Accéder au contenu principal

L'ombre de son nom, Jean-Baptiste Labrune (Magnani) ★★★☆☆

  Premier roman signé Jean-Baptiste Labrune, L'Ombre de son nom est aussi le premier roman de son éditeur, Magnani. Un excellent éditeur de livres illustrés et BD que l'on connaît bien à L'Espadon pour avoir déjà chroniqué certains albums. Allez voir du côté de Marion Fayolle et Simon Roussin si le cœur vous en dit, la fine fleur du 9e art actuellement (Les Aventuriers, Les Amours supendues).
Mais revenons donc à ce roman et son programme inépuisable, ambitieux. Un livre sur les voix qui nous traversent, les démons qui nous hantent. L'image de la mort à Paris à des époques différentes. Pendant la semaine sanglante de la Commune, en 1871, pendant les émeutes de 2005 en banlieue, échos diffus d'une violence qui traverse les générations. A l'image d'André Fauré, mort en 2005. Difficile de résumer ou raconter cette histoire. Tout est jeu d'échos, de correspondances, de va-et-vient. Qui commence par le décès d'un père dans des circonstances troubles. Un vrai brouillard où s'emmêlent des ombres, des visions, des rêves et des personnes, les repères d'un monde à l'équilibre précaire. Des personnes donc, comme cette fille, Laure, en avance. Ragheb aussi, cet employé de pompes funèbres, marbrier de son état, toujours trop saoul et finalement quitté par Déborah, laissant son petit bébé... Tous errent dans un Paris à peine fantasmé, des catacombes aux cimetières en passant par les appartements haussmanniens (?), sans oublier la majestueuse Notre-Dame qui, un temps, revit sous nos yeux comme un songe à travers un Quasimodo roux. Hasard et magie des événements, jamais vraiment situables entre réalité et fiction, mensonges et vérité.





C'est là tout l'enjeu de L'ombre de son nom qui est un récit-mosaïque, une histoire racontée par fragments, où les détails s'accumulent, précisant avec lenteur les circonstances d'une mort, d'une disparition, d'une absence. Mieux vaut alors éviter une lecture discontinue sous peine d'être perdu, à la fois le charme et la limite de ce premier roman. Avouons-le, nous nous sommes parfois égarés dans les ruelles de la Commune ou dans les carnets avant de raccrocher au destin de Ragheb, Marc et Laure, ombres fuyantes mais bien vivantes. Faut-il laisser les morts en paix ? Voilà une possible interprétation de ce roman à la frontière du rêve et de la réalité entre Histoire, trajectoires familiales et folies rampantes, à la lisière aussi du fantastique vers la fin. Le récit d'une vérité impossible à regarder en face où il est question de voix et d'ombres, de leur contagion comme miroirs de nos angoisses et de nos folies. Les présents disparaissent et les absents acquièrent une réalité faite de chair et de mots. L'ombre de son nom parle alors des doubles que l'on s'invente pour survivre, comme dans le récent Dans la forêt du hameau de Hardt ; des images nécessaires à l'impossibilité du deuil. Le manque et l'absence des êtres aimés comme une souffrance invivable.
Tout ici est immobile, ridicule, pétrifié... La vanité du cadavre qui s'imagine éternellement regretté, ça ne raconte jamais rien d'autre. Les vraies histoires ne se figent jamais.

