Accéder au contenu principal

Vendredi poésie #7 : Sébastien Ménard, Noémie Pomerleau-Cloutier, Nawel Ben Kraïem, Éric Sautou

 

La Patience du lichen, Noémie Pomerleau-Cloutier, La Peuplade, mars 2021, 18€

Quête poétique et vagabondage au bout du monde pour ce livre échappé sur la côte nord du golfe Saint-Laurent. Après le panneau marquant la fin des terres, l'arrêt du bitume, il faut franchir les airs, l'eau ou la glace pour croiser les Coasters, gardiens des confins sur les routes blanches des jours aveugles. Les mots comme une boussole de douceur quand la neige craque, quand le moteur vrombit sur la glace insulaire, cassant le silence des territoires invisibles. On ne les voit pas, alors il faut d'abord les entendre ces pêcheurs, ces peuples assis sur des matelas et des îlots de liberté. L'auteure mélange le français, l'anglais et la langue des Innus pour incarner ces peuples loin de tout, loin de la fièvre du monde. Une magnifique poésie de l'errance et de la résistance, non pas au sens politique (quoique) mais au sens d'une intimité à partager, à écouter au coeur d'une immensité qui tout à la fois annule les perspectives et rend plus que jamais nécessaire le contact. Celui avec la Terre, comme la prise de conscience de ce qui nous échappe inexorablement, celui avec nos frères sans qui la vie perd son sens. Une poésie alors de "reportage", certes, peut-être, mais surtout la volonté de communiquer par un langage supérieur, universel, celui de la poésie comme un lien au fondement de toute communauté. La patience du lichen se lit comme un poème, un roman, un conte, un voyage au temps dilaté, où l'urgence serait mise de côté pour se concentrer sur l'essentiel :  ce qui nourrit à la vue d'un pont alimentaire, la danse assourdissante des conteneurs balayés par le vent. La côte s'anime, les peuples se ravitaillent et les pêcheurs, les travailleurs parlent d'un temps oublié, celui des mineurs, des héritages et des douleurs. Un territoire naît sous nos yeux, un royaume de bienveillance et d'écoute dans le mélange des mémoires et des regards. Magnifique livre pour apprendre, écouter l'invisible et se laisser bercer. Pour faire communauté. Magnifique.

our life was flipped upside down / tu ne sais plus laquelle de vous deux / a été dans le coma pendant neuf jours / tu te rappelles seulement / my miracle



Quelque chose que je rends à la terre, Sébastien Ménard, publie.net, mars 2021, 135 p., 15€

Je découvre cette poésie au sol, sans écologisme béat, les deux pieds dans la terre ou dans les cales pour trouver le bon braquet, le bon rythme, le juste souffle. Ce n'est pas un horrible hymne de nos campagnes mais la conscience d'une présence, qui tente de reprendre le contrôle dans le laisser-aller de la phrase, du flow de transport pour neutraliser les injonctions au travail, aux horaires, les obligations financières. Dépasser les métaphysiques du loyer, embrasser des traversées, les écouter, accueillir les solitudes dans l'éloge d'un vagabondage terrestre plein d'humus et de gazon, d'obstacles de bois et de bêtes qui parlent. Ecouter les corps et contempler les chairs dans le travail de la terre, retrouver la simplicité du geste, la bonne indexation, la patience au bon rythme pour faire pousser le potager comme un candide dans son jardin. J'aime la scie Sugoï et le filtre de la terre pour aller à la rencontre de son goût oublié, ses écorces trop lissées. Du paisible au cosmique, Sébastien Ménard part en quête de fraîcheur et de pluie, de bruine qui fouette le visage, de sureaux pour s'habituer à douter. Retour aux mots, retour au je pour "savoir être dans l'instant" à la recherche de la terre perdue. Le poète réapprend à vivre en se libérant du revenu fiscal de référence pour rejoindre l'oscillation des jours de grand beau, les chemins qui ne disent rien sinon leur absence de flamme rouge. Marchons, marchons ensemble, sans rien attendre, paisiblement, le plaisir de la fatigue dans les veines, sans compter les bornes, pas dupe de nos illusions d'un retour au fantasme de Nature, de nos errances, qui pourtant nous reconnectent à quelque chose. La poésie ? J'ai encore pensé au mot / improvisé / j'ai posé des questions / seul dans ma nuit /j'ai jeté de la parole / dans le noir / ami, on marche sur un fil / on continue / on s'obstine.



