Accéder au contenu principal

Vendredi poésie #11

 

Du bon et du beau en ce vendredi poésie, onzième du nom. On commence avec l'anthologie Chants must go on (poèmes farandoles), chez Mots Nomades éditions, une chouette maison de "petits bras associatifs". On y trouve une quarantaine de plumes, différents formats — du court, de l'haïku, du très court , des pubs, des annonces, des récitations, des maximes, des poèmes bien sûr, regroupés sous la forme d'une farandole poétique "qui s'est vécue au printemps 2020 pendant la Grande Quarantaine". Un livre qui parle d'une époque à sa façon, en chanson et chez soi, à la maison avec des voix par mails interposés. Une symphonie souvent drôle, une polyphonie émouvante et pleine de tendresse. Le masculin se change en féminin, on disserte sur les ex, les experts et les ex pères, on joue avec les mots et les sons, on tire des conclusions pour refuser de conclure quoi que ce soit, on bégaye, ça sonne, ça rigole et ça touche. Une petite émotion, une grande par tant de justesse, les voisins, les voyages et les températures et les solitudes Hopper, du vide nos peurs rameutées en sonnets trébuchants. C'est peu dire que j'aime cette anthologie consolatoire qui rétablit une forme de liens, je la lis régulièrement, je la reprends dans le bus ou la salle d'attente d'un médecin. 150 pages pour 12 petits euros.

Les fins de mois sont difficiles / Pour mon voisin des îles / il fait peur il est fou / mais pour lui le bonheur / C'est l'café et les sous / Et du reste il s'en fout. (Laurence Sartirano)

On arrive / T'as écrit / J'ai lu / J'ai écrit / T'as lu / C'était longtemps quand même / Les rendez-vous avec vous / Oui c'était bien la po-é-sie / C'était chaud / Avec la beauté qui gagne sur la laideur du monde / C'était bien nous / Nous v'là rendus au bout du fil /On pouvait croire que y aurait pas de fin à la bobine / Et voilà / The end / Finito / Le tricot des jours a changé pour toujours / Et pour toujours j'ai la couleur de vos mots dans les mailles de mon pull préféré / Je le renifle et l'emporte avec moi / Merci vous / Merci toi (Françoise G.)

Pour commander, cliquer ici.

Vous en voulez ? Des "poèmes tristes pas mauvais et poèmes joyeux presque bons" signés Anaël Castelein chez Vanloo, un éditeur que l'on suit régulièrement sur L'Espadon ? Des textes qui nous résistent souvent — c'est plaisant, tout simplement parce qu'ils bousculent notre manière de lire, faisant table rase de nos repères.  Souvenez-vous du bizarre Milieu d'Adrien Lafille (dont il me reste toutes les scènes en tête, il me hante ce bouquin). Oui, j'aime cet éditeur et ses textes parce qu'ils me confisquent la parole, refondent mes croyances littéraires, narratives. Et allez savoir pourquoi, ce petit recueil au format pocket est assez génial, sûrement l'un de mes préférés du catalogue. Le pire ou le meilleur, c'est que je ne sais pas pourquoi. Je lis je relis et j'aime le rythme, ses images souvent politiques ou poétiques (c'est quoi, une image poétique, d'ailleurs ?). J'aime lire la poésie comme j'écoute du punk. Faut que ça déplace et que ça remette en place, que ça coule ailleurs, qu'il y ait une couille quelque part ou un dérapage. J'en ai retenu particulièrement deux ou trois, "presque bons". Le poème Orléans claque, c'est le dernier du recueil : à Orléans / à la télé un mec plante / de grosses piscines pour des Texans / parce qu'ils veulent se détendre / le soir en rentrant chez eux / boire des martinis / niquer dans un spa à 6 jets / nager avec les crapauds ivres / et les tritons camés.  Pas de fleurs chez Vanloo, mais du vin qui tache, des mots qui saignent souvent et réveillent brusquement. Si, voilà, je sais, ça réveille une âme rebelle, un texte Vanloo. Un texte Vanloo s'arrache au discours quotidien, s'oppose à la parole consensuelle. Chez Vanloo, on écrit contre. Écrire c'est déjà très underground, quoi qu'on en dise. Alors écrire de la poésie, je ne vous dis même pas. Et chez Vanloo, il y a toujours cette idée, aussi, d'une manière ou d'une autre, de refonder la poésie, de tout détruire, de tout casser par les mots pour tout construire. Et donc, un texte chez Vanloo invente des mondes, des réalités jamais vues en pointant quelques cibles. Faire ressortir une parole étrange issue d'une langue malmenée, triturée, tordue où l'idée, je crois, est de repousser des limites. La parole ici est une parole de combat — ça parle de PDG et de flics —, de révolte, à coups de mots et de parpaings de lettres. 

