Accéder au contenu principal

L'ombre de son nom, Jean-Baptiste Labrune (Magnani) ★★★☆☆

  Premier roman signé Jean-Baptiste Labrune, L'Ombre de son nom est aussi le premier roman de son éditeur, Magnani. Un excellent éditeur de livres illustrés et BD que l'on connaît bien à L'Espadon pour avoir déjà chroniqué certains albums. Allez voir du côté de Marion Fayolle et Simon Roussin si le cœur vous en dit, la fine fleur du 9e art actuellement (Les Aventuriers, Les Amours supendues).
Mais revenons donc à ce roman et son programme inépuisable, ambitieux. Un livre sur les voix qui nous traversent, les démons qui nous hantent. L'image de la mort à Paris à des époques différentes. Pendant la semaine sanglante de la Commune, en 1871, pendant les émeutes de 2005 en banlieue, échos diffus d'une violence qui traverse les générations. A l'image d'André Fauré, mort en 2005. Difficile de résumer ou raconter cette histoire. Tout est jeu d'échos, de correspondances, de va-et-vient. Qui commence par le décès d'un père dans des circonstances troubles. Un vrai brouillard où s'emmêlent des ombres, des visions, des rêves et des personnes, les repères d'un monde à l'équilibre précaire. Des personnes donc, comme cette fille, Laure, en avance. Ragheb aussi, cet employé de pompes funèbres, marbrier de son état, toujours trop saoul et finalement quitté par Déborah, laissant son petit bébé... Tous errent dans un Paris à peine fantasmé, des catacombes aux cimetières en passant par les appartements haussmanniens (?), sans oublier la majestueuse Notre-Dame qui, un temps, revit sous nos yeux comme un songe à travers un Quasimodo roux. Hasard et magie des événements, jamais vraiment situables entre réalité et fiction, mensonges et vérité.





C'est là tout l'enjeu de L'ombre de son nom qui est un récit-mosaïque, une histoire racontée par fragments, où les détails s'accumulent, précisant avec lenteur les circonstances d'une mort, d'une disparition, d'une absence. Mieux vaut alors éviter une lecture discontinue sous peine d'être perdu, à la fois le charme et la limite de ce premier roman. Avouons-le, nous nous sommes parfois égarés dans les ruelles de la Commune ou dans les carnets avant de raccrocher au destin de Ragheb, Marc et Laure, ombres fuyantes mais bien vivantes. Faut-il laisser les morts en paix ? Voilà une possible interprétation de ce roman à la frontière du rêve et de la réalité entre Histoire, trajectoires familiales et folies rampantes, à la lisière aussi du fantastique vers la fin. Le récit d'une vérité impossible à regarder en face où il est question de voix et d'ombres, de leur contagion comme miroirs de nos angoisses et de nos folies. Les présents disparaissent et les absents acquièrent une réalité faite de chair et de mots. L'ombre de son nom parle alors des doubles que l'on s'invente pour survivre, comme dans le récent Dans la forêt du hameau de Hardt ; des images nécessaires à l'impossibilité du deuil. Le manque et l'absence des êtres aimés comme une souffrance invivable.
Tout ici est immobile, ridicule, pétrifié... La vanité du cadavre qui s'imagine éternellement regretté, ça ne raconte jamais rien d'autre. Les vraies histoires ne se figent jamais.

  La vérité prend les atours de la folie et cerne des territoires en suspension, indéterminés, comme on se réveille sans savoir où l'on se trouve. Une écriture en mille-feuille, par monologues, apte à saisir toutes les errances et tous les troubles. Car, successivement, le roman alterne tranches d'Histoire, récit de famille à la première personne, enregistrements sonores, notes dans des carnets rouge et noir, carnet intime. Au lecteur d'assembler le puzzle, de s'extraire des catacombes, image d'un labyrinthe de miroirs et de projections. Et l'on chemine aux côtés des personnages qui luttent avec leur visions, leurs fantômes, leur passé. L'ivresse du désespoir le disputant à une étrange et merveilleuse tristesse. La parole des morts résonne alors étrangement à nos oreilles, avec une réelle acuité qui fait tout le charme de ce bouquin. Et toujours ces ombres, ce soupçon d'effondrement. Un monde vu, si l'on peut dire, avec un regard d'outre-tombe. Tout cela est-il bien réel ? Qui se ment, qui nous ment ? Car, au juste, on ne sait pas si le livre parle d'un zombie, d'un gars qui dort et rêve, d'un alcoolo perdu dans ses effluves... Au fond, dans L'ombre de son nom peut se lire comme une histoire de fantômes, nés des brumes de la détresse. Précisons : nos névroses sont insolubles et le passé agit encore au présent. Invisible. Des fantômes bien réels dans nos têtes mais impalpables pour les autres. Des forces invisibles enracinées dans les mots et notre relation aux autres. La folie alors pour nommer ce qui nous échappe, ce qu'on ne comprend pas, pour parer à tous les effondrements, supporter toutes les errances.