J'abrite un secret, Nawel Ben Kraïem, Bruno Doucey, mai 2021, 100 p., 14€

Alors voilà, deux trois personnes lisent de la poésie autour de moi. Même constat à chaque fois, ils n'ont pas (du tout) aimé ce J'abrite un secret. Rime facile, associations simplistes, degré zéro de l'évocation... Tout ça pour vous dire que l'Espadon a adoré ! L'éditeur nous dit que ce recueil "pulse et swingue, dopé à la vitamine P : celle de la poésie et du hip hop qui ancrent le rêve dans la vraie vie". Ma foi, j'aime assez la présentation. Les mots claquent et coulent, sonnent et dissonent de notes répétées, libérées des marées sans barbelés pour donner vie aux murs, rythmer leurs élans figés de Sfax à la place de Clichy, du Wepler à Tunis, la mer et des jets de pierre, des territoires qui dansent au bruit d'une vérité sans espoir, toujours bonne à voir. Métissages, héritages, va-et-vient, deux mers et un détroit, des pays étroits agrandis par la cadence et le sons des flots, souffles peut-être embryonnaires mais divins et lumineux. Les corps avec leurs ventres gris abritent des secrets mais la poésie comme un bol d'air, une quête solaire et un cri de la vie. Quelle énergie dans ces pages, de chansons sauvages, de plages seules et de ciel trop bas. Appel à l'air pour s'envoler à terre, zigzaguer entre les deuils et les écueils, J'abrite un secret est un recueil ultra vivant, plein de remous et de battements pour dire l'identité plurielle, fragmentée, les trésors en toc et nos tics de mémoires. Poèmes d'une femme libre et attentive, pas dupe des ratures des mondes et qui cherche le sien dans la valse des mots. Le divin n'est pas loin. J'étais couchée / Et attachée / Par une luciole / À mes bébés / J'étais touchée / Par leurs bobos / Ils chuchotaient / Et je chantais / Barbe et lait / Toute tachée / Bien attachée / Sans barbelés / À mes bébés



Beaupré, Éric Sautou, Flammarion, 2021, 112 p., 16€

Si je n'ai pas été insensible à la forme des poèmes d'Éric Sautou, à certains vers lus isolément, il faut bien le dire pourtant, l'ensemble m'a paru hermétique. Dialogue entre une mère et un fils, texte sur la disparition, la mort et l'insupportable absence. En lisant ce recueil qui m'évoquait peu de choses, j'ai immédiatement pensé à Suivant l'azur de Nathalie Léger, roman sur le deuil et l'horizon à partir duquel surgit le néant. L'impuissance à dire l'absence pour écrire combien on a aimé, trop tard, sans le savoir. Avant de vieillir. La poésie ici comme une représentation de l'absence, pour approcher la douleur et surtout dire l'attachement viscéral, cette part de nous-mêmes qui s'en va. Le mélange de voix brouille les présences, l'attention d'un lecteur un peu paumé, actualise l'attente sans fin du fils qui évoque la mort d'une mère, ses souvenirs qui, dans l'effacement, perdent peu à peu de leur substance. Il me faudrait peut-être relire les recueils précédents. Une poésie délicate malgré tout, très pudique et pleine de doutes dans sa façon d'aborder le sujet. Des vers répétés, des parenthèses, comme avancer à pas feutrés dans ce lieu qui nous restera à jamais inconnu tant qu'on n'y sera pas. Comment écrire le vide, sans l'encre des pleurs ? Que reste-t-il de nos souvenirs sinon les mots ? L'absence ? Une façon de tomber comme les feuilles d'automne, à Beaupré. Tombeau de feuilles de vers. 

si je parle encore c'est pour toi c'est pour te dire / là-bas regarde ce sont des mots / des mots (ce sont des mots) / et je vieillis (regarde) /

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Silence des carpes, Jérôme Bonnetto (Inculte)

Jérôme Bonnetto, je l'ai découvert l'an passé avec La Certitude des pierres  grâce, il faut bien le dire, aux éditions Inculte. Une magnifique rencontre littéraire et je sais désormais que je ne suis pas seul. Même les lecteurs les plus exigeants autour de moi ont aimé, c'est dire ! D'abord une écriture purement littéraire, joueuse et ironique, qui aime les images simples mais évocatrices. Aucun excès dans les mots, on sent le naturel de la prose qui est sans doute l'autre nom du talent. Jérôme Bonnetto pourrait écrire sur le bottin, les pneus, la façon de découper un gâteau ou la République Tchèque que je le lirais. Ah, bah tiens, il nous parle justement de tout cela dans Le Silence des carpes ! Fabuleux ! Alors allons-y car mes connaissances sur le sujet se sont fracassées sur le mur de Berlin, ou plutôt le rideau de fer des illusions communistes. Quand je fais le point, je connais Jaromir Jagr, le coup de Prague, Dominik Hasek, Panenka, le Printemps de Prague, 19

Un vide, en Soi ; Marc Verlynde (Abrüpt)