tes doigts sont des visseuses / qui dévissent mes yeux / ma structure se casse en deux / et on me ramasse à la pelle / avec des fleurs bleues / et mon air de connard bondit à 8000 mètres / au-dessus des sonars /là où les cosmonautes / pissent dans des tuyaux oxygénés / et mangent des sandwichs volants / des falafels ondoyants

Voilà, ça parle de falafels ondoyants, de Shiva, de l'abricot meilleur que la fraise, des figues meilleures que la pomme mais surtout, surtout, de cosmos en compote...

poèmes pas mauvais et poèmes joyeux presque bons, Anaël Castelein, Vanloo éditions, 9€

Une poétesse conseillée par un fin connaisseur de poésie américaine, chez la prestigieuse maison Corti. Là encore, il faut en finir avec l'envie de tout comprendre et plutôt se laisser prendre par la musicalité des images, l'esthétique du son. J'ai d'abord lu ce recueil en anglais, puis en français. Je précise à tous les fans de l'Espadon que j'aime parler de poésie de mon point de vue, en parfait ignorant de la poésie, loin des règles et de son histoire. Je ne le revendique pas, mais ma passion pour la chose poétique est très récente. Il faut le savoir. Je la connais très mal, en réalité. Mais j'aime naviguer entre les poésies sensibles et celles plus expérimentales, celles qui jouent avec les blancs de la page, la structure des mots ou des vers, la configuration visuelle et les musicalités. J'aime entrevoir toutes les possibilités offertes par la poésie. Et elles sont nombreuses. Comme chez Vanloo, j'aime d'abord l'objet, la taille et la texture d'une couverture, du papier. C'est élégant, ça donne envie de lire. J'aime être brusqué, étonné, aussi. La poésie me paraît si libre, si loin des schémas marchands, si loin des récits ronflants. Elle fait entendre, avec une acoustique étrange. Sans le comprendre tout à fait, je sens que j'ai sous les yeux quelque chose de fort, de grand, de haut vol. Un petit tour sur les sites et je vois son engagement pour une "rébellion conceptuelle continuelle". Plus loin : "son écriture défie les genres, repousse les limites mêmes du concept de perception du lecteur". Oui, tout à fait. Lire Leslie Scalapino, c'est faire une expérience sensorielle très douce, très calme, qui donne corps à une vision du monde singulière, unique : 

elle ayant

eu le nénu-

phare encore en elle—après

qu'elle eut

joui—et quand cela

ne venait pas

de la fleur

En anglais, c'est encore plus beau, plus sonore, plus mystérieux peut-être. Et j'imagine que traduire de tels poèmes relève du défi. Une poésie qui définit un rapport au monde. Je n'ai rien compris à la préface de David Bohm, sinon qu'il demeurerait encore une réalité absolue, unique et objective, contrairement à la passionnante postface des traducteurs qui m'éclaire un peu sur cette poétesse. Oui, bon, mon intelligence a des limites. Alors je lis Leslie, je goûte ses essais — vers coupés avec tirets et phrase classique—sa démence créative irrésolue, ses images puissantes. Une poésie que l'on sent politique, fondatrice, et sociale, qui parle des gens et des sentiments, de relations et d'interactions, dans un rapport très physique à la vie, à la page, à l'espace des mots, à leurs silences, dans l'alternance et l'oscillation des fragments de vers et de prose. Je relis très souvent et au hasard ces parties flottantes, ces rythmes visuels, puis je rêve de nénuphars, de voitures, de va-et-vient, de tirets d'incise et de tirets cadratins. Voilà. C'est beau, lisez-là. Lisez-les, ces fragments de vie ramenés à des choses très concrètes. La matérialité de la poésie, de la vie.

