Accéder au contenu principal

Peine perdue : un accident pour renaître ? Kent (Le Dilettante) ★★★★☆



    Deuxième roman de la rentrée chroniqué sur L'Espadon : "Peine perdue", signé Kent, ancien chanteur de Starshooter. Un livre doux-amer sur les renoncements entretenus par un musicien, qui fait le point sur sa vie après le décès de sa femme dans un accident de voiture. D'une touchante lucidité.


      Sans préavis, Karen (ou K-Reine dans le monde du street art, « princesse déclarée des façades ») meurt dans un banal accident de voiture. Quand il l’apprend, Vincent, son mari, ne dit rien. Sans voix, sec, comme anesthésié par la nouvelle. « Il marche dans une couche de ouate », et poursuit sa vie, presque indifférent au tragique de la situation. C’est que Vincent n’éprouve rien, semble-t-il. « Aucun effondrement, juste une mélancolie brumeuse qui, à la manière d’un doux clapot, lui léchait les rives de l’âme ». Et, puisqu’il faut bien vivre, Vincent, musicien-mercenaire, part en tournée avec la star du moment Kévin Dornan. Un travail peinard. L’occasion de repenser à cette vie d’avant, traversée par un automate engoncé dans sa carapace cynique, vautré dans ses certitudes et son aigreur moqueuse. Et de savoir, une bonne fois pour toutes, qui se cache derrière les renoncements et les lâchetés…



    

 Joli roman signé Kent, ancien chanteur du groupe Starshooter. Bercée par la mélancolie, cette romance en creux – ou récit de la crise de milieu de vie - dessine une histoire de faux-semblants. Déni de décès ? Vanité ? Absence de sentiments ? Confort d’une vie bourgeoise ? Vincent, intoxiqué au désamour et dépossédé de lui-même, veut comprendre. Si l’accident de Karen a figé le présent dans une molle dépression, il crée paradoxalement les conditions d’un renouveau. Car l'absence est féconde. Car désormais la vie infuse en lui, se manifeste par des insomnies, des fantômes sur l’oreiller, le souffle court. Il multiplie les expériences en rejouant le personnage qu'il a été : tournée à succès, coïts mécaniques au bout de "nuits grises", rencontres avec Sonia, Manou et Betty, sport en salle, discussions avec les potes, « branleurs sympathiques », dans une « moelleuse pesanteur ». Tentatives vaines pour tromper l’indolence chronique, jusqu’au surprenant et touchant final. Entre-temps Vincent retrouve de l’allant et réalise qu’il s’est peut-être trompé. Sur son talent, l’amour que lui porte Karen et le regard des autres : pas tous cyniques et parfois sincères. « Le mystificateur était démasqué » !


photo de Yannick Perrin
©Yannick Perrin
          

 Drapée d'une sensibilité amère, l’écriture lucide et imagée aiguise des analyses bien senties. Sur les relations à l’heure d’Internet, le monde de la musique et son cynisme assassin (où il faut manier « la langue de pute ») et la méprise sur soi. Une remise à plat, un bilan de milieu de vie comme le joli pied de nez à la résignation cultivée. Mais sans illusions sur la modernité et son horizon du vide, à l’image de ces salles de concert standardisées des banlieues françaises, vagues entrepôts de bord de route.

         Plus on avance dans la lecture, plus on aime ce livre désenchanté (sauf la couverture!). Car Vincent renaît, brise son armure d’indifférence, débusque les postures et finit par renoncer, un peu, à ses mensonges, vaincu par la musique, par Karen, et son « opiniâtreté ingénue ». Malgré le temps qui passe et l’usure des corps, des cœurs, reste un grain d’illusion. Un bon tonneau d’amertume aussi, celle des occasions manquées. Car à quoi bon aimer quand il ne reste que l’absence ? « A quoi bon s’échiner à la quête du Graal dans un monde avide de médiocrité » ? Peine perdue… (4/5)
                                                                

Peine perdue, Kent, Le Dilettante, janvier 2019, 17 €

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

J'entends des regards que vous croyez muets, Arnaud Cathrine (Verticales) ★★☆☆☆

Superbe titre pour le dernier livre d'Arnaud Cathrine. Un programme plein de promesses, de celles que l'on a tous faites. Empruntant les transports en commun, qui ne s'est pas un jour ou l'autre posé cette question sur son voisin de siège : qui est-il/elle ? Quel est son âge ? Comment s'appellent-ils ? Que font-ils dans la vie ? Quelle est leur vie ? Une myriade d'histoires extraordinaires guettent à la terrasse d'un café, dans un train en partance vers Deauville, dans le regard d'un ami ou dans une rame de métro...