  La vérité prend les atours de la folie et cerne des territoires en suspension, indéterminés, comme on se réveille sans savoir où l'on se trouve. Une écriture en mille-feuille, par monologues, apte à saisir toutes les errances et tous les troubles. Car, successivement, le roman alterne tranches d'Histoire, récit de famille à la première personne, enregistrements sonores, notes dans des carnets rouge et noir, carnet intime. Au lecteur d'assembler le puzzle, de s'extraire des catacombes, image d'un labyrinthe de miroirs et de projections. Et l'on chemine aux côtés des personnages qui luttent avec leur visions, leurs fantômes, leur passé. L'ivresse du désespoir le disputant à une étrange et merveilleuse tristesse. La parole des morts résonne alors étrangement à nos oreilles, avec une réelle acuité qui fait tout le charme de ce bouquin. Et toujours ces ombres, ce soupçon d'effondrement. Un monde vu, si l'on peut dire, avec un regard d'outre-tombe. Tout cela est-il bien réel ? Qui se ment, qui nous ment ? Car, au juste, on ne sait pas si le livre parle d'un zombie, d'un gars qui dort et rêve, d'un alcoolo perdu dans ses effluves... Au fond, dans L'ombre de son nom peut se lire comme une histoire de fantômes, nés des brumes de la détresse. Précisons : nos névroses sont insolubles et le passé agit encore au présent. Invisible. Des fantômes bien réels dans nos têtes mais impalpables pour les autres. Des forces invisibles enracinées dans les mots et notre relation aux autres. La folie alors pour nommer ce qui nous échappe, ce qu'on ne comprend pas, pour parer à tous les effondrements, supporter toutes les errances.

Écrire... Je me suis lancé, Dieu sait pourquoi, et j'ai divagué dans mon propre brouillard, sans cap. Aujourd'hui, je me relis, et cela ressemble à une blague. Sans queue ni tête. Un rêve brumeux, où j'ai cherché des signes. Mais je m'éveille enfin. Le jeu s'achève. FAURÉ LAURE. Un titre par hasard, un nom creux que j'ai voulu remplir, un personnage sans chair (...).

  Belle variation des points de vue, là pour nous perdre et nous immerger dans l'âme de ces morts-vivants. Bel effort de composition même si, reconnaissons-le, certains passages nous paraissent abscons ou forcés, avec un côté fourre-tout. Jusque dans l'aspect formel du livre : taille de la police qui varie, écriture comme un poème, vides des pages, tranche orangée comme les vieux livres de poche, couverture d'une blanche épure, autant d'éléments élégants qui ne font pas toujours sens à nos yeux. Du coup, il faudra aller au bout du rêve pour percer le mystère sans l'épuiser. Touchant de voir un auteur se battre avec son sujet jusqu'à la dernière page, refusant toute facilité. Dernière phrase, Marc savait. Et tout s'éclaire pour mieux s'assombrir. Bel effort, belle folie devrait-on dire.
                                                                                                                           
L'ombre de son nom, Jean-Baptiste Labrune, Magnani, janvier 2019, 264 pages, 22€


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

77, Marin Fouqué (Actes Sud)

Premier roman pour Marin Fouqué, ou plutôt première résonance réussie tant l'écriture du jeune rappeur fait mouche dès les premières notes. Voilà pourtant un sujet peu funky, la vie d'un mec encapuchonné qui raconte sa life sous un abribus de la Seine-et-Marne, dans le sud sept sept (plus exotique) : bagarres, intimidations, pylônes, peines, voitures qui passent — gris, rouge, jaune —, sur la nationale, premiers émois, premières lattes et premières trahisons, crachats et bédos. Des potos aussi, la fille Novembre, le grand Kévin, Enzo avant le Traître et des souvenirs, des fuites, des délires d'ados dans une ville-dortoir sans âme, bien sûr, sans grandes joies, bien sûr, sans horizon tracé, bien sûr... Yo.




    Chronique d'un entre-deux coincé entre Paris et la province, la ville et la campagne, cette chanson de 200 pages décrit aussi une transition adolescente, de succès foireux en découverte d'une sexualité à part et rêves misérables. Les histoires d'une …

De pierre et d'os, Bérengère Cournut (Le Tripode)

Une banquise fracturée, une famille séparée et la quête d'une jeune Inuit, Uqsuralik, qui erre dans une immensité toute blanche en équilibre instable. Apreté des conditions où la vie s'apparente à de la survie, âpreté de paysages faussement identiques tout en nuances de blanc, tragédie des vies qui disparaissent pour mieux renaître ailleurs, De pierre et d'os explore une faille d'un autre temps où la tragédie et l'enchantement sont les deux faces d'un monde jamais tout à fait réel, comme suspendu à la menace et au manque.