Way, Leslie Scalapino, Corti, 160p., 19€


Enfin, une belle revue, Un Rectangle Quelconque qui n'a rien d'ordinaire, que je connais par l'un de ses éditeurs, Emmanuel Régniez, auteur de très beaux livres aux éditions Le Tripode (chroniqués sur ce blog), accompagné ici de Thomas Le Goff et Tomas Sidoli. Au sommaire du dernier numéro, le 6 : Pierre Escot, Marine Forestier, Adrien Lafille, Alexis Audren et Maud Joiret. En une petite vingtaine de pages, un condensé d'expériences, de textes courts, d'extraits, qui jouent avec la langue, la page et les typographies. On goûte la novlangue drôle et monstrueuse de Marine Forestier dans "Seaslug Fetish" (FROU-FROU du manteau des nudibranches / qui s'ourle s'houle à chaque TCHAC), l'incroyable flow d'Adrien Lafille ("un seul jour couvre les nuits une seule nuit s'étend sur tous les jours une nuit sans ombre dans une eau si clair") dans une demi-page ultra efficace sans virgule sans point sans majuscule juste le talent, le rythme de Pierre Escot et ses images qui se dévoilent, transforment, éveillent à la conscience de l'absence du temps, les chorégraphiques corbeaux d'Alexis Audren, jamais avares en bigarrures et zébrures, en bariolages et dérapages. Et pour finir, "Paysage avec vaches" de Maud Joiret, poésie des campagnes et des coursiers, chant des villages et devenir-vache, avec des odeurs de sabots et de sexes, d'humus et de LSD ("les récits bruissent chemins / sous-bois tapis de feuilles ou de cendres / crickets fluos vignes vierges glands clôture / hiboux canards / fosse sceptique / qu'on se le dise / gueuse is the new heroine / la permaculture comme solution / à tous les problèmes comme religion / on dirait / la campagne fait bander"). Au-delà, j'aime la structure de cette revue papier souple, cohérente dans ses choix avec une réelle unité de tons et complémentarité des univers. Créatif, drôle, un rectangle quelconque qui compte pour moi, avec de drôles d'angles au bout des phrases. Vingt pages seulement, mais toute la poésie y est.

C'est ici pour commander (on clique)  




 

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Taormine, Yves Ravey (éditions de Minuit)

 Le Ravey annuel est arrivé. La carrosserie est un peu cabossée, l'aile droite avant surtout, mais le moteur est toujours rugissant. On ne se lasse pas de la mécanique littéraire mise au point par l'auteur même si, à chaque roman, Yves Ravey nous vend à peu près la même voiture. Mais quelle voiture, hein ! Le standard dans la nouveauté. Toujours connue mais jamais vraiment la même. Un peu de liquide de refroidissement, du filtre à huile, du car wash plus et un délicieux polish au goût de malabar, voilà la recette du maître. Soit un petit couple, Melvil et Luisa Hammett, sur le point de se séparer et qui tente de se rabibocher par un voyage en amoureux dans un luxueux hôtel de Taormine, en Sicile. Là-bas, en avril, il pleut et la visibilité près de la mer est mauvaise. Et Melvil tourne en boucle : passons sur les incartades, fréquentes, et les passages à l'acte, systématiques, de Luisa, notamment avec son ex-meilleur ami croisé dans une agence Pôle Emploi. Oui, passons. Les

Chair vive, poésies complètes ; Grisélidis Réal (éditions Seghers)

 Il est coutume de dire qu'on trouve de tout en tout, le pire et le meilleur, en littérature comme en poésie. Là, grâce à mon conseiller spécial, je suis tombé sur l'immense Grisélidis Réal (1929-2005) que je ne connaissais pas (honte à moi) et ses poésies complètes aux éditions Seghers. La quatrième de couverture évoque l'une des plus grandes voix poétiques du XXe siècle, mais à peu près inconnue. Ma connaissance de la poésie étant encore très lacunaire, j'ignore évidemment si c'est le cas mais, croyez-moi, il suffit de lire quelques poèmes pour ressentir toute la puissance de ces vers, nés d'une existence "hors du commun" où la douleur et les souffrances ont dessiné les contours d'une sensibilité à fleur de peau, qui s'évertue à saisir l'expérience des corps dans la perte et l'abandon en passant par un imaginaire simple mais frappant. Une façon de refuser ce pessimisme noir auquel sa vie a été livrée trop tôt. Une chair meurtrie mais

L'Intendresse, Valentin Deudon (Les éditions du Volcan)