 "Au fond, toute parole s'élance du fantasme de penser à partir de rien (...)." Vertiges et auscultations du vide pour prendre de la hauteur. En soi, dans le roman, car "tout désir de dire s'élance d'un vide". Passionnant essai de Marc Verlynde publié chez Abrüpt, sur ce que l'on projette dans le roman de nous, de nos attentes, ce qu'on écrit parce qu'on ne parvient pas à le dire autrement. Paysages de l'inachèvement, de l'impuissance, du manque, phrases qui dérivent, pensées qui détonnent et détournent. Refléter, spéculer, laisser ouvertes les portes du vide, sans jamais essayer d'épuiser ce dernier. J'aime ces textes qui nous poussent à penser plus loin, à penser autrement, à penser plus haut, à partir d'images ou d'auteurs, en nous suggérant des pistes ou des clés de lecture sans jamais nous les imposer. Libre ensuite de nous y retrouver ou pas. Cet essai propose donc un horizon vertigineux à partir de quelques réfé

Élise sur les chemins, Bérengère Cournut (Le Tripode)

 Il existe des rencontres qui bouleversent des vies. Il existe des bouquins qui vous tombent des mains au bout de deux pages. Il existe des pages qui vous rendent captif de leur magie au bout de deux vers. Elise sur les chemins, dernier livre de Bérengère Cournut ( De pierre et d'os ), fait partie de cette catégorie. On connaît bien le géographe anarchiste, Élisée Reclus, et la quatrième de couverture nous précise : "un roman librement inspiré de la vie familiale du géographe et écrivain anarchiste Élisée Reclus (1830-1905)". Des prénoms qui sonnent comme, des promenades au rythme d'une carte, les paysages pour chansons et les enchantements des premières fois, le désir comme mantra. L'auteure nous embarque dans son petit monde peuplé de tritons, de tontons, de bidons et de coteaux, où l'on franchit des montagnes, où l'on croise des femmes-serpents, héros de contes et de légendes ancestrales. Tout ça fleure bon la géographie, une poésie du chemin et du lien

Un barrage contre l'Atlantique, Frédéric Beigbeder (Grasset)

 Ça m'apprendra. J'ai coutume de lire de façon la plus large possible pour me faire une idée bien précise de ce que j'aime ou pas en littérature. Je pourrai dire, avant de laisser ma place, que j'ai lu Dostoïevski et Beigbeder. Je crois qu'il est toujours possible, même chez les plus mauvais, de picorer de bonnes phrases, de bons passages, d'acides blagues. Je tairai un certain nombre de noms, mais pas celui de Beigbeder, qui aime qu'on parle de lui, de son humour et de ses livres, je crois. J'ai dû en lire trois, toujours avec la même intention. Il y a des choses à prendre. J'ai d'ailleurs été étonné, récemment, de trouver dans le Cabinet Lambda (Cactus Inébranlable éditions, magnifique recueil de citations) certaines phrases tirées des livres du plus célèbre dandy de France. On ne pourra pas me reprocher de ne pas avoir essayé. Toujours le même constat. Ce qu'écrit Beigbeder ressemble très peu à de la littérature. À 18 ans, j'avais l&#

Agacement mécanique, Olivier Hervy (L'Arbre Vengeur)

En ce moment, je traque les aphorismes comme un alpiniste en quête de son shoot d'air. Avec une tendance Ito Naga, Paul Lambda (récemment chroniqué sur ce blog), et désormais Olivier Hervy, qui roule sa bosse depuis un certain temps déjà dans le domaine des petites phrases couperets. Je m'éclate littéralement. Cet Agacement mécanique , publié en 2012 à L'Arbre Vengeur, est follement malin et très drôle. Si la fonction de l'art est de faire voir ce qu'on ne voit pas, alors Olivier Hervy est un grand artiste des mots. Les paradoxes du quotidien sont toujours incongrus, tellement routiniers qu'on a fini par ne plus rien voir, plus rien comprendre. Il fallait donc la logique toute poétique d'un auteur inspiré, d'un observateur affûté. Qu'il évoque une couscousserie pas à sa place, une étiquette de Champagne, le parti socialiste en action (haha), la mêlée des joueurs de foot, un voisin désagréable, les groupes de niveau en natation, Olivier Hervy fait sou

Underdog Samuraï, Romain Ternaux (Aux Forges de Vulcain)

 De Romain Ternaux, j'étais resté sur le très bon Success Story, co- écrit avec l'ami Johann Zarca. Dans cet Underdog Samurai chez les impeccables éditions Aux Forges de Vulcain , encore un goût prononcé pour le saké, les mondes troubles et les canalisations. Tenez-vous bien, les fantômes voyagent dans des tuyaux, se téléportant de la banlieue parisienne au Texas, en passant par Tokyo. Pour héros, un bon loser qui se fait entuber sur le dark web : quelques milliers d'euros pour un sabre japonais, un fake en réalité. Ni une ni deux, notre karatéka bancal, gagné par le courroux, a bien l'intention d'aller se faire justice lui-même au pays des méchants yakuzas, des tendres sumos et de la belle Yukiko... Méprisable Hervé Ply, tu le sauras désormais : la littérature est plus forte que le kung-fu ! J'ai bien ri face à tant d'action échevelée, de personnages baroques et de péripéties guignolesques. Le début du roman est tonitruant, avec le méprisable Hervé Ply, et