     On en sait gré au Tripode de refuser l'émotion facile, immédiate, et de publier des livres qui restent en tête. Refuser le jugement rapide, défaire nos paresseuses grilles de lecture et vaines attentes de lecteur. A l'image du Prix Renaudot l'an passé (Le Sillonde Valérie Manteau), le livre de Bérengère Cournut permet de projeter un autre regard sur le monde, décentré, en prenant le temps de l'observer dans la douce c…

Par les routes, Sylvain Prudhomme (Gallimard)

Le monde est divisé en deux catégories : ceux qui partent et ceux qui restent. En littérature, les bons et les mauvais romans. Celui de Sylvain Prudhomme est au milieu, un peu mou, un peu mélancolique. Nonchalant. Pas très tonique. Limite fleur bleue. Loin d'une littérature qui gratte et accroche. C'est pesé, propre et gentillet. Un livre qui contemple et dit que les choses sont ainsi. Qu'elles pourraient être autrement si l'on prêtait davantage attention aux autres, à leur humanité, si l'on était fidèles à nos rêves d'enfant, si l'on se laissait aller à la surprise... Un livre sans question, seulement des intonations et des réponses.



   Voilà un livre souvent agaçant. D'autant plus agaçant qu'il n'est pas nul. Par les routes est d'abord un livre baba cool avec des personnages têtes à claques. L'un, Sacha, est artiste, casanier, un peu rêveur et un peu paumé à quarante balais (je crois). L'autre, l'autostoppeur, a la bougeot…

La Fabrique du rouge, Ariane Jousse (Éditions de l'Ogre)

Décidément, on aime bien les forêts aux éditions de l'Ogre. Comme chez tant d'autres où la forêt est (ou devient) un topos littéraire. Moins la forêt d'ailleurs que des rencontres, des interactions entre des "héros" en quête — qui (se) cherchent—, et une Nature qui filtre, révèle en nous confrontant à un élan. Animal, vital. Pour mieux, à notre tour, saisir notre sauvagerie. Autant les forêts mentales que physiques, donc. Après la forêt pas si verte de Grégory Le Floch en début d'année (Dans la forêt du hameau de Hardt), nous voilà donc plongés dans la forêt pas si rouge d'Ariane Jousse. Oui, les fantômes et les mots, drapés de mille nuances, ont encore des choses à nous dire sur la magie du langage. Ou est-ce l'inverse ?

   Disons-le d'emblée, on n'a pas tout compris à ce livre-hybride que l'on s'interdira d'étiqueter. Réflexe facile et vain de lecteur-chroniqueur. Toujours rassurant d'affubler un mot-valise à ce qui no…

Samedi soir, dimanche matin / Alan Sillitoe (L'Échappée)

Classe de mer, Benjamin Taïeb (Lunatique)

Aux éditions Lunatique, Le Collège de Buchy (Jérémie Lefebvre) décrivait la folie collective qui s'emparait d'une meute d'ado pour qui infliger la souffrance relevait du jeu sans conséquence. C'était noir, clinique, saisissant. Dans un autre registre, plus factuel et (faussement) naïf, Benjamin Taïeb ne parle pas d'autre chose : de souvenirs d'enfance, d'un trauma lointain, quand quatre de ses "meilleurs amis" s'amusaient à le faire souffrir, à le rouer de coups, dans le ventre, le dos. Problème sans fin, actuel. Sujet littéraire ô combien délicat. Mais Benjamin Taïeb trouve l'exacte distance avec des mots sobres, justes. Dans un format court.