 Une rupture amoureuse et un vélo orange. Quitter le royaume de l'indécision et aller rouler le long des rivages pour dialoguer avec "les armées de fantômes" (Bernard Chambaz). Pédaler pour rien, pour personne, pendant trois mois, et accueillir le monde. Se laisser habiter et traverser par les pensées, les rencontres, les mots et les vers. Pédaler pour s'interroger sur l'étrangeté de la vie et éprouver ses stocks de joie inépuisables. Voilà notre narrateur parti sur les routes, "mendiant d'humanité" en quête de sourires et de poignées de main. Se confronter à soi, au miroir brisé en mille morceaux, dans le mouvement répété des cycles de pédalage et les odeurs de barbecue. Les paysages dépaysent, les images s'inventent en rivages et le voyage décidera pour nous une fois pour toutes. S'oublier pour contempler et laisser l'élan décider à notre place. Pour poésie, donc, un vieux vélo orange offert, digne des plus grandes envolées, ruminantes

Trois Lucioles (deuxième volume de la trilogie Capitale du Sud), Guillaume Chamanadjian (Aux Forges de Vulcain)

 On va le répéter sans se lasser, cette double série Capitale du Sud/Capitale du Nord est une magnifique réussite. Parvenu à la moitié du projet, je ne cesse de m'enthousiasmer pour les aventures du jeune Nox de la Caouane, capable de passer les mondes tout en apprivoisant leur vitesse d'apparition pour placer ainsi ses gestes au mieux. Et surtout se défendre ! Oui, c'est officiel, nous avons été littéralement "encaouanés" par le couple Chamanadjian/Duvivier depuis les débuts l'an passé. D'ailleurs, si vous lisez attentivement, vous verrez apparaître le mot "chamane" dans le nom de l'auteur, pour qui c'est là le deuxième roman si j'ai bien compris. Oui, chamane des lettres cet écrivain, sans nul doute. Inutile de pérorer au passé simple pour dire que tout nous plaît dans La Tour de Garde : ses décors en mirage, entre places étriquées en feu et grandes étendues presque désertiques aux limites extérieures de Gemina, ses personnages atta

À fleur de chair, Chloé Saffy (La Musardine)

 L'hiver sera chaud avec Chloé Saffy et son roman À fleur de chair . Précisons-le d'emblée, je ne lis jamais de littérature érotique, encore moins de livres sur les pratiques de BDSM. Mais Chloé Saffy avait publié un essai autofictionnel consacré au Maître des Illusions de Donna Tartt, bien troussé et emballant. C'est donc avec curiosité qu'on se lançait dans cette expérience. Un thriller érotique qui met en scène Delphine, l'épouse d'Antoine depuis dix ans, qui découvre des lettres dans lesquelles sont racontées la double vie BDSM de son mari. Delphine connaissait cette vie — ils avaient passé un accord — mais a toujours fermé les yeux. Le jour où elle découvre réellement la nature de ces relations, ses repères vacillent, dans un lent jeu de dévoilement. Triangle secret où se mêlent désir, honte parfois et plaisir extrême souvent. Un roman qui m'a semblé avoir une valeur documentaire sans pédagogie pesante. Pour qui ignore tout de ce monde, Chloé Saffy se f

Ici commence la nuit, Alain Guiraudie (P.O.L.)

 On ne lit pas tous les jours des livres de ce calibre. Voici une puissante rencontre littéraire qui est d'abord celle avec une langue. Je ne connaissais pas le réalisateur Alain Guiraudie, ni ses films, alors je le découvre par ses romans. Son premier, en 2014, qui met en scène dans le sud de la France un quadra en congés, Gilles, qui rend visite à Pépé, 98 ans, et à sa fille Mariette, 70 ans (ils vivent ensemble), et leur petite fille Cindy, 15 ans (en vacances). Il fait chaud, très chaud, et Gilles chope le slip de Pépé sur l'étendoir, se branle dedans ni vu ni connu. Puis les flics débarquent dans ce lieu profond, un peu hors du temps, où tout se sait... Tout commence dans une légèreté grivoise, une chaleur estivale, un quiproquo familial bizarre. On se dit qu'on va bien rigoler, à la bonne franquette, et puis non, pas du tout en réalité. Très vite l'horreur, le cauchemar, un invraisemblable enchainements de faits, aussi scabreux qu'inattendus. On ne voit rien v