Circonstances éxténuantes, Mix ô ma prose (Cactus Inébranlable)

 Quand t'es fatigué de lire et d'écrire, quand tu n'as plus le temps, il reste heureusement Les p'tits cactus (# 81) du Cactus Inébranlable. Aphorismes, jeux de mots, p'tits détournements, coups de canif, poésie inquiète et fête des mots, nonante nuances de circonstances seront le parfait coup fouet pour rebooster une journée d'hiver passée à comater. Mix ô ma prose a tout compris de la modernité : nous ne sommes pas fatigués, nous sommes érodés, et quitte à se faire mettre, autant le faire en scène. D'ailleurs, l'être humain fait bien trop de concessions. Alors, c'est bien connu, "Les concessions / C'est pour les concessionnaires". Alors voilà, je vous le dit de but en blanc, cher Cactus et peuple du Cactus, "J'aime beaucoup ce que vous défaites" car la performance, d'accord, mais la fête d'abord. Et les défaites ne sont-elles pas les plus belles, hein ? Parce qu'il est beaucoup question de pertes et de salles

Le Magasin de jouets magique, Angela Carter (Christian Bourgois)

  Le Magasin de jouets magique  de Angela Carter – Collection Titre. Christian Bourgois Éditeur – avril 2018 (roman traduit de l’anglais – UK – par Isabelle D. Philippe. 304 pp.  LdP . 8 euros.)   «  L’été de ses quinze ans,  Melanie  découvrit qu’elle était faite de chair et de sang  ». Cette phrase liminaire du roman  Le   Magasin de jouets magique  dévoile aussi bien sa protagoniste que le cœur de son propos. Le deuxième roman de la Britannique Angela Carter – par ailleurs autrice des phénoménales  Machines à désir infernales du Docteur Hoffman  – narre en effet l’initiation de son héroïne aux mystères d’Eros («  la chair  ») et de Thanatos («  le sang  »). En "bonne" sadienne – p ar  ailleurs essayiste, Angela Carter est l’aut rice  de  La Femme sadienne , une réflexion féministe sur l’œuvre du divin Marquis, publiée en français chez Henri Veyrier   – elle lie plus qu’étroitement les découvertes de la sexualité et de la mort par  Melanie . C’est ainsi aux instants mêmes d

J'envisage l'impossible, Arthur Navellou (Iconopop)

 J'envisage l'impossible, comme faire mes cartons fissa et emménager à Chartres. Non, sérieusement, c'est un peu la phrase qui m'est venue à la fin de ma lecture. Un bouquin de poésie qui te donne envie d'aller te promener (déambuler plutôt ?!) dans Chartres, ça ne court pas les rues. Autrement dit, Arthur Navellou n'est pas un vendeur de navets mais un poète des pavés, des places abandonnées, des lieux disparus à réinventer par les mots, qui n'oublie pas d'incarner les souvenirs par les pierres, et les personnages par les anecdotes. J'envisage l'impossible est de loin le recueil Iconopop qui m'a le plus séduit jusqu'à présent. Une poésie fine et accessible, sobrement touchante, comme a pu l'être celle de Victor Pouchet dernièrement dans La Grande Aventure . La grande force de ce recueil, à mon sens, c'est ce flot de malade, d'une simplicité absolue. Le texte coule et roucoule sur la page, chante sa petite musique urbaine un

Le désespoir, avec modération (Le Cactus Inébranlable)

 Je découvre un auteur et un éditeur dans le même élan : Paul Lambda et le Cactus Inébranlable. Un bon bouquet bien touffu, pas ordinaire, qui pique un peu beaucoup. Avant d'y aller mollo sur la win avec Christophe Esnault et Lionel Fondeville, une petite pause poétique avec Paul Lambda et ses aphorismes jaillis d'un délicieux pot aux mots. Avec lui, le désespoir est doux et drôle, 65000 signes de poésie espaces compris où les mots finissent par se jouer de nous... Si ta vie est triste et morne, le désespoir te redonnera un coup de fouet. Adieu solitude et ennui, des bouffées d'amour vont te submerger au coin d'une table, entrecoupées de quelques vertiges galactiques et de silences qui en disent long sur le bruit ambiant. Quelle posologie ? Tout le temps et jamais, quand tu veux, quoi. Aux toilettes ou avant de dormir, entre deux couches ou avant la partie de squash, n'oublie pas de bien caler ton exemplaire dans une poche de pantalon ou de short. Mais pas trop au r