   Plutôt que d'accuser, juger ou tirer des larmes, Benjamin Taïeb s'interroge : sur l'aveuglement  d'adultes passifs occupés à régler leurs problèmes, sur l'indifférence des institutions, sur le silence qu'on s'inflige par honte coupable, sur les réflexes de groupe mo…

Sur la route du Danube, Emmanuel Ruben (Rivages) ★★★★★

Lendemains d'élections européennes. Gueule de bois. On préfèrera le "blues du Danube" d'Emmanuel Ruben, auteur du splendide et nécessaire Sur la route du Danube, odyssée cycliste, quête d'une perte et tableau vivant d'une Europe des confins. Emmanuel Ruben n'a pas l'ambition d'enfiler les KOM sur Strava mais plutôt de se la couler douce le long du Danube en mode endurance et observation. Très louable et noble ambition. Il arpente, enregistre et délivre par le filtre d'une plume inspirée. Alors quand, dans un ambitieux road-trip de 600 pages et 4000 kms, il nous invite à prendre sa roue bien calés sur notre selle, mains au creux du cintre, tête baissée mais l’œil attentif, on enfourche notre bicloo face au fleuve de fer qu'est Éole, on se dresse fièrement sur les pédales et on se lance dans l'aventure vélocipédique le long de ces méandres d'un autre temps, figés dans la nostalgie d'une Europe pleine de rêves. Déchus par…

Bleuets, Maggie Nelson (Éditions du sous-sol)

Livre plein de couleurs et de chaleur, ce Bleuets, signé Maggie Nelson, a le charme des conversations au coin du feu : sérieuses et badines, légères et profondes. Un verre à la main, le regard levé vers les étoiles, en direction de "la galaxie laiteuse et bleu marine de Fantasia". Un livre sur le bleu et ses mille nuances en 240 fragments. Je n'ai presque rien retenu de ce livre acheté au hasard — tout m'échappe — mais j'en garde déjà un souvenir ému. Alors d'où vient ce miracle de lecture ?


     Bleuets ne raconte pas une histoire mais avance par fragments, pensées diffuses, aphorismes lucides et impressions.  Cite Deleuze et rappelle Cohen pour mieux partir et suggérer un temps suspendu à l'instant présent. Non pas les états d'âme d'une femme éplorée dans une version sinistre mais la douce langueur d'une intimité partagée, la mélancolie rêveuse de soirées que l'on aimerait sans fin. Bleuets sécrète une ambiance, la nourrit de son ét…

Paysage augmenté, Mathilde Roux et Virginie Gautier (publie.net) ★★★★☆

Objet à part, ce "Paysage augmenté" interroge notre rapport à l'espace et à la découverte. Ni un roman, ni une BD, encore moins un livre d'illustration, ce livre offre, l'espace d'une centaine pages et de quarante jours d'errance attentive, l'occasion de flâner dans un territoire à inventer à partir de cartes et de textes. Comme une exploration curieuse et inquiétante en milieu inconnu, peu à peu investi par les mots. Par les sensations aussi, visuelles et olfactives. Un livre placé sous le signe des pionniers et de leur soif de découverte. Des pionniers prêts à affronter le mystère, à dessiner une terra incognitae source de danger et d'enchantement.Pour repères, faire confiance à l'observation. Puis inventorier, organiser, classer à mesure de la progression : utilisation de symboles vaguement alphabétiques, indices sibyllins et toponymie au mystère suggestif (la Zone Urbaine, Territoires, Continent, Territoire d'Ancienne, District Oues…

Ceux que je suis, Olivier Dorchamps (Finitude)

Ceux que je suis évoque les douleurs de l'exil et du déracinement, l'identité de ceux qui croyaient en avoir une et se découvrent apatrides, la quête trouble des origines. Chez eux partout, nulle part chez eux. L'immigration et son histoire au prisme du deuil, la mélancolie de ce que l'on ne sera plus jamais, c'est l'horizon tout en retenu déployé par Olivier Dorchamps pour son premier roman. Réussi dans sa façon de se tenir loin de tous les poncifs et clichés du genre. Une entreprise ô combien délicate.

  Les premières pages, naïves, inquiètent. Le roman évoque un prof' d'Histoire-Géographie, Marwan, Français d'origine marocaine qui a brillamment réussi l'agrégation et vient de se faire larguer par sa copine un brin bobo, Capucine. Un père qui décède sans prévenir en France et veut se faire enterrer au Maroc, son pays. Le roman bifurque alors rapidement sur les territoires de l'identité, dans cet espace d'entre-d'eux où l'on n&#…