Écrire... Je me suis lancé, Dieu sait pourquoi, et j'ai divagué dans mon propre brouillard, sans cap. Aujourd'hui, je me relis, et cela ressemble à une blague. Sans queue ni tête. Un rêve brumeux, où j'ai cherché des signes. Mais je m'éveille enfin. Le jeu s'achève. FAURÉ LAURE. Un titre par hasard, un nom creux que j'ai voulu remplir, un personnage sans chair (...).

  Belle variation des points de vue, là pour nous perdre et nous immerger dans l'âme de ces morts-vivants. Bel effort de composition même si, reconnaissons-le, certains passages nous paraissent abscons ou forcés, avec un côté fourre-tout. Jusque dans l'aspect formel du livre : taille de la police qui varie, écriture comme un poème, vides des pages, tranche orangée comme les vieux livres de poche, couverture d'une blanche épure, autant d'éléments élégants qui ne font pas toujours sens à nos yeux. Du coup, il faudra aller au bout du rêve pour percer le mystère sans l'épuiser. Touchant de voir un auteur se battre avec son sujet jusqu'à la dernière page, refusant toute facilité. Dernière phrase, Marc savait. Et tout s'éclaire pour mieux s'assombrir. Bel effort, belle folie devrait-on dire.
                                                                                                                           
L'ombre de son nom, Jean-Baptiste Labrune, Magnani, janvier 2019, 264 pages, 22€


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Vies conjugales, Bernard Quiriny (Rivages) ★★★★☆

Voilà un auteur qu'on avait découvert par ses nouvelles (Contes carnivores). Ses nombreuses chroniques dans le regretté feu Chronic'art nous avaient convaincus. Nous étions en phase, littérairement parlant. Joie, donc, de retrouver les dérapages fantastiques de Bernard Quiriny, dans ces nouvelles piquantes mâtinées de truculence barrée. Pas de place pour la logique, ou presque. Ou alors la logique d'un monde déformé, plastique, à même de vous révéler tout ce pour quoi il serait fascinant ou navrant. Le goût pour la surprise absurde et l'étonnement, l'envers d'existences pour lesquelles la routine confine à la mort. Vies conjugales donne un peu de saveur au réel, fait exister le sens là où l'habitude aveugle et la paresse endort.




  Ça commence fort avec le club des sédentaires. Fous rires assurés ; des Parisiens qui ont poussé jusqu'en Beauce et même à Rouen. Ou l'histoire d'un club fondé au XIXe siècle, avec ses rites et ses lois, ses règles…

Crevel, cénotaphe / Marc Verlynde (Abrüpt)

Au détour d'articles sur l'excellent blog La Viduité, on avait eu vent du petit éditeur suisse Abrüpt, une chouette maison qui s'organise "autour de textes qui s'agitent et se révoltent, s'altèrent en antilivres, s'échouent en partage". Un programme éminemment singulier et stimulant.Alors quand Marc Verlynde nous a proposé de parler de son essai sur L'Espadon, nous n'avons pas hésité une seconde. Non pas que que le surréalisme ou ses thuriféraires nous bottent plus que ça, soyons honnêtes. Mais la curiosité est mère de toutes les sagesses et s'instruire, pour nous, est comme un mantra. Qu'importe les sujets finalement, tout dépend de ce que l'on à en dire et de la façon dont on le dit. Et là, l'écriture de Marc Verlynde, fluide comme un ruisseau, est un régal. Très loin des circonvolutions universitaires ou des facilités journalistiques, sans pourtant sacrifier l'analyse. A vous passionner pour les surréalistes et leur …

Mes coureurs imaginaires, Olivier Haralambon (Premier Parallèle)

Giro mon ami ! Et bientôt le barnum annuel en jaune ! L'occasion d'enfourcher notre bicloo et de foncer tête baissée, mains au creux du cintre pour vous chroniquer les bonnes sorties sur la Petite Reine. Ok, on vous voit froncer les sourcils, faire la moue et croiser les bras : du vélo sur L'Espadon, franchement, un sport de benêts et de bourrins dopés ? C'est pour les Marcel, du pastis, du béret et de la baguette...