Pharmakon, Olivier Bruneau (Le Tripode)

Toujours une grande joie d'apprendre la parution d'un nouveau roman d'Olivier Bruneau. Depuis le mythique Dirty Sexy Valley et le passionnant Esther , on se demandait bien ce que pouvait encore nous réserver l'intenable auteur français. Sûrement plus sage mais pas moins intéressant que les précédents, Pharmakon suit donc les pas d'un sniper engagé dans une guerre, quelque part entre l'Afghanistan et le Pakistan, et qui fait l'objet d'expérimentations scientifiques. Sur le terrain, un groupe de mercenaires est censé protéger une raffinerie, avec des terroristes autour ou, en tout cas, des paysans en haillons un peu louches, sans parler des femmes qui les accompagnent et des moutons intrusifs, véritables héros du récit. Non seulement notre sniper est le meilleur dans son domaine, un véritable employé du mois, mais il doit en outre prendre une pilule magique capable de le maintenir éveillé H24, sept jours sur sept. Infatigable, imperturbable notre sniper ?

Virgile s'en fout, Emmanuel Venet (Verdier)

  Les fictions qu'on met en scène, les mythes de l'Histoire, les légendes de nos vies. Un éternel recommencement.  Entre la mémoire défaillante, les grands récits reformulés et les souvenirs dérisoires, Emmanuel Venet nous embarque quarante ans plus tard dans les pas de son double, écartelé entre un amour passionnel pour Alexia, sa carrière médicale toute tracée et un profond désir d’écriture. Un « Aède-soignant » qui se rêve poète mais en proie aux affres de l’amour et des réalités psychiatriques. La volonté de se raconter, ou plutôt de saisir un possible "je" dans les fictions qu'on s'invente depuis la nuit des temps. Mais voilà, on ne sait rien, jamais rien, et on comprend mal. Voilà un très beau livre sur les songes qui nous portent, les histoires réelles ou inventées qui nous habitent. Janvier 1981. Pour narrateur, un étudiant en médecine qui découvre la liberté sans jamais l'expérimenter. Passionné de littérature et fou amoureux d'

Underdog Samuraï, Romain Ternaux (Aux Forges de Vulcain)

 De Romain Ternaux, j'étais resté sur le très bon Success Story, co- écrit avec l'ami Johann Zarca. Dans cet Underdog Samurai chez les impeccables éditions Aux Forges de Vulcain , encore un goût prononcé pour le saké, les mondes troubles et les canalisations. Tenez-vous bien, les fantômes voyagent dans des tuyaux, se téléportant de la banlieue parisienne au Texas, en passant par Tokyo. Pour héros, un bon loser qui se fait entuber sur le dark web : quelques milliers d'euros pour un sabre japonais, un fake en réalité. Ni une ni deux, notre karatéka bancal, gagné par le courroux, a bien l'intention d'aller se faire justice lui-même au pays des méchants yakuzas, des tendres sumos et de la belle Yukiko... Méprisable Hervé Ply, tu le sauras désormais : la littérature est plus forte que le kung-fu ! J'ai bien ri face à tant d'action échevelée, de personnages baroques et de péripéties guignolesques. Le début du roman est tonitruant, avec le méprisable Hervé Ply, et

Le Roman du siècle, José Carlos Llop (traduit de l'espagnol par Jean-Marie Saint-Lu; Do éditions)

 Au risque de se répéter, allez faire un tour dans le catalogue de Do éditions, l'un des plus séduisants actuellement au rayon littérature étrangère. Étrangère, justement, puisqu'il est souvent question d'étrange et de mystère, d'ambiances fortes chez les auteurs de cette maison. José Carlos Llop aujourd'hui, écrivain espagnol-catalan qui, dans cette dizaine de nouvelles crépusculaires, ausculte les dimensions du mal au miroir des guerres, de l'Histoire et des fantômes qu'elles produisent inlassablement. Moins pour en comprendre les origines qu'en déployer la puissance littéraire qui est promenade sur une crête avec d'un côté, la fiction, et de l'autre, ce truc bizarre qu'on appelle le réel. Cette crête est la limite, la frontière floue, le territoire même où peut vivre l'écrivain avec ses personnages. Ou plutôt ses ombres, ses fantômes, ce que sont les personnages pris dans le courant des guerres destructrices. Surtout ce qu'il aurai