 65 microfictions (de une à trois pages) balisent ce livre en forme de carnet, où l'auteur "vole" la vie ou une partie de la vie des autres, comme chacun le fait — on l'imagine — dès qu'il a une minute à penser. L'auteur observe des détails, mime des paroles, invente des vies, fixe, scrute et sourit à ceux qu'il croise. Des hommes, des femmes, des enfants, imagine leur relations, suppose une manière d'être…

Nuits Appalaches, Chris Offutt (Gallmeister) ★★★★☆

En avoir ou pas. La vie se résume parfois à ça. Avoir de la chance ou pas. Tucker, sorte de figure white trash condamnée à la vilénie morale, à l'infamie, est né du mauvais côté. Celui des losers, des victimes du destin, dommage collatéral de la guerre de Corée. Non pas qu'il soit mort. Mais pire, d'avoir vu et donné la mort. Même pas majeur le gamin. A vous forger comme un roc pour la vie. On est en 1954. Né au mauvais endroit, au mauvais moment, comme Rhonda, sa femme, rencontrée après une tentative de viol par un oncle. Déjà la volonté de sauver le monde pour Tucker, d'inverser les rapports de force et le cours des choses. Faire des enfants absolument sains de corps et d'esprit. Éviter la dégénérescence programmée d'un milieu social. Pauvre et responsable de ne pas réussir ?



D'une puissance âcre, mélange de sueur, de désespoir et d'amour absolu, Nuits Appalaches déchire le cœur et prend aux tripes. Vous dire comment, pourquoi, à la hauteur du livre,…

Au nom du père, Balla (éditions Do) ★★★★☆

Voilà un livre qui nous a fait beaucoup rire. Avant les dernières pages tout du moins, glaçantes ou d'une "inquiétante étrangeté". Au choix. Et pour cause, on aurait beaucoup de mal à trouver un héros aussi peu vendeur. Tenez : le narrateur est un père à l'air renfrogné, vieil homme aigri qui fait le constat d'une vie amère : du haut de son phare, il ressasse les échecs sans en comprendre les causes. Que reste-t-il d'une vie triste et solitaire ? Une maison familiale, construite par lui-même et son mystérieux frère. Ses deux fils, désormais adultes, ne l'ont jamais aimé. Trop volage, égoïste et méprisable. Son ex-femme, soupçonnée d'être folle, il la méprisait aussi. Ses parents, il n'a jamais pu s'entendre avec eux. Un mariage en ruines, une femme humiliée par des infidélités, des fils ignorés et cette maison, miroir de toutes les folies...


Ce que l'on retient d'abord, c'est le comique, d'une cruauté cynique qui confine à…

Sur fond d'émeutes, Harmony Korine (Inculte éditions) ★★★☆☆

Sur fond d'émeutes est-il un livre que l'on peut commenter sans en trahir l'esprit ? On en doute (mais on va le faire un peu, mal sans doute) tant il échappe au regard académique, offrant l'expérience d'un chaos immersif à l'écriture éruptive. Maelström fragmenté et collage faussement informe d'une violence noire, Sur fond d'émeutes est le seul livre à ce jour du scénariste de Kids (Larry Clarke), Harmony Korine (paru en 2001). Et on le comprend. Qu'écrire après un tel ovni pop et organique ?


   Les célébrités — Tupac Shakur, Clint Eastwood, David Bowie... — côtoient les rednecks de l'Amérique profonde — l'entraîneur de basket, Tim, Sally —, des héros barrés perdus dans un torrent de décomposition. On passe du coq à l'âne dans ce patchwork : de conversations en listes, de réflexions en plaisanteries, en passant par des dialogues abscons, anecdotes et souvenirs... En fond de programme, une musique confuse rythmée par les faits divers, de …

Oyana, Eric Plamondon (Quidam) ★★★☆☆

   Oyana est donc notre premier livre de l'auteur québécois Eric Plamondon. Son précédent, Taqawan, a rencontré un petit succès public et critique, relayé par des libraires tombés sous le charme de son écriture. C'est dans ce contexte qu'on attaquait cette histoire a priori pas faite pour nous. Une double trame en réalité, faite d'une histoire d'amour en rupture entre Oyana Etchebaster et Xavier, sur fond de terrorisme basque. L'intime et le politique. Ou est-ce l'inverse. Qu'importe, un livre lu d'une traite (enthousiaste) en une toute petite soirée.

Plusieurs récits se chevauchent ici : une histoire politique du pays basque en lien avec l'abandon de la lutte armée de l'ETA. Le 3 mai 2018, l'organisation annonçait sa dissolution. A laquelle se greffe la romance en rupture d'Oyana et Xavier, cette dernière rattrapée par les erreurs et traumatismes d'une lutte armée involontairement choisie. Mais attention, l'auteur évite tout…

L'homme en pièces, Marion Fayolle

Des corps d’hommes et de femmes lancés dans une comédie à la fois cruelle, drôle et absurde, expression de relations hommes/femmes complexes. Un ballet d’une redoutable beauté, doublé d’un imaginaire envoûtant et débridé. Une sublime chorégraphie.