  Vous auriez tort car Olivier Haralambon est aujourd'hui l'une des belles plumes du cyclisme moderne, aux côtés de Philippe Brunel, journaliste à L’Équipe. Lire Mes coureurs imaginaires, c'est saisir autrement les subtilités du pédalage et de la danseuse. Éclairer notre regard sur ces corps en mouvement, offerts en sacrifice à une foule electrisée. Car Olivier Haralambon griffe les pages comme on caresse les pédales. Avance plutôt en vélocité qu'avec la braquasse, même si les bûcherons ont leur charme. Si vous avez lu son précédent livre,…

Laisser des traces, Arnaud Dudek (Editions Anne Carrière) ★★★☆☆

Il y a du Nicolas Sarkozy chez Maxime Ronet, en début de livre. Jeune, volontaire et ambitieux aux dents longues, il est en outre maire de la petite commune de Nevilly. Un peu de Macron ensuite (vous savez, faire de la politique autrement, changer les choses de l'intérieur, dépasser le jeu des partis). Pour finir plutôt du côté de l'abbé Pierre, tourné vers les autres. Oui, on sait, on grossit un peu le trait d'autant que Maxime Ronet, personnage ni attachant ni détestable, effleure les caricatures d'ambitieux et de cyniques sans s'y soustraire, préférant évoluer au gré des aléas d'un mandat dont les marges de manœuvre sont réduites à la portion congrue.   Avec Laisser des traces, Arnaud Dudek réussit une petite prouesse. Pondre un page turnerà partir de la trajectoire d'un simple élu de la République, tantôt sympa tantôt requin. Raconté comme une épopée du quotidien à hauteur de petites gens qui œuvrent dans l'ombre, le récit évoque les rouages du p…

Une ville de papier, Olivier Hodasava (Editions Inculte) ★★★★★

Si tout est vrai, alors cette histoire est fascinante. Si tout n'est que fiction, c'est encore plus fort. Entre les deux, la seule grande question qui vaille, celle du réel ("Si être réel c'est exister dans l'esprit des gens, alors oui, pour moi, elle est bien réelle"). Car la beauté de la littérature tient dans son incertitude, un art des possibles déployé à l'infini. Un vertige. Comment parler d'un livre dont le sujet n'existe pas ? Qui n'a jamais existé sinon dans la tête des gens, sur une feuille de papier comme Copyright Trap ? C'est le principe abyssal de ce livre pensé comme un film ou un album photo, par strates et plans-séquences.



  Le sujet en deux mots. Avril 1931,  Desmond Crothers, cartographe passionné, travaille à la General Drafting, entreprise florissante de production de cartes routières qu'a créé un certain Otto G. Lindbergh. Le patron confie à l'employé une tâche importante, comme une belle marque de confianc…

Socrate à vélo, Guillaume Martin (Grasset)

Guillaume Martin, leader de l'équipe cycliste belge Wanty Groupe Gobert, n'a peut-être pas le moteur de Froomey en montagne. Qu'importe, il reste l'un des meilleurs grimpeurs au monde et surtout, il a un stylo et un cerveau ! Le muscle dans les mollets et dans la tête ! Et se fait vélosophe, tel un cycliste qui réfléchit à sa pratique de sportif de haut niveau en ayant recours non pas à l'EPO mais à quelques concepts de philo. Car précisons-le, Guillaume Martin a suivi des études de philo jusqu'au mémoire avant d'écrire sa propre pièce de théâtre. Tout en s'enfilant des kilomètres de bicloo le reste du temps pour tutoyer les sommets. S'il s'engouffre au début du livre dans le cliché journalistique de "l'intello du peloton"—une incongruité dans le monde du vélo, ou le croit-on —c'est pour mieux s'en détacher au fil des pages. Il l'assume d'ailleurs : oui, je suis cycliste de haut niveau et je lis Kant et Nietzsche. …

