chance ou pas. Tucker, sorte de figure white trash condamnée à la vilénie morale, à l'infamie, est né du mauvais côté. Celui des losers, des victimes du destin, dommage collatéral de la guerre de Corée. Non pas qu'il soit mort. Mais pire, d'avoir vu et donné la mort. Même pas majeur le gamin. A vous forger comme un roc pour la vie. On est en 1954. Né au mauvais endroit, au mauvais moment, comme Rhonda, sa femme, rencontrée après une tentative de viol par un oncle. Déjà la volonté de sauver le monde pour Tucker, d'inverser les rapports de force et le cours des choses. Faire des enfants absolument sains de corps et d'esprit. Éviter la dégénérescence programmée d'un milieu social. Pauvre et responsable de ne pas réussir ?



D'une puissance âcre, mélange de sueur, de désespoir et d'amour absolu, Nuits Appalaches déchire le cœur et prend aux tripes. Vous dire comment, pourquoi, à la hauteur du livre,…

Sur fond d'émeutes, Harmony Korine (Inculte éditions) ★★★☆☆

Sur fond d'émeutes est-il un livre que l'on peut commenter sans en trahir l'esprit ? On en doute (mais on va le faire un peu, mal sans doute) tant il échappe au regard académique, offrant l'expérience d'un chaos immersif à l'écriture éruptive. Maelström fragmenté et collage faussement informe d'une violence noire, Sur fond d'émeutes est le seul livre à ce jour du scénariste de Kids (Larry Clarke), Harmony Korine (paru en 2001). Et on le comprend. Qu'écrire après un tel ovni pop et organique ?


   Les célébrités — Tupac Shakur, Clint Eastwood, David Bowie... — côtoient les rednecks de l'Amérique profonde — l'entraîneur de basket, Tim, Sally —, des héros barrés perdus dans un torrent de décomposition. On passe du coq à l'âne dans ce patchwork : de conversations en listes, de réflexions en plaisanteries, en passant par des dialogues abscons, anecdotes et souvenirs... En fond de programme, une musique confuse rythmée par les faits divers, de …

Oyana, Eric Plamondon (Quidam) ★★★☆☆

   Oyana est donc notre premier livre de l'auteur québécois Eric Plamondon. Son précédent, Taqawan, a rencontré un petit succès public et critique, relayé par des libraires tombés sous le charme de son écriture. C'est dans ce contexte qu'on attaquait cette histoire a priori pas faite pour nous. Une double trame en réalité, faite d'une histoire d'amour en rupture entre Oyana Etchebaster et Xavier, sur fond de terrorisme basque. L'intime et le politique. Ou est-ce l'inverse. Qu'importe, un livre lu d'une traite (enthousiaste) en une toute petite soirée.

Plusieurs récits se chevauchent ici : une histoire politique du pays basque en lien avec l'abandon de la lutte armée de l'ETA. Le 3 mai 2018, l'organisation annonçait sa dissolution. A laquelle se greffe la romance en rupture d'Oyana et Xavier, cette dernière rattrapée par les erreurs et traumatismes d'une lutte armée involontairement choisie. Mais attention, l'auteur évite tout…

L'Ours qui cache la forêt, Rachel Shalita (L'Antilope) ★★★☆☆

Mélancolie de l'exil, blessure du déracinement, douleur de la perte... L'Ours qui cache la forêt de Rachel Shalita chante sa petite musique de l'éloignement qui vous trouble par son absence d'explication stable,  seule façon de donner le sentiment des abîmes de l'âme humaine. Une musique de fond qui capte l'absence d'une utopie sur des airs de conte moderne.


Intrigant, ce livre de Rachel Shalita croise les trajectoires et les destins pour mieux cerner cette identité d'entre-deux — comme un non-lieu en attente — celle d'Israéliens exilés aux États-Unis et ballottés entre leurs désirs et leurs renoncements, déchirés entre leur culpabilité et leur amour. Par volonté ou contrainte, chacun recherche pourtant son chez soi. Être pleinement chez soi pour être pleinement soi-même. Ce lieu, c'est Israël, ses oliviers, sa sécheresse bienveillante, ses monts, sa guerre et son armée, comme une ombre pesante. Les États-Unis aussi, terre d'accueil et de …