Une voyageuse ouvre sa fenêtre, y déroule des posters de paysages d’été ou d’hiver, et finit par y plonger pour disparaître. L’allumeuse allume un homme-bougie fait de cire, puis se jette nue dans ce qu’il reste de résidus. Lors de la séparation, mari et femme doivent se partager enfant et meubles ; c’est décidé, l’armoire, le tableau et la chaise seront coupés en deux… sans oublier l’enfant, c’est le principe de la garde alternée. Dans l’arbre, une jeune femme cultive son jardin, fait pousser les dits-arbres et finit pendue aux branches de l’un d’entre eux. Un artiste choisit sa femme pour modèle, mais peu à peu la statue va remplacer le modèle dans le cœur du créateur… Bienvenue dans cette pièce tragi-comique où hommes et femm…

Dans la forêt du hameau de Hardt, Grégory Le Floch (Editions de l'Ogre) ★★★★★

Après "Arcueil" (Éditions Do), voici la deuxième claque de la rentrée. Pour être franc, on ne s’est pas encore remis du puissant « Dans la forêt du hameau de Hardt ». Et ce n’est qu’un premier roman, signé Grégory Le Floch. Mais pour tout dire, on n’attendait pas moins des jeunes et excellentes éditions de l’Ogre qui, jusqu’à présent, ne nous avaient jamais déçus.






        Alors, ça cause de quoi ce bouquin au titre à rallonge ? De la confession d’un type, Christophe, traumatisé par un événement survenu en Calabre alors qu’il passait ses vacances avec son très vieux pote Anthony. Incapable de parler, de lâcher les mots pour dire l’horreur, il nous décrit, suffocant et convulsé, comment il a échoué dans ce patelin d’Allemagne, le hameau de Hardt, à la lisière d’une étouffante forêt. Il voit des fantômes — les images remontent, hanté par le souvenir d’un mort. Pense parfois à se suicider. Et puis voit un cactus, des épines, Lady Di, une caravane et un chat au pelage râpé… Diffic…

Mrs Fletcher ou les tribulations d'une M.I.L.F. Tom Perrotta (Fleuve) ★★★☆☆

Après les deux claques de la rentrée (Arcueil et Dans la forêt du hameau de Hardt), il nous fallait lecture plus légère. Mission remplie avec « Mrs. Fletcher ou les tribulations d’une M.I.L.F. », pudiquement traduit par « mère sexuellement très attirante », signé de l’auteur américain Tom Perrotta, déjà connu de nos services pour « Professeur d’abstinence » et du grand public pour « Les Disparus de Mapleton » (adapté en série, The Leftovers). Un titre aguicheur mais un brin trompeur, dans le bon sens d’ailleurs !





     Il est donc question d’une quadra désœuvrée, Eve Fletcher, divorcée et orpheline de son fils Brendan, parti rejoindre les bancs de l’université voisine. La voilà en proie à la solitude et contrainte de prendre les choses en main. Addiction au porno sur la toile, flirt lesbien, retour à une vie d’étudiante, ambiguïté avec les collègues de travail… La presque-quinqua croise une foule de personnages, des cisgenres, des jeunes geek, des qui boivent et roulent des mécaniq…

Rentrée littéraire de janvier 2019 : les auteurs et éditeurs à suivre (3/3)

Dernier tour d’horizon de la rentrée littéraire 2019 avec notre sélection resserrée. Sur près de 500 romans, L’Espadon a choisi de vous en présenter une petite trentaine. Plus tard, dans quelques mois, les surprises et trésors cachés étofferont ce panorama.
Après les auteurs à suivre (1) et les éditeurs (2), ce dernier article met avant des romans séduisants par leur pitch, les ambitions d’éditeurs tenaces et des écrivains grisants. C’est parti !

Finitude



   Chez cet éditeur, on aime le sport. Ça tombe bien, nous aussi. Après « Les Poteaux étaient carrés » de Laurent Seyer (et l’intéressant « Un feu éteint »), on suivra « L’Appel » de Fanny Wallendorf avec sa belle et renversante couverture. Normal, il est question du géant Richard et de son ambition herculéenne : accomplir le geste parfait du saut en hauteur dans les années 60 aux States. Ou comment passer du ventre au dos…


Allia       Du côté d’Allia, l’éditeur de l’excellent Bruce Bégout, ce sera « Nino dans la nuit » signé Simon et Ca…

Arcueil. De l'éloge de la littérature (Aleksandar Bečanović, éditions Do) ★★★★★

Arcueil. Pour bon nombre d'agrégés français, la ville d'Arcueil rime avec pression et Maison des examens. Mais c'est aussi et surtout le titre de la dernière pépite des bien trop confidentielles Éditions Do. Des livres de cette qualité, pour être honnête, on en lit peu. Un livre avec un propos fort : la beauté de la littérature tient dans son incertitude, un art des possibles déployé à l'infini. C'est le vertige qui nous saisit, celui du sens qui nous échappe alors que la vérité est là, sous nos yeux, à peine déformée. Là est tout l'enjeu d'Arcueil, retors jeu de piste sur la vérité et le mensonge en littérature, signé d'un auteur monténégrin, Aleksandar Bečanović qui, au passage, a remporté le prix de littérature européenne en 2017 avec ce livre.







    Alors, ça cause de quoi "Arcueil" ? De l'affaire, ou plutôt du scandale d'Arcueil en 1768. L'Histoire a retenu que le célèbre Marquis de Sade a abusé de Rose Keller, une veuve …