Le Chien de Madame Halberstadt, Stéphane Carlier (Le Tripode) ★★★★☆

D'habitude les chiens, très peu pour nous. Vous savez les odeurs de chien mouillé, les sorties à heure fixe, les aboiements insupportables. Ajoutez à cela une couverture affreuse comme un carlin, un titre vieillot et un pitch digne d'un téléfilm peu inspiré, rien ne prédisposait à aller vers ce bouquin. Mais voilà, Le Tripode est un éditeur de confiance. L'association chien-Le Tripode, il faut l'avouer, nous a tout de suite intrigués. Ça sonnait un peu faux. Et puis les chiens, dans un livre, ça passe mieux, ils n'existent pas vraiment. Alors on s'est lancé. Lecture finie, quand Stéphane Carlin (euh Carlier, pardon !) s'y colle, le résultat donne une belle surprise. Et une couverture soignée, qu'on a fini par adorer. Qu'il est bon de se tromper parfois. Explications.

   Les meilleurs livres sont sans doute ceux dont on n'attend rien ou pas grand-chose. C'était le cas avec "Le Chien de Madame Haberstadt", d'autant qu'on …

Success Story, Romain Ternaux et Johann Zarca (Editions Goutte d'Or) ★★★★☆

Romain Zarca, j'ai lu ton livre en une après-midi lénifiante de surveillance de bac. Il m'a revigoré, il m' a fait rire et je trouve bouleversante l'histoire avec Anna. Je ne suis pas le seul à le penser, tous les lycéens ont adoré (ma fille de 6 ans aussi, qui est fan de Megg, Mogg et Owl). Tu ne te rends pas forcément compte mais ce que tu as écrit est plus qu'un feel good, c'est un manifeste en faveur des bonbons. Tes parents seraient fiers de toi, mon Johann Ternaux.



    Mais qu'est-ce qu'on a go-leri ! Jubilatoire ! Ah ces deux couillons de Johann Ternaux et Romain Zarca, indéboulonnables clowns de la défonce, assument jusqu'au bout leur feel good provoc'. Plutôt responsable à notre goût. Ah si des Anna Jocelin peuplaient tous les bahuts de France, la vie serait plus fun... Avec Success Story, tu pourras picoler et sniffer gratos sans craindre les effets secondaires ; faire ce que tu n'as jamais osé : animer une maison de retraite…

Dans la forêt du hameau de Hardt, Grégory Le Floch (Editions de l'Ogre) ★★★★★

Après "Arcueil" (Éditions Do), voici la deuxième claque de la rentrée. Pour être franc, on ne s’est pas encore remis du puissant « Dans la forêt du hameau de Hardt ». Et ce n’est qu’un premier roman, signé Grégory Le Floch. Mais pour tout dire, on n’attendait pas moins des jeunes et excellentes éditions de l’Ogre qui, jusqu’à présent, ne nous avaient jamais déçus.






        Alors, ça cause de quoi ce bouquin au titre à rallonge ? De la confession d’un type, Christophe, traumatisé par un événement survenu en Calabre alors qu’il passait ses vacances avec son très vieux pote Anthony. Incapable de parler, de lâcher les mots pour dire l’horreur, il nous décrit, suffocant et convulsé, comment il a échoué dans ce patelin d’Allemagne, le hameau de Hardt, à la lisière d’une étouffante forêt. Il voit des fantômes — les images remontent, hanté par le souvenir d’un mort. Pense parfois à se suicider. Et puis voit un cactus, des épines, Lady Di, une caravane et un chat au pelage râpé… Diffic…

Madame Jules, Emmanuel Régniez (Le Tripode) ★★★★★

L'Amour en sa foi et ses ruptures, ratures et déchirements. Madame Jules aime éperdument, follement, amoureusement M. Jules. Se l'imagine. Et Madame Jules aime baiser avec M. Jules. Pardon pour la trivialité mais c'est un peu l'esprit du bouquin, un grand livre sur des fantasmes d'amour. Un splendide texte sur l'ubiquité du désir qui, pour exister, se nourrit du secret. Ou plutôt "de la fiction du secret". Amour vient du latin amor, "amour", "affection", "vif désir". La tendresse et l'attirance physique, proximité tendue entre la politesse du sentiment et l'obscénité du désir, les années de fidélité et l'irruption du vertige. Le cadre bourgeois et l'envie de tout exploser. Conflit entre l'amour pur et l'injonction des sens. Quand l'amour est civilisé, les sentiments nobles, le désir est sauvage et l'élan vital. Et si "le désir n'est qu'un complot" ?

L'Amour en ses ave…